Morgan, Anne

Bénévole et militante (1873 - 1952)

Fille du grand banquier américain, Anne Morgan milite pour les conditions de travail et le droit de vote des femmes. Avec la fortune laissée par son père, elle organise dans l’Aisne les structures médico-sociales pour les blessés et les civils pendant les deux guerres mondiales.


Anne Morgan - Anne Morgan Crédits : CIDFF

Née le 25 juillet 1873 à New York, décédée le 29 janvier 1952 à New York. Anne Morgan est la quatrième enfant de John Pierpont Morgan, qui fut le plus grand banquier des États-Unis et le plus grand créancier de la France, après 1870.

Jusqu’à l’age de 20 ans, Anne Morgan poursuit ses études et voyage avec sa famille.

En 1903, elle participe à la fondation du Colony club anglo-saxon réservé aux femmes.

À partir de 1908, elle vit à Versailles avec deux amies. Elles vont militer en faveur des conditions de travail et du droit de vote des femmes.

Son père décède en 1913 et lui lègue 3 millions de dollars. 

Aide aux victimes de guerre

Dès 1914 elle organise dans sa villa à Versailles, une infirmerie pour les soldats blessés.

En 1915, elle s’investit dans les actions de secours du comité américain pour les blessés français (AFFW : American Found for French Wounded).

En avril 1917, la section civile de l’AFFW se transforme en Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD), sous l’impulsion d’Anne Morgan et de son amie Anne Murray Dike.

Le général Pétain confie au CARD une mission de secours aux civils de l’Aisne. L’organisation s’installe dans les ruines du château de Blérancourt en mai 1917. Les secours sont dispensés par des femmes françaises salariées, par des volontaires américaines et britanniques, qui doivent faire preuve de leurs qualifications comme infirmières, médecins ou chauffeuses.

En 1918, chassé par l’avance allemande, le CARD se replie sur Vic-sur-Aisne, où il devient une œuvre de guerre plus traditionnelle, ouvrant vestiaires et cantines pour les soldats.

Au retour du CARD à Blérancourt, en février 1919, la reconstruction du département de l’Aisne reprend. Son action porte sur 127 communes et une population de 60 000 habitants.

Le CARD accompagne le retour de la population à la vie normale en fournissant les biens de première nécessité (nourriture, vêtements, couvertures…).

Les structures médico-sociales implantées à partir de 1919 évoluent, le CARD se transforme en association d’Hygiène Social de l’Aisne en 1923, qui deviendra en 1952 l’AMSAM ( Association Médico-Sociale Anne Morgan ).

Le musée de la Coopération franco-américaine est créé en 1930 à Blérancourt.

Elle est nommée officier de la légion d’honneur.

En 1925, elle fonde avec Jules Siegfried, la Bonne Volonté franco-américain.

En 1932, elle est nommée commandeur de la Légion d’honneur. C’est la première Américaine à recevoir cette distinction.

De retour aux États-Unis, elle organise et préside l’American Friends of France.

Au cours de la seconde guerre mondiale, Anne Morgan a 67 ans, elle coordonne l’évacuation de la pointe de Givet, puis tente de réorganiser Blérancourt. Elle reçoit la Croix de guerre avec Palme.

En 1947, Anne Morgan retourne dans sa propriété de Mount Kisco à New York, où elle décède le 29 janvier 1952.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.