Pajot, Léon

Horloger (1678-1754)

Précurseur de l’Encyclopédie, il est tout à la fois horloger, philosophe, chercheur, etc. mais aussi pédagogue et collectionneur ... Sa renommée dépasse les frontières et son « cabinet de curiosités » est un must ! Il est connu pour avoir fabriqué le premier anémomètre enregistreur.


Louis-Léon Pajot Crédits : Crémerie de Paris

La mémoire du vent et autres inventions

Léon Pajot est le premier à avoir inventé un instrument enregistrant des données. Destiné en donner la vitesse et la direction du vent, son anémomètre est muni d’une horloge à balancier qui entraîne le mécanisme d’enregistrement.

Horloger, le nec plus ultra des arts au XVIIIe siècle… C’est alors « le » métier prestigieux, qui associe vingt savoir-faire différents et fait naître mille et une découvertes scientifiques. Les grands horlogers sont Parisiens. C’est aussi le loisir prisé des princes et du roi Louis XVI.

Louis-Léon Pajot d’Ons-en-Bray (1678/1754) est un précurseur de l’Encyclopédie. Il est tout à la fois horloger, philosophe, chercheur, physicien, chimiste, mathématicien, météorologue, astronome, naturaliste, botaniste et aussi pédagogue, collectionneur ... Sa renommée dépasse les frontières et les personnalités viennent lui rendre visite. Le roi de Pologne, le prince de Saxe Cobourg Gotha, le tsar Pierre 1er, les ambassadeurs turcs se succèdent chez lui. Son « cabinet de curiosités » est un must !

Il est installé dans le magnifique château édifié par le duc de Chaulnes à Bercy, à l’est de Paris, dont il a fait un salon mondain et scientifique à la fois où il convie les grands penseurs éparpillés en Europe. Il crée une orangeraie et un herbarium. Sa bibliothèque et ses collections sont parmi les plus riches d’Europe ; ses réceptions sont somptueuses car notre homme est un bon vivant qui adore festoyer et fêter. Son épouse, la princesse de Galiffat Martigue, tient son rôle d’hôtesse à la perfection …

Elevé chez les jésuites, Léon passe sa jeunesse dans les livres car sa santé fragile ne lui permet pas de vivre de pratiquer de sport. Il fait preuve d’une ouverture d’esprit, d’une curiosité insatiable. Il se révèle lors d’un séjour en Hollande où il côtoie les scientifiques les plus pertinents de l’époque : MM Hughens, Ruysch, Boerhaave …

Léon Pajot d’Ons-en-Bray est surtout célèbre pour l’anémomètre à pendule, conservé au musée des Arts et Métiers à Paris. Il affiche sur les données sur deux cadrans. Grâce au papier frotté avec de la poudre de corne de cerf calciné, on peut conserver les données. Mais la liste de ses inventions est considérable …

Directeur général des Postes comme son père avant lui, Léon Pajot a assuré sa fonction avec sérieux, tout en multipliant les recherches. Travailleur acharné et amateur d’art raffiné, il multiplie les incursions dans des domaines variés. Il invente un métronome pour marteler le rythme des musiciens, une montre marine qui établit l’angle de la ligne du vent et de la quille du vaisseau, une râpe à tabac, un système de mesure pour les liquides. Il explique le jeu du cube magique qui énerve encore les plus patients. Il dessine toutes sortes de machines, de mécanismes, de systèmes hydrauliques. Il n’arrête pas d’accumuler des pièces rares, d’acheter des plantes ou des fossiles ou des prototypes ... La légende dit qu’il lui suffit de jeter un œil à ces systèmes pour en comprendre les avantages et les perfectionner … Il conçoit une montre extraordinaire de complexité pour son ami et protecteur le duc d’Orléans, régent de France. Le duc offre le « miroir ardent du Palais-royal », une lentille capable de concentrer les rayons du soleil jusqu’à mettre le feu. C’était un objet précieux, dont Lavoisier se servira. Louis XIV qui appréciait la compagnie d’Ons-en-Bray et réclamait sa présence à Versailles, lui a confié l’instruction du dauphin. C’est encore le roi qui l’a promu 1e membre titulaire de l’académie des sciences.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Gillion, Elisabeth

Vos commentaires

  • Le 26 décembre 2015 à 20:08, par Cremerie de Paris En réponse à : Pajot, Léon

    Très fascinant cet article.

    Nous apprenons plein de choses nouvelles
    sur Louis Leon Pajot qui était propriétaire de notre batiment d’exposition
    au 9 rue des Déchargeurs / 15 rue des Halles 75001 Paris
    lorsqu’il gérait la poste.
    La license postale lui a été retire en 1732
    par la cardinal Fleury
    qui était agassé par la réussite de son entreprise

    Un peu plus d’informations sur son activité postale
    également sur notre site http://renseignementstelephoniques.com
    et http://cremeriedeparis.com

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.