Watteeuw, Fernand

Photographe (1913 - 2003)

Cet éclectique passionné utilise la photographie pour garder trace de ses passions. Il a laissé 40 000 photographies qui témoignent de l’évolution de la société et du cadre de vie et Picardie.


Fernand Watteeuw et son Exacta (1947-1948) Crédits : Cliché Charles Défourné. Archives départementales de l’Oise

Le Beauvaisien Fernand Watteeuw (Sainte-Geneviève 1913 - Beauvais 2003), mécanicien de son état, descendant d’une lignée de fabricants de machines à couper les brosses, était animé par la passion de la photographie qu’il a pratiquée en amateur éclairé de 1929 aux années 1990.

L’ensemble de son œuvre, aujourd’hui conservée aux Archives départementales de l’Oise, est remarquable à bien des égards. Tout d’abord d’un point de vue historique, Fernand Watteeuw ayant en particulier réalisé des clichés de sa ville de Beauvais (Oise) avant, pendant et après sa destruction en juin 1940. Le parallèle entre les clichés d’avant-guerre et ceux des années 40, pris aux mêmes endroits, est saisissant. Photographies exceptionnelles aussi parce qu’il s’agit d’une campagne systématique qui n’a pas d’équivalent dans une région particulièrement éprouvée par la guerre, mais aussi parce que les photographies de l’Occupation on été prises à l’insu des Allemands. Ces clichés ont fait l’objet d’une publication, Beauvais et les Beauvaisiens des années 40, éditée en 1980 par le GEMOB (Groupe d’étude des monuments et œuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis).

Beauvais. Maison des Trois piliers en ruines. Septembre 1940 Crédits : Archives départementales de l’Oise
Beauvais, septembre 1940. La maison des Trois piliers en ruines.

Fernand Watteeuw était un personnage complexe, à la curiosité insatiable. Son œuvre reflète cet éclectisme : il utilise la photographie pour garder trace des activités multiples nées de ses passions. Elle sera le trait d’union entre ses multiples centres d’intérêt (archéologie, aviation, ethnologie, histoire locale, botanique, mycologie, entomologie…). Enfin, Fernand Watteeuw utilise et perfectionne un large éventail de techniques photographiques : sténopés, virages couleurs et déformations des perspectives, pigmentations, images colorisées… Son univers photographique est foisonnant et l’on trouve dans ses pratiques un résumé de l’histoire technique de la photographie argentique.

A sa mort sans descendance le 31 mars 2003, il laisse un ensemble de près de 40 000 photographies (22 000 clichés et 18 000 tirages), témoins de l’évolution de la société et de notre cadre de vie. Sauvegardés grâce à la conclusion d’un partenariat entre le Conseil général de l’Oise, la Ville de Beauvais et le ministère de la culture et de la communication, ces documents sont désormais conservés aux Archives départementales de l’Oise. Plusieurs expositions ont été organisées à Beauvais autour des clichés de Fernand Watteeuw à l’automne 2009 et ont donné lieu à la parution d’un ouvrage, Fernand Watteeuw photographe, aux éditions Somogy. La collection, aujourd’hui classée et dotée d’un inventaire en ligne est accessible aux chercheurs. Ce site est divisé en deux parties, d’un côté l’inventaire détaillé du fonds, illustré d’un millier de photographies, de l’autre une visite ludique et interactive permettant de mieux connaître l’univers de Fernand Watteeuw.

À lire !

■Jean Cartier, Francis Dubuc, Christelle Ditte, Lætitia Malécot (coll.), Bruno Ricard et Clotilde Romet (dir.), Fernand Watteeuw photographe, 1913-2003, Beauvais, Archives départementales de l’Oise, Paris, Somogy Editions d’art, 2009.
■Fernand Watteeuw, Beauvais et les Beauvaisiens des années 40 : une ville sous occupation allemande, le Plouy-Saint-Lucien (Oise), Gemob, 1980, rééd. 2004.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Archives départementales de l’Oise

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.