Saint Germer de Fly

Commune de l’Oise

La commune de Saint Germer de Fly est surtout connue pour son abbaye.

Code postal : 60850

Nombre d’habitants : 1794 en 2012

Gentilé : Gérémarois, Gérémaroises

Canton : Le Coudray-Saint-Germer, Communauté de communes du Pays de Bray

La mairie


Saint-Germer-de-Fly, la mairie Crédits : CRDP Amiens

Vue au sol. Puissant bâtiment ancien en briques et pierres, au toit d’ardoises, rénové.

L’abbaye


Saint-Germer-de-Fly, l’abbaye Crédits : CRDP Amiens
Au VIIe siècle, saint Germer, ancien conseiller du roi Dagobert, devenu moine après la mort de son épouse, fonde la première abbaye bénédictine de Fly avec l’aide de saint Ouen (archevêque de Rouen).
Celle-ci est détruite par les raids vikings.

Au IXe siècle, Anségise, un proche de Charlemagne, la fait reconstruire. Le roi Charles le Chauve la donne à l’évêque de Beauvais en 863.

En 1132, les reliques de saint Germer conservées à Beauvais, réintègrent l’abbaye.

Elle connaît ensuite une grande prospérité : l’église abbatiale est reconstruite au XIIe siècle, la Sainte Chapelle est élevée après 1250 mais la guerre de Cent Ans apporte son lot de destructions, notamment la façade. Au XVIe siècle, la nef est fermée par un simple mur. En 1644, les mauristes, moines réformés de l’ordre bénédictin, s’installent et restaurent l’ensemble jusqu’au XVIIIe siècle.

L’église est construite en deux campagnes : celle de 1135-1167 voit l’élévation du choeur, d’un transept et des trois premières travées de la nef puis celle de 1170 jusqu’au début du XIIIe siècle, le reste de la nef et la façade. Cette église à plan classique comprend huit travées, un transept saillant et une abside à cinq pans qui abritait autrefois cinq chapelles rayonnantes. Elle mesure 62 m de long, 19 m de large et 19 m de haut.

L’extérieur présente un chevet arrondi éclairé par des fenêtres en plein cintre si typiquement romanes. Les portails sont peu décorés, celui du bras sud se compose d’un mur aveugle de 1,55 m d’épaisseur.
L’intérieur montre une élévation à quatre niveaux : grandes arcades, tribunes voûtées, baies rectangulaires et fenêtres hautes en plein cintre. Le décor est empreint d’influences romanes : clef de voûte ornée d’animaux fantastiques, abside décorée de motifs polychromes géométriques.


Saint-Germer-de-Fly, nef de l’abbatiale Crédits : CRDP Amiens

La Sainte Chapelle est construite au XIIIe siècle sur le modèle de celle de Paris bâtie par Saint Louis entre 1242 et 1248. Elle est réalisée sous l’abbatiat de Pierre de Wessencourt qui est inhumé dans la galerie entre l’église et la chapelle. Ce vaste édifice de 24 m de long, 8,5 m de large, 13,6 m de haut est commencé vers 1260. Il est consacré en 1267 par Guillaume de Grez, évêque de Beauvais.

Sa façade ouest encadrée par deux tourelles polygonales est ajourée par une grande rose vitrée à seize lobes. La chapelle, gigantesque cage de verre, possède de remarquables vitraux du XIIIe siècle, dont l’un représente l’abbé sur le chantier avec l’architecte (sommet de la baie situé au nord de la fenêtre d’axe).


Saint-Germer-de-Fly Crédits : CRDP Amiens

La fonction de région de transit jouée par la Picardie concerne aussi le transport d’énergie. Ces lignes THT (très haute tension), Qui passent près de Saint Germer de Fly dirigent l’électricité produite par la centrale nucléaire de Penly, située sur la côte de la Manche, vers la région parisienne.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.