Toponymie picarde

Origine des noms de lieux en Picardie

Des origines pré-celtiques aux temps mérovingiens et carolingiens, la langue picarde a de nombreuses origines dues à sa situation géographique. Les spécificités du picard se retrouvent dans les noms des communes.


Panneau d’entrée de ville, Y Crédits : Bruno Deshayes

L’origine pré-celtique

Avant l’invasion celte, les populations autochtones parlaient des langues dites « pré-indo-européennes ».
Ces racines pré-indo-européennes, rares dans le nord de la France, se retrouvent en Picardie surtout dans le nom des cours d’eau.

Quelques exemples :

■ La Selle, autrefois Sala, de la racine sal désignant un terrain marécageux.
■ La Nièvre, de nav-ara (nava = dépression en auge, ara = eau).
■ Corbie, ville à l’est d’Amiens, pourrait trouver l’origine de son nom dans la racine Ko qui désigne une éminence.

L’origine celtique

Elle concerne environ 5% des noms des villes et villages picards. Exemples :

■ Molliens, Moislains, de Mediolanum désignant les marchés à proximité des habitats celtes.
■ Agnetz, Agnières désignant des lieux situés près de l’eau (Ana=eau).
■ Noms de villes dérivés de celui des tribus établies à proximité comme Amiens des Ambiani ou Vermand, cité des Viromandui.
■ Nom dérivé d’un dieu car un site lui était consacré : Laon du dieu celtique Lugos (origine commune à Lyon).

L’origine latine et gallo-romaine

Les noms de sites à l’origine purement latine sont rares. Exemples :

■ Lieux situés sur les voies romaines, du latin Strata (chaussée pavée) comme Estrées ou Pas, du latin Passum (passage).
■ Rieux, du latin rivus (ruisseau).

Plus de 10% des communes picardes ont une origine gallo-romaine, issue généralement du nom d’une personne, suivi du suffixe (i)acum qui s’est ensuite transformé. Par exemple, le nom gaulois Brennus a donné Bernay, le nom latin Allius a donné Ailly.

L’origine germanique

Peu de noms de villes picardes ont une origine germanique pure (invasions germaniques à partir du troisième siècle après J.C.). De plus, c’est une étymologie difficile à identifier du fait de la proximité linguistique avec les langues celtes.

Exemples :

■ Halloy, Hallu de hasal (= noisetier, puis taillis) ou noms aux consonances germaniques : Ribehem, Ham, Etinehem.

Les noms les plus tardifs

Ils remontent pour la majorité aux époques mérovingienne et carolingienne et sont de structures franques et romanes. Exemples :

■ Nom terminé par « ville », du latin villa (domaine) : Abbeville...
■ Nom terminé par « court », du latin classique cohortem (l’enclos, la ferme) : Angicourt, Guyencourt, Heuzecourt...
■ Nom terminé par « villers » ou « villiers », du latin villare (groupe de fermes) : Grandvilliers, Coulonvillers, Fienvillers...
■ Nom désignant le propriétaire du lieu comme Ablaincourt, le domaine d’Abbellin, Lambersart, le domaine défriché de Lambert, Martaineville, le domaine de Martina.
■ Noms relatifs à des lieux fortifiés : Lamotte (de motte, maison forte sur éminence).
■ Les noms de communes ayant bénéficié d’une charte d’affranchissement : Francqueville, Franleu...

Les spécificités picardes

Des particularités phonétiques picardes se retrouvent dans les noms des villes et villages :

■ Maintien du latin c+a = ka au lieu de cha en Français
Exemples : Candas, Carnoy, Queveaucamp...

■ Chuintement devant i ou e du c latin (ch au lieu de c en français).
Exemples : Vauchelles, Cachy...

■ Maintien du g latin au lieu du j utilisé en français.
Exemple : Gouy au lieu de Jouy.

■ Maintien du w germanique : Warlus, Warluis, Woincourt...

La Picardie des communes

Il y a 2293 communes en Picardie, dont 817 dans l’Aisne, 693 dans l’Oise et 783 dans la Somme pour une moyenne de 385 par département français. Cette situation s’explique par l’extraordinaire mouvement d’émancipation urbaine qu’a connu la Picardie, dès le XIe siècle, et qui s’est traduit au XIIe siècle par l’obtention des chartes communales dans plus de cent villes ou villages groupés en « ligue ». Les chartes fixent les droits respectifs des seigneurs et des bourgeois habitant la ville, notamment dans le but de permettre le développement du commerce et d’assurer la sécurité des biens et des personnes.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.