Poix

Commune de la Somme

Située à 30 km au sud-ouest d’Amiens, Poix occupe une position favorable au carrefour d’axes de circulation nord-sud, ce qui lui a permis de développer une zone industrielle.


Poix Crédits : CRDP Amiens

Code postal : 80290

Nombre d’habitants : 2407 en 2010

Gentilé : Poyais, Poyaises

Située à 30 km au sud-ouest d’Amiens, en fond de vallée encaissée, Poix occupe une position favorable au carrefour d’axes de circulation nord-sud : route Paris-Beauvais-Abbeville-Boulogne-Calais-Londres et ouest-est : voie ferrée et route reliant Le Havre-Rouen à Amiens-Valenciennes ou Lille et la Belgique.

L’axe routier sud-nord le plus à l’ouest de la Picardie correspond à l’ex-nationale 1, devenue en partie la départementale 901 : Paris-Beauvais-Poix-Abbeville-Boulogne-Calais et au-delà Londres. Partant du bas à droite de la photo, il file vers le nord, en haut à gauche, trouant l’espace boisé. L’axe routier et ferroviaire ouest-est mène du complexe portuaire Le Havre-Rouen à Amiens-Valenciennes ou Lille, et, au-delà, à la Belgique. La voie ferrée franchit par le viaduc une vallée encaissée de 38 m ; elle continue vers Amiens. La nationale 29 longe la vaste usine aux bâtiments gris (cartonnerie) ; elle sort de la ville en direction d’Amiens.

Cette position de carrefour valut à Poix d’être quasi entièrement détruite par les bombardements de juin 1940. Aujourd’hui, elle lui a permis d’attirer plusieurs usines et d’édifier une zone d’activités au sud, le long de la D 901.


Poix Crédits : CRDP Amiens

Cette situation lui a permis d’attirer plusieurs usines dont celle (visible ici) qui fabrique du carton ondulé. Implantée au nord-ouest de la cité, un peu à l’écart pour disposer de vastes terrains, elle appartient au groupe Émin-Leydier et emploie 150 personnes.

L’espace de campagne intermédiaire entre la ville et les ateliers se remplit par des lotissements coquets. Poix a aussi attiré d’autres usines installées sur une zone industrielle récente, le long de la route de Rouen, au sud de la ville.

Le viaduc fait depuis longtemps partie du paysage intime des habitants de Poix.

L’agglomération se situe à la confluence de la Poix, une rivière qui lui a donné son nom, et des Evoissons, autre cours d’eau, affluent de la Selle, elle-même affluent de la Somme. Ce réseau hydrographique complexe a donné naissance à un système de relief et de vallée, celle, encaissée, de Poix-de-Picardie.

La petite ville, dès l’époque romaine, est au centre d’un réseau de communication. Dès 1867, elle accueille le chemin de fer, ce qui impose la construction d’un viaduc monumental, à 180 mètres d’altitude.

L’histoire du viaduc de Poix-de-Picardie, construit en 1866 par la Compagnie de l’Ouest, n’est pas dénuée d’intérêt. Cet ouvrage d’art, fait de maçonnerie de briques, permet aux deux voies de chemin de fer de la ligne Amiens-Rouen le franchissement de la vallée de Fay, sur une longueur de 246 mètres et à une hauteur maximale de 33 mètres.

Il a été détruit à trois reprises au XXe siècle.
Le 31 août 1914, il est dynamité une première fois par le Génie français. L’année suivante, le front s’étant stabilisé plus au Nord … six arches sont relevées. Le 6 juin 1944 de nouveau, l’armée française endommage le viaduc. Après l’armistice, un pont provisoire est établi, avant réparation, l’ensemble étant bombardé le 14 janvier 1944. Cette voie de chemin de fer aurait mené le matériel de guerre allemand, des troupes de soutien vers la Normandie …

Photographié et placé sur les cartes postales évoquant la commune, le viaduc est équipé de barrières métalliques par la SNCF en 1969, ceux-ci remplaçant ses garde-corps en maçonneries.

L’usine, Emin Leydier Emballage, est installée en contrebas, plus loin un lotissement pavillonnaire. Aujourd’hui, le viaduc figure sur le cachet de la Poste et donc sur chaque lettre qui y est expédiée.


Poix Crédits : CRDP Amiens
Les années 1960 ont vu se modifier en profondeur la structure de la population de Poix-de-Picardie : 1962, 1278 habitants ; 1968, 1514 ; 1975, 2172.

Cette commune de l’Amiénois n’a pas connu la déprise rurale de l’après Seconde Guerre mondiale, mais au contraire une augmentation importante du nombre de ses habitants, un quasi doublement en une dizaine d’années !

Aux confins de la Normandie et de la Picardie, Poix est un bourg rural prospère, situé sur la radiale S.N.C.F. reliant Rouen à Amiens, au carrefour de deux anciennes voies majeures de communication, l’ancienne Route nationale 1 et la Route nationale 29.

Au moment où la structure de l’emploi se modifie dans la capitale amiénoise voisine, la commune de Poix attire quelques nouveaux résidents, l’automobile ou le train aidant et autorisant des déplacements quotidiens et pendulaires (lieu de résidence à lieu de travail). Le baby-boom des dernières décennies est également un élément d’explication de cette hausse démographique importante.
Dans ces campagnes, devenues « périurbaines », de nouvelles constructions d’habitat s’imposent à Poix. Celles-ci, à bas coûts, offrent aux nouveaux et heureux propriétaires un logement individuel, muni de plusieurs pièces aménageables, équipé avec l’électricité, l’eau courante, une cours et un jardin !
Le niveau de vie des Français a augmenté, les normes de construction de l’habitat ont évolué, ces maisons étriquées et mitoyennes ne répondent plus aux besoins actuels, mais elles ont permis à leurs occupants d’accéder à un confort le plus souvent inédit dans les campagnes, dans les années 60, .

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.