Zoo humain à Amiens

Exposition coloniale de 1906

Le phénomène d’exhibition d’êtres humains n’entrant pas dans « la norme » apparaît dès l’Antiquité (les Grecs ont leurs sauvages, les Égyptiens ramènent des nains du Soudan pour les exhiber). Le phénomène se développe surtout avec les Grandes découvertes. Christophe Colomb ramène en 1492 six Indiens qu’il présente à la cour d’Espagne. En 1550, des Indiens Tupinamba défilent à Rouen devant Henri II...

Le premier « zoo humain » semble être celui de Moctezuma à Mexico, qui, en plus d’exhiber de vastes collections d’animaux, montre aussi des êtres humains ’différents’ : albinos, nains, bossus.


Exposition internationale d’Amiens, 1906 - Une naissance au village ... Crédits : Wiki commons

À partir du XIXe siècle, ces exhibitions ne sont plus réservées aux élites et se « démocratisent », avec le développement du zoo humain. Une véritable industrie du spectacle nait à cette époque : plus d’un milliard quatre cent millions de visiteurs vont voir 35 000 figurants dans le monde entre 1800 et le début des années 50, petites manifestations de cirque, ou grandes expositions coloniales pouvant attirer plusieurs millions de spectateurs.

Les présentations se sont succédé, année après année, avec quatre ou cinq « troupes » distinctes sillonnant les grandes expositions régionales, comme Amiens, Angers, Nantes, Reims, Le Mans, Nice, Clermont-Ferrand, Lyon, Lille, Nogent, Orléans... et les grandes villes (et zoos) européens comme Hambourg, Anvers, Barcelone, Londres, Berlin ou Milan, autant de lieux où ont afflué 200 000 à 300 000 visiteurs par « manifestation ».

http://www.dailymotion.com/video/xg...

Amiens, le village Sénégalais

L’inauguration du village noir a lieu le 14 mai 1906, en présence de Mamdou Sek, le chef de tribu, qui, maître bijoutier à Gorée, est recruté par des imprésarii français, et offre, de 1904 à 1924, une mise en scène familiale, entouré de sa femme et de ses enfants.

« Ici, plus rien de commun avec nos sites habituels, c’est bien un coin de l’Afrique où tout s’harmonise », (le Progrès de la Somme).

La brochure Souvenir d’une visite au village sénégalais précise que le gouverneur du Sénégal a autorisé la venue des Sénégalais « afin de présenter à Amiens les plus beaux types de (leur) grande colonie africaine ».

Du boulevard Thiers à la ’petite Hotoie’, les visiteurs affluent. Ils découvrent les « moeurs étranges » des populations exposées. Ils ont la possibilité d’entrer dans les cases, et de constater que « ces peuples primitifs ne sont pas encore mûrs pour toutes nos modes et ustensiles de luxe » (Guide officiel de l’exposition). Les visiteurs sont alertés : « Pas trop de gâteaux, ne donnez pas d’indigestion à nos petits pensionnaires » (Guide officiel).

Une attraction est fort prisée par les visiteurs, la piscine, dans laquelle les jeunes Noirs plongent pour divertir les spectateurs... Le grand bal « noir et blanc »du 14 juillet est un succès. Un participant témoigne : « Les Sénégalais reçoivent et donnent à danser ni plus ni moins que dans un salon. Le succès sera énorme, car c’est le sujet unique en ville... Ils s’en tirent à merveille tant est grande chez ces peuples primitifs la faculté d’assimilation ».

Colonisation et exhibitions

Du milieu du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe, les grandes puissances occidentales vivent l’apogée de leur empire colonial. Cette dynamique impériale dite ’moderne’ se met en place au moment où l’esclavage prend fin, en ce qui concerne les pratiques européennes. Cette période (1807, interdiction de la traite en Grande-Bretagne, 1848, abolition de l’esclavage en France) correspond à la montée en puissance des exhibitions ’ethniques’... Les grandes puissances coloniales peuvent ainsi ’étaler’ la richesse des pays colonisés, et justifier la colonisation en montrant que ces contrées sont peuplées par des « sauvages à civiliser » ! les expositions mettent également en scène la hiérarchie des races, en créant une distance entre les visiteurs blancs, et les indigènes exhibés.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.