Monuments américains de la guerre de 14-18

Le « Château-Thierry monument » sur la cote 204

De nombreux monuments et cimetières, entretenus en France par l’American Battle Monuments Commission, créée en 1923, témoignent de l’engagement des États-Unis aux cotés des Alliés lors de la Première Guerre mondiale.

"
Le Château-Thierry monument - Le Château-Thierry monument, monument américain de la guerre de 14-18 Crédits : CRDP d'Amiens

Dès que le regard s’élève vers la cote 204, il voit l’imposant monument américain dominant la vallée de la Marne, le Château-Thierry monument , inauguré en 1933 au Bois Belleau .

Ce monument est bien différent des lieux de souvenir que les Picards croisent tous les jours sur les chemins de campagne, cimetières britanniques ou américains comme celui de Seringes-et-Nesles, près de Fère-en-Tardenois, où reposent 6 012 soldats américains. 

Un peu d’histoire

Au mois d’août 1914, les États-Unis proclament leur neutralité. L’enjeu : ménager l’unité du peuple américain, apaiser les tensions au sein des différentes communautés originaires des pays en guerre.

Entre 1914 et 1917, les États-Unis appuient l’effort de guerre franco-anglais en fournissant aux Alliés énergie, matières premières, produits industriels, emprunts. À partir de 1916, des volontaires américains combattent en Europe, dont les 200 aviateurs de l’ Escadrille La Fayette .

En mai 1915, le torpillage par un sous-marin allemand du paquebot britannique Lusitania (1200 victimes civiles, dont 128 Américains) provoque une grande émotion. 

Au début de 1917, la déclaration par l’Allemagne de la « guerre sous-marine à outrance » (qui concerne les navires neutres), son intention de négocier une alliance avec le Mexique voisin contre les États-Unis décide de leur entrée en guerre, le 2 avril 1917.

Les États-Unis ne sont pas préparés à la guerre à venir.

En l’absence de service militaire, l’armée ne compte que 200000 soldats engagés. Il faut donc recruter, équiper, transporter et ravitailler en Europe un corps expéditionnaire de plus en plus important qui débarque à partir du mois d’octobre 1917.


Le Château-Thierry monument - Le Château-Thierry monument, monument américain de la guerre de 14-18 Crédits : CRDP d'Amiens

Bientôt 2 millions de soldats américains entrent dans le combat, soit 31 % des effectifs lancés dans la contre-attaque décisive du maréchal Foch à l’été 1918.
Les Sammies , aux uniformes verts et au casque en forme de cercle, sont commandés par le général Pershing, le capitaine Patton (futur héros de la Guerre de 39-45) ou le futur président Harry Truman. Bien accueillis, ils sont formés aux combats des tranchées par des officiers français, qui les décrivent comme « valeureux et fiers ».

Les 1re, 2e et 3e D.I.U.S.(Division d’infanterie) s’illustrent lors de la 2e bataille de la Marne aux mois de juin et juillet 1918.

Les Allemands sont alors à Château-Thierry, à 70 km de Paris.

Au prix de lourdes pertes, les Sammies colmatent la brèche ouverte, lors de la bataille du Belleau Wood grâce à l’engagement des Marines , avant de participer à la contre-offensive victorieuse.

Sont ensuite créées les trois armées américaines qui participent aux cotés des Français et des Britanniques aux offensives décisives de l’automne 1918 en Champagne, sur l’Argonne, à Verdun …


Le Château-Thierry monument - Le Château-Thierry monument, monument américain de la guerre de 14-18 Crédits : CRDP d'Amiens
Henry Gunther d’ailleurs est le dernier soldat tué lors de la 1re Guerre mondiale, à 10 h 59, le 11 novembre 1918, une minute avant le cessez-le-feu général sur le front de l’Ouest. À Chaumont-devant-Damvillers (Meuse) ; ce soldat de la 79e D.I.U.S. est touché par un tir de mitrailleuse ennemi alors qu’il chargeait des positions allemandes à la baïonnette.

Au total, les forces américaines ont perdu, selon les statistiques officielles arrêtées au 31 décembre 1918, 116516 hommes.


Le Château-Thierry monument - Le Château-Thierry monument, monument américain de la guerre de 14-18 Crédits : CRDP d'Amiens

Pour leur rendre hommage, un soldat inconnu, désigné lors d’une cérémonie à Châlons-en-Champagne, le 24 octobre 1921, est inhumé au cimetière militaire national d’Arlington, sur le sol américain.

Un ministre français des Affaires étrangères s’est un jour exprimé en ces termes à l’O.N.U., devant le Conseil de Sécurité et les nations du monde : « C’est un vieux pays, la France, un vieux continent comme le mien, l’Europe, … qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs ». 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; CRDP Picardie

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.