Sapin de Noël

Toute une Histoire

« Mon beau sapin, roi des forêts, ... » . D’où nous vient donc la tradition du sapin de Noël ? Il semble, qu’à l’origine, il s’agisse d’un très ancien culte païen, associé au solstice d’hiver, pratiqué par les Celtes 2000 ans avant notre ère. Plus tardivement, l’Europe du Nord, et les pays germaniques adoptent cette coutume. Mais c’est beaucoup plus récemment que la tradition s’est généralisée, dans les foyers, et dans les espaces publics.

Et si la Picardie avait un petit quelque chose à voir dans cette Histoire ?


Noël 1914, un soldat chante devant un sapin Crédits : Joyeux Noël, de Christian Carion

Entre paganisme et protestantisme ...

Entre 2000 et 1200 avant notre ère, les Celtes adoptent un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire est associé un arbre ; l’épicéa est celui du 24 décembre, jour de la naissance du soleil, selon les croyances celtes. Pour ce rite païen du solstice d’hiver, l’arbre sacré, symbole de vie et de renouveau, arbre de l’enfantement, est décoré de fruits et de blé : durant les grands froids hivernaux, il s’agit de s’attirer les faveurs des esprits ...

En 354, l’Eglise institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. Initialement, la célébration de Noël se résume à la messe de la nativité.

On raconte qu’un moine évangélisateur allemand de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulant convaincre des druides germains que le chêne n’était pas un arbre sacré, en fit abattre un. « En tombant, l’arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l’exception d’un jeune sapin ».
A partir de là, la légende fait son oeuvre. Pour Saint Boniface, ce pur hasard est un miracle : « Désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus. » L’Eglise chrétienne s’approprie donc le sapin, pour mieux se défaire des cultes polythéistes.

Les archives mentionnent pour la première fois un « arbre de Noël » en Alsace au début du XVIe siècle. Les sapins sont décorés de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. L’étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethleem, s’impose peu à peu.
« Pour Noël, il est d’usage, à Strasbourg, d’élever des sapins dans les maisons ; on y attache des roses en papier de diverses couleurs, des pommes, des hosties coloriées, du sucre, etc. ». (Usages de la ville de Strasbourg).

Ce sont les protestants qui développent la tradition du sapin de Noël, pour se démarquer des catholiques, qui s’en tiennent à la crèche.. C’est d’ailleurs Martin Luther qui, pour reproduire l’éclat des étoiles à travers les branches du sapin, a l’idée d’orner le sien de chandelles. Un seul problème, les bougies, à base de graisse de mouton, empestent. Mais la mode est lancée !

Au XVIIIe siècle, Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, d’origine polonaise, place un sapin de Noël dans le parc du fastueux château de Versailles. A la même époque, Goethe se trouve à Leipsig, chez un ami, qui a installé un arbre de Noël, et exprime « la surprise que lui cause ce spectacle qu’il voit pour la première fois ».

L’arbre de Noël ’arrive’ à Paris, au XIXe siècle, grâce à la princesse Hélène de Mecklembourg, duchesse d’Orléans. En 1832, le prince Albert, d’origine allemande, époux de la reine Victoria, installe un sapin de Noël au palais de Buckingham. L’aristocratie et la bourgeoisie anglaise s’empressent d’imiter la famille royale...

Mais, à ce stade, le sapin de Noël reste un ’ornement’ réservé aux bourgeois aisés et aux aristocrates !

Guerres et sapins


Trêve de Noël 1914 - Un soldat allemand avec un sapin Crédits : Guerre à la guerre

La guerre franco-prussienne de 1871 pousse de nombreux alsaciens à l’exil. Ils commencent à diffuser la tradition du sapin de Noël.

Mais c’est l’occupation allemande autour de la ligne de front, en 1914-1918, et la participation de troupes alliées (britanniques, australiens ...) qui viennent aussi avec leurs us et coutumes, qui ’démocratisent’ le sapin de Noël, d’abord dans le Nord de la France.

En Picardie, la cohabitation entre les villageois et les Allemands est rude, quelquefois cruelle, aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Quelques liens se tissent cependant entre occupants et occupés.... Les enfants, comme le raconte un témoin, 12 ans au début de la grande guerre, dans les Moissons de fer, sont notamment fascinés par l’installation, à Péronne, d’immenses arbres de Noël, décorés à foison, illuminés....

Noël 1914 : une trêve d’une dizaine de jours s’installe entre soldats allemands et soldats français, belges ou britanniques. En Picardie, un épisode de fraternisation est décrit par des soldats français dans les tranchées du Santerre. Quelle n’est pas la surprise des soldats alliés de voir les tranchées allemandes illuminées de toutes parts, le soir de Noël : des sapins surgissent de la nuit !

Wilhelm Held, soldat de la 4e armée allemande témoigne : « La veille de Noël, le 24 décembre 1914 était pour nous un événement bouleversant. Nous avions reçu d’Allemagne beaucoup de cadeaux, et même des petits arbres de Noël avec leurs bougies et à la tombée de la nuit, nous avons planté ces arbres dans les parapets des tranchées .... Nous avons chanté Stille Natch (Douce nuit), Oh Tannenbaum (Mon beau sapin) ». (« 14-18 », documentaire de David Lachterman, 1964).

La tradition du sapin de Noël perdura, mais ne fut pas pour autant facilement acceptée par tous, comme en témoigne ce pamphlet paru, à l’époque, dans la presse locale !

" Au sapin puéril, trompez votre misère
Et prenez pour faveurs, son faux or, ses fruits creux,
Son cadavre paré de gloire mensongère ;
Pauvre geste sénile où finit des aïeux
Le vieux culte Sylvestre ! Et vous croyez, Barbares,
Que ses pâles lueurs, vacillant dans la nuit,
Feront fuir le remords dont votre âme s’effare
Et qui vient pour venger tant de bonheur détruit ".

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2014 à 23:25, par frachet muriel En réponse à : Sapin de Noël

    Encore un super article, très renseigné, agréable à lire et bien illustré.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 15:44, par Casimiro-Morenviller Fatima En réponse à : Sapin de Noël

    Félicitations !!! j’ai appris plein de choses , c’est pas juste un sapin de Noël en fin de compte

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.