Monuments commémoratifs

Monuments commémoratifs de la Première Guerre mondiale

En plus des grandes nécropoles des différentes armées combattantes, Quelques monuments isolés et remarquables jalonnent la Picardie.

Les « fantômes » de la butte de Chalmont


Les fantômes de la butte de Chalmont - Monument commémoratif près d'Oulchy-le-Château Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart

Ce groupe monumental impressionnant se dresse sur la butte Chalmont, à quelques kilomètres du village d’Oulchy-le-Château, dans le Tardenois.

Cette région est particulièrement éprouvée au cours de l’été 1918. À l’issue de la grande offensive du printemps 1918, les Allemands réussissent à percer le front allié, entre les vallées de l’Aisne et de l’Ailette. Château-Thierry tombe le 31 mai 1918.
Cette oeuvre du sculpteur Paul Landowski, conçue en 1923, programmée en 1927, a été inaugurée en 1935.

Elle rend hommage aux combattants de la deuxième bataille de la Marne, représentés par huit hommes aux yeux mi-clos, semblables à des fantômes. L’un d’eux a les traits du Christ.

Cet ouvrage à connotation pacifiste rappelle l’une des oeuvres du romancier et ancien combattant, Roland Dorgelès : « le réveil des morts ». Au lendemain des combats, les fantômes des soldats viennent rappeler aux vivants la force de leur sacrifice.

L’arc de triomphe de Proyart


Proyart, l’Arc de triomphe - Proyart, L'Arc de triomphe Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart

Ce petit village de la Somme, situé à une trentaine de km à l’est d’Amiens possède l’un des monuments les plus curieux et les plus coûteux de la région : un arc de triomphe érigé dans un parc à proximité du château local.

Il a été offert à la commune de Proyart par un particulier et par la ville de Cognac (Charente), marraine de guerre.

L’ensemble a coûté 32 000 francs. Il a été inauguré le 28 septembre 1924 par le général de Castelnau.

Sous l’arc, on distingue la statue d’un soldat français.

Sous la stèle qui le supporte, une inscription : « on les a ! »

Au sommet de l’arc, six grands épisodes de la Grande Guerre sont rappelés : la Marne, l’Yser, Verdun, la Somme, l’Artois, l’Aisne.

Sur les côtés, deux bas-reliefs du sculpteur Gourdon illustrent le sacrifice des poilus et la reconnaissance de la Nation qui, sous les traits d’une femme embrasse l’un d’entre eux. 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Sahaguian Franck

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.