Wailly, Paul de

Compositeur de musique (1854-1933)

Élevé au château de Bagatelle, Paul de Wailly fuit les mondanités. Il compose la majeure partie de son œuvre entre 1870 et 1900. Après son tardif mariage, il organise des soirées artistiques à Bagatelle. Pendant les vingt dernières années de sa vie, il écrit sur la musique en exprimant son rejet de la musique contemporaine.


Paul de Wailly - Paul de Wailly Crédits : ASSECARM de Picardie

Élevé avec sévérité, au Château de Bagatelle, par une mère veuve d’un officier de marine (son père meurt quand il a sept ans), Paul de Wailly se réfugie dans la musique.

Il commence à composer vers 17 ans, en 1871. Il deviendra un des rares élèves de César Franck vers 1880, professeur dont il avouera : « je n’ai travaillé qu’avec lui et c’est à lui que je dois tout ce que je sais ».

Chrétien fervent, d’un tempérament solitaire, il déclarera : « J’ai abandonné Abbeville à vingt ans, surtout pour ne pas aller dans le monde. Je le quitte au commencement de l’hiver quand renaissent les obligations mondaines. En mai, à Paris, quand celles-ci menacent de m’accaparer, je ne songe qu’à fuir à Bagatelle. »


Marthe de Maricourt, épouse de Paul de Wailly - Marthe de Maricourt, épouse de Wailly Crédits : ASSECARM de Picardie

Il se marie en 1900, à 46 ans, avec Marthe de Maricourt, une jeune femme érudite, aux côtés de laquelle il organise des soirées artistiques à Bagatelle (elle meurt en 1918).


Le salon de musique du château de Bagatelle - Le salon de musique du château de Bagatelle Crédits : ASSECARM de Picardie

Son oratorio « L’Apôtre » est donné en 1924 au Théâtre des Champs Elysées, dans une certaine indifférence publique et un accueil critique peu chaleureux.

La plupart de ses œuvres ont été éditées à Paris entre 1892 et 1930.

A noter qu’à l’âge de soixante ans, durant la Première Guerre Mondiale il est nommé administrateur de l’hôpital d’Abbeville.

Esthétique

Paul de Wailly a composé la majeure partie de son œuvre entre 1870 et 1900.


Paul de Wailly et ses fils - Paul de Wailly et ses fils Crédits : ASSECARM de Picardie

Il consacrera ses vingt dernières années à écrire sur la musique, exprimant son rejet de la musique contemporaine, représentée à l’époque par Stravinski et Ravel. Ce rejet et ce conservatisme - qui s’expliquent partiellement par l’enseignement de César Franck et par le semi-échec de certaines de ses œuvres - ne l’empêchera pas de se lier d’amitié avec Erik Satie, qu’il soutiendra dans les moments difficiles.

Dans un programme de concert, Paul de Wailly écrit, à propos de sa Première Sonate , une phrase pleine de simplicité et de modestie : « Elle voudrait être de la Musique, de la bonne...et rien d’autre ».


Extrait de la sonate opus 26 de Paul de Wailly - Extrait de la sonate N° 26 de Paul de Wailly Crédits : ASSECARM de Picardie

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.