Usines textiles de Saleux

Trois filatures établies de 1791 à 1839

Les trois filatures ont cessé leur activité. Les sites sont abandonnés et ont fait l’objet de lotissements.

Saleux, Thil (le), 8 rue Ernest-Cauvin.


Usines textiles de Saleux , rue Ernest Cauvin Crédits : c) Ministère de la Culture/Région Picardie/ T. Lefébure (photographie),1989

Le site des moulins du Thil est converti en usines textiles à la fin des années 1830. Une voie privée y donnant accès est ouverte en 1840. En 1835, une filature est construite pour la veuve Mathieu. Cette usine est acquise par Alphonse Lecointe qui y fait construire un tissage en 1854. A l’ouest de la Selle, la fabrique d´alcool Doutard, est construite en 1855.
Le manufacturier Laurent Yvose, domicilié à Paris, acquiert progressivement ces propriétés situées sur la commune de Saleux où il a déjà fait construire un séchoir, vers 1856, séchoir et pièce pour goudronner les toiles (1857) et un gazomètre (1859). Dans l’ancienne distillerie, Laurent Yvose installe une fabrique à métiers, agrandie en 1863. Il fait construire une fabrique de cordes, agrandie (1861 et 1862) et augmentée d´un magasin, d´une huilerie et d´une étuve (1861), d´un hangar à enduit, étuve, atelier de cuisson et magasin à huile cuite (1862) et d´une maison (1863). L’usine est connue par un plan de masse de 1868, sur lequel apparaissent ces différents bâtiments. Elle est ensuite agrandie plusieurs fois entre 1869 et 1884, notamment d’un nouvel atelier de corderie (1881), d’un atelier de tissage et d’une forge (1883). Un incendie endommage le séchoir, la pièce pour goudronner les toiles, l´étuve et le hangar à enduire, en 1886. A l’est, le tissage incendié en 1881 est reconstruit l’année suivante.

A partir de 1888, l’usine est la propriété d´Ernest Cauvain-Yvose, manufacturier à Saleux. De 1892 à 1901, elle mentionnée comme atelier de tissage et fabrique de bâches. La construction d´un atelier, d´une pompe et d´un bâtiment de stockage de l´essence et huile est déclarée en 1892. Plusieurs extensions ont lieu en 1926 : forge (démolie en 1932), bâtiment du générateur, atelier de menuiserie, atelier de confection, cheminée, garage et bâtiment, magasin (démoli en 1932), buisson, magasin aux huiles cuites, abri de la machine à vapeur (démoli en 1932), magasin aux huiles crues, magasin à huile, magasin de modèles, trois magasins et deux magasins d´approvisionnement, abri pour la locomotive, abri pour les pompes, éclairage et chantier. L’usine possédait également un embranchement ferroviaire, dont la construction est déclarée en 1905 et un atelier près de la gare (1911 ca.) démoli en 1926.

Ne subsistaient, au moment de l’enquête de 1985, que les entrepôts ou magasins, la conciergerie, des vestiges des ateliers en élévation sur la rivière. Après réduction de l’activité, Cauvin-Yvose a cédé les lieux à une scierie.

Saleux, 11 route de Conty.


Usines textiles de Saleux, route de Conty Crédits : Ministère de la Culture/Région Picardie/ B.Dufournier (photographie), 1987

Comme de nombreux moulins construits sur les rives de la Selle, et notamment le moulin voisin du Thil, le moulin de Saleux est acquis par un manufacturier après la Révolution et investi dans les années 1830 pour y développer une activité industrielle.
Les terrains au nord du site sont acquis progressivement par Charles Poiret-Trépagne, filateur à Saleux, à partir de 1839, date à laquelle il fait construire une filature. Six maisons sont construites en 1843. En 1850, l’usine compte 18 métiers et emploie 130 ouvriers. La filature est agrandie en 1863 (ateliers de la rive gauche), puis en 1865, en 1866, en 1868 et en 1870 (logements d’ouvriers). L’usine, qui emploie 152 ouvriers en 1871, dont 22 moins de 16 ans, est ensuite agrandie d’un magasin et d’un séchoir en 1878.

A l’ouest de ses terrains, Charles Poiret-Trépagne installe une fabrique de savons, agrandie en 1865 et dotée d’un magasin construit en 1879. Le moulin à blé, transformé en magasin, est réaménagé en 1861.

En 1875, l’usine devient la propriété de Frédéric Poiret, manufacturier à Balagny, qui fait construire de nouveaux ateliers de fabrication (rive droite) en 1891. En 1907, elle est acquise par l’entreprise parisienne des Filatures et Teintureries de Saint-Epin et à nouveau agrandie en 1907 et en 1911.
Usines textiles de Saleux , route de Conty Crédits : Ministère de la Culture/Région Picardie/ T. Lefébure (photographie),1989

En 1926, l´usine est formée de 5 maisons, la filature agrandie en 1914 (déclaration) et un hangar, rassemblés sur la parcelle C 243. A cette date les Filatures de Saint-Epin déclarent la construction de nouveaux bâtiments abritant une force hydraulique, deux corderies, une filature cardée, teinturerie et dégraissage, forge, turbine et essence, séchoir, cheminée, générateur, machine à vapeur, filature et machinerie, savonnerie, menuiserie, éclairage, bureau, magasin à huile, quatre magasins, emballage et pliage, hangar, deux bâtiments nommés K et Z, maison du concierge, écurie, remise et magasin, remise, cantine et maison. Entre 1938 et 1952, l’usine devient tissage S. A. R. L. Vernier Alexandre et Fils, puis est reprise en tant que fabrique d’articles de campement avant d’être occupée par divers affectataires et partiellement abandonnée.

Saleux, 2 rue Jean-Jaurès.

Les terrains au sud du site appartiennent également au négociant rouennais Adeline qui y a établi une filature en 1791. L’architecte Marest et Eugène Cosserat en font l’acquisition à partir de 1839.
A l’ouest de la Selle, la filature de lin est agrandie vers 1848, par l´architecte Marest ; en 1850, elle compte 23 métiers, 2880 broches et emploie 200 ouvriers. Une nouvelle filature est construite en 1855 pour Eugène Cosserat, qui fait également construire une maison (1855) ainsi que des logements (1858) et une forge (1861). La filature est agrandie de 1862 à 1865, puis en 1878. La production a été ensuite étendue au chanvre et à l’étoupe, attestée en 1871, date à laquelle l’usine emploie 378 ouvriers dont 38 moins de 16 ans. L’usine est à nouveau agrandie d’une chaufferie (1880), d’une conciergerie (1881), d’un magasin (1889), d’un bureau (1903) et d’une salle des machines et cheminée (1912).

A l´est de la Selle, les six maisons déclarées comme constructions neuves par Marest et Cie, en 1849, sont démolies de 1862 à 1866. Un magasin sera construit à leur emplacement, en 1876, à l’initiative d’Oscar Cosserat. Un magasin à lin est également construit en 1917.


Usines textiles de Saleux, rue Jean Jaurès Crédits : Ministère de la Culture/Région Picardie/ B.Dufournier (photographie),1987

La filature est reconstruite et agrandie en 1922 (matériel fixe), en 1923 (matériel fixe, maison et peignerie, peignerie, magasin, maison du directeur), en 1924 (peignage et buanderie), puis en 1926 (forge et ferblanterie, magasins, bâtiment abritant la machine à vapeur, filature à sec, bascule, atelier de menuiserie, atelier de préparation, séchoir à air libre, hangar, cheminée, chute d’eau, voie ferrée et pont tournant), enfin en 1930 (forge et un atelier de réparation) et en 1941 (transformateur 1941). Les vestiaires sont construits en 1951 et 1956, date de la fermeture de l’usine textile Cosserat et fils et de la reprise par Pirelli, qui transforme la filature en usine d’articles de caoutchouc, avec une unité de literie construite au sud.
Autour de l’usine, les Cosserat font également construire plusieurs cités ouvrières, la cité Saint-Maurice (1858, 1860, 1875, 1878, 1879, 1880, 1883), la cité Saint-Pierre (1884, 1918, 1919, 1922, 1923) et la cité Saint-Jean (1921, 1922, 1923). Une maison servant d´école, une chapelle et un four banal avaient également été construits en 1881, 1888 et 1900.


Usines textiles de Saleux, rue Jean Jaurès Crédits : Ministère de la Culture/Région Picardie/ B.Dufournier (photographie),1987

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Service Régional de l’Inventaire

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.