Partenariat avec l’Allemagne

La Thuringe

La Région Picardie a noué de nombreux partenariats avec la Thuringe, Land allemand où Bach, Goethe, Schiller... ont passé une grande partie de leur vie.


Bach à Eisenach - Statue de Bach à Eisenach Crédits : Robert Scarth

Présentation de la Thuringe

La Thuringe compte 2,4 millions d’habitants, sa capitale est Erfurt. Ce Land se trouve au centre géographique de l’Allemagne, il est considéré comme le « poumon vert » de l’Allemagne, en raison, notamment, de son immense forêt. Le point le plus élevé de la Thuringe est le Großer Beerberg (983 m).

Culture

La Thuringe et Jean-Sébastien Bach sont fortement liés puisque le compositeur y a passé une grande partie de sa vie, notamment à Weimar, après Eisenach et Erfurt.

De grands événements culturels thuringiens sont le Weimarer Kunstfest (le festival de l’art de Weimar), la Kulturarena (les arènes de la culture) de Iéna, les Thüringer Bachwochen (semaines thuringiennes de Bach), le Thüringer Orgelsommer (l’été thuringien de l’orgue) ou le Tanz- und Folkfestival (festival de danses et de musiques du Monde) de Rudolstadt.

Histoire

La province est érigée en duché au IXe siècle. A partir de la fin du Moyen Âge, le pays est morcelé en une série de petites principautés relevant de la Saxe (Saxe-Gotha, Saxe-Weimar Eisenach etc.).

Lors de l’effondrement du Reich en 1918, la plupart des principautés devinrent républiques, puis constituèrent en 1920 une entité unique : l’Etat de Thuringe.

Économie

L’industrialisation de l’Allemagne au XIXe siècle a démarré en Saxe et en Thuringe. Les secteurs les plus importants étaient les mines, la porcelaine, le verre, les jouets et, surtout, les machines-outils ainsi que l’optique, indissociable des noms de Zeiss et de Schott à Iéna. La Thuringe a maintenant renoué avec ses traditions. Avec cinq universités (Iéna, Erfurt, Ilmenau et deux à Weimar), une cinquantaine de centres de recherche et vingt centres technologiques, la Thuringe possède un paysage scientifique d’une grande densité. Iéna est toujours un pôle de l’optique. Dans le Land, on trouve l’électrotechnique, les verreries et la céramique de précision, l’industrie textile ainsi que la chimie. La moitié de la surface de la Thuringe est consacrée à l’agriculture. On y cultive des céréales, du colza, des pommes de terre et des betteraves à sucre.

Principales villes

Eisenach


Eisenach Crédits : Gynti 46

Eisenach est située au milieu de la Forêt de Thuringe et dominée par le Château de la Wartburg. J.S.Bach est né à Eisenach en 1685 et un musée située dans sa maison natale est consacrée à son œuvre.

Erfurt


Erfurt en 1813 - Erfurt en 1813 Crédits : peinture de Jean Jacques Ramée

Capitale et la plus grande ville du Land, fondée au VIIe siècle, Erfurt est extrêmement riche en maisons patriciennes, en églises et monastères, un véritable écomusée de l’architecture. Dès le Moyen Age, Erfurt comptait parmi les villes les plus importantes d’Allemagne, ce qui explique le grand nombre d’édifices historiques.

Unique en Europe, le pont des épiciers (Krämerbrücke) long de 120 mètres, construit d’habitations de part en part et encore occupé, constitue l’un des centres villes d’Allemagne les mieux conservés. En tant que centre économique, intellectuel, culturel et politique de la Thuringe, Erfurt attira des personnalités comme Luther, Adam Ries, Goethe, Schiller, Herder, Wieland, Bach, Humbold, le tsar Alexandre et Napoléon Bonaparte.

Jéna (Iéna)


Vue d’Iena Crédits : Lars0001

Iéna est le siège de l’université Friedrich Schiller, en mémoire de l’écrivain, qui y a été professeur d’histoire et de philosophie de 1789 à 1799. Karl Marx y a obtenu son doctorat en philosophie en 1841. En 2009-2010, Iéna compte près de 30 000 étudiants.

Iéna a deux « spécialités » industrielles : l’optique (Carl Zeiss, Ernst Abbe, SCHOTT JENAer Glas GmbH, Jenoptik), et la chimie (Jenapharm GmbH & Co.KG).

Weimar


Mairie de Weimar - Mairie de Weimar Crédits : Pittigliani

Weimar fut la capitale de la Thuringe. Outre ses établissements d’enseignement et ses industries, elle reste une capitale spirituelle dont le rayonnement date surtout de l’époque classique : Goethe, Schiller, Herder, Wieland. Au XIXe siècle, c’est l’âge de la peinture et de la musique : Liszt, Berlioz, Wagner, R. Strauss. Au début du XXe siècle, Gropius y fonde le « Bauhaus », un lieu d’enseignement où la séparation entre l’art, l’artisanat et la technique devait être éradiquée. L’Université du Bauhaus est toujours en activité.
En 1919, après la chute de la monarchie, l’Assemblée nationale allemande fonda « la République de Weimar » (1919-1933), et c’est à Weimar que la première constitution allemande fut écrite.
En 1999, Weimar fut élue capitale culturelle de l’Europe.

Le mémorial de Buchenwald, à l’emplacement de l’ancien camp de concentration (à 6 km de Weimar) rappelle le souvenir du plus tragique chapitre de l’histoire allemande.

Les partenariats Picardie/Thuringe

Ils sont principalement axés sur la recherche, l’économie et l’innovation.

Il existe, en effet, de nombreuses potentialités de coopérations entre la Picardie et la Thuringe. Ainsi, la biologie, le photovoltaïque, les éco et agro matériaux, les matériaux optiques, les fibres optiques, les micro et nano systèmes ultramodernes, les bioprocessus, la mécanique de la terre, les systèmes logistiques, les techniques d’analyses, le design et l’architecture sont autant de domaines où des projets communs possibles.

Depuis 1994, plusieurs partenariats et projets spécifiques ont été réalisés entre acteurs picards et acteurs thuringiens.

En 2005, des contacts ont été établis sur le textile et les matériaux d’origine synthétique TITK entre des chercheurs picards et des chercheurs thuringiens lors des salons « Naro.Tech » à Erfurt et « Plantes Innovations Industries » à Amiens.

Depuis 2006, l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et le CiS Institut für Mikrosensorik und Photovoltaik GmbH sont investis dans le réseau européen de formation par la recherche « NASCENT » (Nanomaterials for applications in Sensors, Catalysis and Emerging Technologies).

Depuis 2006, des chercheurs de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), de l’Université Picardie Jules Verne (UPJV) et de l’Université Friedrich Schiller de Iéna, sont réunis autour du projet GLYCOSENSE- POLYMIMIC.
Ce projet vise à la reconstitution de l’empreinte du site actif d’une enzyme dans un polymère synthétique. Outre l’application comme inhibiteurs d’enzymes, les polymères imprimés de nouvelle catégorie ont le potentiel d’être utilisés dans le secteur de l’environnement et dans le domaine médical, comme agents de blocage contre l’attaque de pathogènes tels que des virus et des bactéries, ainsi que pour neutraliser des anticorps indésirables (auto-anticorps). Ce projet se distingue aussi par l’intégration de nouveaux matériaux dans des capteurs optiques.
Ce projet ouvre la voie à la détection spécifique des biomolécules dans des milieux biologiques, l’étude des interactions sucre-protéine et protéine-protéine, ainsi que le développement des outils de diagnostic et de détection précoce des maladies associées à la modification ou absence de ces biomolécules. Certaines de ses applications pourraient permettre des avancées significatives dans la lutte contre le cancer.

En 2007, un colloque sur la santé mentale a réuni, en Picardie, praticiens et experts en santé mentale européens, dont certains étaient originaires de Thuringe. Ce colloque a attiré l’attention des participants sur le contexte politique et social particulier des maladies mentales et a initié un débat sur les différentes pratiques en la matière.

Depuis 2009, deux projets importants.
.
Le premier a été lancé dans le double contexte du Jubilé de la coopération et des 90 ans de l’Université du Bauhaus de Weimar. Il s’agit d’un concours d’architecture et de design en éco et agro matériaux, ADREAM. Basé sur les expertises de la Picardie, en éco et agro-matériaux, et de la Thuringe en architecture et design d’avant-garde, ce projet mobilise des écoles supérieures, des universités, des centres de transfert et d’innovation et des industriels. Il récompense les projets d’étudiants et de professionnels par des prix financiers et des aides au prototypage.
Deux éditions se sont déjà tenues, en 2010 et 2012.
Le second, INCOPIC, consiste à organiser, en partenariat avec la Société pour le développement technologique de Thuringe (STIFT) et l’Agence Régionale d’Innovation de Picardie (ARI), quatre ateliers de travail thématiques (2 en Picardie et 2 en Thuringe) pour identifier les domaines qui pourraient faire l’objet de coopérations concrètes entre PME et entreprises innovantes.

Quelques pistes pour l’avenir…

Une réflexion a été engagée autour d’un fonds commun de soutien à la recherche pour les projets picardo- thuringiens.
Le projet Ecorégion va permettre aux deux régions des échanges dans le domaine de la croissance verte.
Les universités et centres de recherche et de transfert picards pourraient travailler avec l’Institut Hans Knöll sur les « oligosaccharides », avec l’Institut Thuringien de Recherche sur les Matières Textiles et Synthétiques sur le « remplacement des polymères issus du pétrole », et avec des bureaux de consultants thuringiens sur « le traitement biotechnologique des déchets de fabrication de l’huile d’olive ».
Les liens de l’UTC avec l’Université technique d’Ilmenau devraient être développés.
Un projet sur les véhicules intelligents, associant UTC et Université de Iéna, est en cours de finalisation.
Les échanges dans les domaines économique et agricole (par exemple, par la participation croisées à des foires, des expositions, des salons) seront intensifiés.

Une nouvelle édition du concours ADREAM est programmée pour 2014.

Des projets communs en matière de réussite scolaire seront poursuivis. La Thuringe met en effet en œuvre une démarche comparable à celle de la Picardie (Réussite éducative) : NELECOM (Neue Lernkultur in Kommunen). En cours : PICTHURE (Picardie Thuringe Réseau éducatif) et DEAR (projet d’éducation au développement et à la Solidarité internationale).

Dans le domaine de la culture, des échanges dans le cadre des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, et dans le cadre de la Décennie Luther – en association avec le Musée de Noyon –, sont programmés.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.