Nerval, Gérard de

Écrivain et poète (1808-1855)

Figure du romantisme, il se distingue par sa traduction du Faust de Goethe (1828). Il travaille dans ses poèmes sur des thèmes liés à l’inconscient. Certains disent qu’il fut le « nègre » de grands écrivains du XIXe siècle.


Gérard de Nerval

« Gérard de Nerval offre le cas presque unique du génie, dans le sein d’un talent plutôt aimable, finalement sollicité, créé par la folie. »
(Pierre Jean Jouve)

De son vrai nom Gérard Labrunie, Gérard de Nerval est né à Paris en 1808. Figure du romantisme, il se distingue notamment par sa traduction du Faust de Goethe (1828). Il travaille sur des thèmes liés à l’inconscient dans les sonnets des Chimères (1854) et son roman Aurélia (1855). Il fut retrouvé pendu à Paris en 1855.

Nerval et la Picardie

Mis en nourrice à Loisy, près d’Ermenonville, chez son oncle, il est très influencé par les paysages du Valois.

Dans son œuvre majeure, Sylvie, il évoque la forêt d’Ermenonville :
« Ermenonville, pays où fleurissait encore l’idylle antique... »

« Gérard de Nerval offre le cas presque unique du génie, dans le sein d’un talent plutôt aimable, finalement sollicité, créé par la folie. »(Pierre Jean Jouve)

De son vrai nom Gérard Labrunie, Gérard de Nerval est né à Paris en 1808. Figure du romantisme, il se distingue notamment par sa traduction du Faust de Goethe (1828). Il travaille sur des thèmes liés à l’inconscient dans les sonnets des Chimères (1854) et son roman Aurélia (1855). Il fut retrouvé pendu à Paris en 1855.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.