Schwob, Edmond

Industriel (1857 - 1947)

Edmond Schwob fonde la manufacture Tissage mécanique de Moislains  vers 1895. Il est aussi conseiller municipal de la commune. L’entreprise est détruite au cours de la première guerre mondiale. Reconstruite après 1918, elle devient la Cotonnière de Moislains .


Edmond Schwob Crédits : Franck d'Almeida

Edmond Robert Schwob est né à Lure (Haute Saone) le 17 mars 1857. Il est le fils d’Albert Schwob (26 ans, négociant) et de Caroline Lazarus (24 ans, sans profession). Edmond Robert Schwob est décédé à Paris le 5 avril 1947 dans le 16e arrondissement.

Ce manufacturier fut également conseiller municipal de Moislains, à compter de mai 1904, et le resta à priori jusqu’aux élections de novembre 1919, auxquelles il ne se présenta pas. La croix de chevalier de la Légion d’honneur lui fut décernée en 1912 (ou peu de temps auparavant). Du reste, Edmond Robert Schwob figure dans la liste nominative du recensement de la population de Moislains de 1906, au 25 rue de Bruges. Sont également mentionnées ses trois filles, Germaine, Marthe et Denise, nées respectivement à Paris en 1883, 1884 et 1887.

La famille Schwob d’Héricourt a joué un rôle considérable dans l’industrie textile en France.

Edmond Robert Schwob a implanté à Moislains, vers 1895, la manufacture “Tissage mécanique de Moislains” . A l’occasion de l’exposition de 1908 à Londres, Edmond Robert Schwob était président de la classe 115 A (2e Section – Industries diverses). A la classe 115 A (Produits spéciaux destinés à l’exportation dans les colonies) se trouvait André Schwob (Maison Schwob frères, Héricourt (Haute Saone) – Filés et tissus de coton). Edmond Schwob et André Schwob étaient de la même famille. André Schwob fut maire d’Héricourt le 11 mai 1911.

L’entreprise d’Edmond Schwob sera détruite au cours de la Grande Guerre et reconstruite après 1918 ; elle deviendra la Cotonière de Moislains. La fille d’Edmond Swob, Denise, épouse Gaston Lévy en 1908 ; le mariage est célébré au temple de la Victoire par le grand rabbin Lehmann (ketouba n°6824). Gaston Lévy prendra la direction de la Cotonnière, d’où l’existence (encore aujourd’hui !) de la rue Schwob et Lévy, où se situait cette société de 475 ouvriers. Le siège de la Cotonnière se trouvait au 14 rue Drouot à Paris. La Cotonnière de Moislains & Golbey s’installera en 1951 à Gauchy, établissement secondaire immatriculé au Registre du Commerce de Saint-Quentin 58 B 10 – Réimmatriculation du n°14.731 B (Précédents propriétaires Société Anonyme des Etablissements Touron), Objet Social : Fabrication, achat, vente de tous textiles- Cessation d’activité à compter du 9 décembre 1967.

Selon Frédéric Pillet et Benoît Dufournier, la Société Anonyme de Filature et de Tissage de Gauchy fusionne en 1929 avec les Etablissements E. Touron. Vers 1937, l’usine est reprise par la Cotonnière de Moislains. (Source : http://inventaire.picardie.fr/docs/MERIMEEIA02002906.html?mode=img&qid=sdx_q3).

Les Swob et les deux guerres mondiales

Mathieu Dreyfus (frère du Capitaine Alfred Dreyfus) travaille dans l’entreprise familiale de coton de Mulhouse.En mai 1889, il se marie avec Suzanne Marguerite Schwob, fille d’un fabricant de textile d’Héricourt. Au lendemain de la Grande Guerre, en 1919, le Capitaine Alfred Dreyfus avec sa belle-mère, Louise Hadamart, se rendront souvent au village de Morcourt (près de Saint-Quentin) pour apporter leur contribution à sa reconstruction. Morcourt sera le seul village de France à se doter d’un Tracteur Titan (Marque Américaine), grâce à la famille Dreyfus.
Source : Capitaine Alfred Dreyfus – Officier en 1914-18 par Monsieur Georges Joumas (Docteur en Histoire Contemporaine).

Un cousin d’Edmond Schwob, domicilié dans le même arrondissement qu’Edmond, n’a pas pu se rendre à Londres, et a aidé au débarquement américain en Afrique du Nord.

Ce cousin et son épouse, domiciliés au 5, rue Paul Dupuy dans le 16éme Arrondissement (Cf. document Spoliations – Ordonnance du 21 avril 1945), ont quitté Paris pour gagner Londres par Lisbonne ; ils n’ont pas pu y parvenir, et ont résussi à gagner l’Afrique du Nord. c’est là,en 1942, que M. Schwob a aidé au débarquement américain et est devenu l’assistant administratif de la base Méditerranéenne. Pierre Schwob, leur fils, a fait la campagne de Tunisie et d’Alsace comme Lieutenant à la Cinquième Division Blindée (deux citations).

L’industriel Edmond Robert Schwob (Cotonnière de Moislains) repose au cimetière Montparnasse. Il décède le 5 avril 1947 en son domicile (188 avenue Victor Hugo 75016 Paris), et est inhumé le 8 avril 1947. Sa tombe se situe à la 30e Division, côté droit, 16e ligne Sud – 2 Ouest.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine ; D’Alméida Franck

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.