Textile en Picardie

Tradition et évolution du secteur

Le textile reste jusqu’à la fin du XIXe siècle le secteur d’activité le plus important de Picardie. Malgré les crises successives, il représente encore 5% des effectifs industriels de la région. Le textile cherche un nouveau souffle avec le pôle de compétitivité UP-Tex créé pour favoriser projets et produits innovants.


- Intérieur d'une filature

Jusqu’au XIXe siècle, le textile est le secteur d’activité le plus important de Picardie. Ses assises sont anciennes : l’élevage des moutons sur les jachères des terre à blé est à l’origine de l’activité drapière. Mais c’est surtout la qualité des eaux de la Somme et du Thérain qui a permis le développement de la teinture et de l’apprêt des étoffes.

L’importance de la main d’œuvre rurale et le dynamisme des marchands qui commercent avec l’étranger expliquent également la prospérité de l’activité dès le Moyen Àge.

Jusqu’au XVIIIe siècle la sayetterie (étoffes de laine) domine, puis, sous l’influence flamande, la mulquinerie (toiles de lin et de coton) se développe.

Amiens et Saint-Quentin s’imposent comme villes drapières alors qu’à Beauvais et Abbeville l’activité textile périclite à la fin du XVIIIe pour ensuite disparaître.

Les diversifications amorcées au XIXe siècle se sont poursuivies : la production de velours, le travail de la maille et la confection se développent.

L’avenir du textile en Picardie

Aujourd’hui, malgré les différentes crises subies et les disparitions d’entreprises, la Picardie regroupe encore une diversité importante de métiers et savoir-faire.

Selon une enquête réalisée en avril-mai 2007, sur les effectifs et chiffres d’affaires au 31 décembre 2006, plus de 190 entreprises et artisans travaillent dans la filière en Picardie.

Avec près de 7300 salariés, le secteur textile-habillement représente 5% des effectifs industriels de la Région et 4,1% du secteur au niveau national.


- Atelier de tissage à Beaurevoir Crédits : CRDP d'Amiens

Des ateliers dispersés dans les bourgs ont longtemps maintenu la tradition de la passementerie, de la broderie, de la dentelle dont les articles servent à orner les habits. La mécanisation et l’automatisation du métier a amené beaucoup d’ateliers à fermer au cours des années.

Le pôle de compétitivité UP-TEX

Le pôle de compétitivité n’a qu’une finalité : favoriser l’émergence de projets innovants portés, en partenariat, par les entreprises et les structures de formation afin de développer de nouveaux produits pour conquérir de nouveaux marchés.

Deux grands chantiers sont identifiés : Les textiles innovants et la customisation.

Afin de favoriser l’émergence de projets et de structurer des futurs appels à projets UP-TEX, des ateliers de l’innovation ont été créés : Santé/hygiène ; Textile et Transport ; habillement/Vêtements innovants et réponses textiles face aux défis de la planète.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Désiré Emmanuel (CRDP d’Amiens)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.