Staline, rue d’Essomes-sur-Marne

La dernière rue Staline de France

Depuis le XIXe siècle, le communes baptisent souvent leurs rues du nom d’une célébrité. Les avenues Charles de Gaulle succèdent aux rues au loup. Lorsque la célébrité tombe en disgrâce, cette habitude oblige à débaptiser la rue !


- Essomes-sur-Marne, la dernière rue Staline Crédits : CRDP d'Amiens

Essomes-sur-Marne, une commune du Sud de l’Aisne, est une curiosité pour ceux qu’intéresse l’odonymie (nom des voies de communications).
On peut y emprunter l’avenue Charles de Gaulle,


- Essomes-sur-Marne, les rues Crédits : CRDP d'Amiens

puis la rue Churchill,


- Essomes-sur-Marne, les rues Crédits : CRDP d'Amiens

la rue Roosevelt,


- Essomes-sur-Marne, les rues Crédits : CRDP d'Amiens

ainsi que la rue Staline, la seule qui demeure en France !

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la commune fait le choix d’honorer les peuples et armées des vainqueurs, de leurs libérateurs. Une cérémonie à laquelle participe l’ambassadeur de l’U.R.S.S., est organisée pour baptiser officiellement les trois voies situées en centre-ville du nom des chefs d’État présents lors de la conférence de Yalta : Roosevelt, le président américain, Churchill, le premier ministre anglais et Staline, secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique, qui s’est donné depuis 1943 le titre de maréchal.

À l’époque, cette rue Staline n’est pas la seule en France.

Les rues Staline sont débaptisées progressivement après la mort du dictateur russe en 1953 et la publication du rapport Khrouchtchev dénonçant ses crimes.

Après l’effondrement de l’U.R.S.S. en 1991, les rues Staline deviennent une rareté.

Au sein de la commune d’Essomes, l’opposition grandit face à l’existence de cette rue Staline. Les panneaux qui la signalent sont régulièrement démontés ou peints en rouge. Devant ce vandalisme récurrent, la mairie décide de ne conserver sur place qu’un panneau de bois, changé parfois, au gré de l’humeur des habitants et des riverains.
Une pétition apparaît de temps à autre, parfois sur Internet.

Mais la rue Staline demeure et fait figure aujourd’hui de patrimoine communal, de curiosité.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.