Sucrerie de Crisolles

Sucrerie de betteraves créée en 1863 par Labarre et connue en 1884 sous le nom d’Etablissement de Crisolles, veuve d’Hersu, épouse de M. Labarre. En 1888, Albert Poulin achète la sucrerie, qui comprend également des bureaux, des parties agricoles, un logement patronal et des logements d’ouvriers. Ces derniers ensembles sont complétés entre 1896 et 1912.

Au début du 20 siècle, on distingue parmi ces logements la maison des wallons et celle des flamands. En 1913, il fait construire une distillerie, équipée en partie du matériel de la distillerie Denebourg de Sacy-le-Petit. L’ensemble est gravement endommagé lors de la Première Guerre Mondiale.


Dégâts causés en 1917 Crédits : Jean tamassou

Les bâtiments industriels, la demeure et les logements d’ouvriers sont reconstruits par l’architecte parisien Roland Martin en 1923. En 1964, la sucrerie est absorbée par la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (CNSR) qui ferme l’établissement en 1966. Les bâtiments de production sont alors démontés dans les années 1970. Le site est occupé depuis les années 1990 par l’entreprise de charpente Da Costa, qui a fait construire deux ateliers.

1863 : machine à vapeur de 15 ch. En 1937, la capacité maximale de production était de 600 tonnes par jour. En 1962, la sucrerie comptait plus de 100 salariés.

Actuellement, il ne subsiste plus que le magasin à sucre, les parties agricoles, la maison patronale avec ses dépendances, et les maisons ouvrières.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine ; Service Régional de l’Inventaire

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.