Marie de Luxembourg

Bienfaitrice de La Fère (1472 - 1546)

Pendant cinquante et un ans, elle hérite de richesses successives, de sa famille, de ses maris et du roi François 1er qui lui donne la ville de Chauny. Elle utilise cette immense fortune à faire le bien autour d’elle. On l’appelle « La Bonne Dame » et « La Mère des Pauvres ».


Marie de Luxembourg Crédits : Site de la ville de Ham
 

Née vers 1472 et décédée le 1er avril 1546 à LA FERE, elle est la fille de Pierre II de Luxembourg, comte de Brienne, Saint Pol et de Marle, seigneur de Condé et de Bohain, et de Marguerite de Savoie. Fille aînée de ses parents qui n’ont pas eu de fils ayant atteint l’âge adulte, elle est comtesse de Saint Pol, Soissons et de Marle. Petite fille de Louis de Luxembourg, connétable de France, accusé de trahison et décapité, elle entre en possession des biens de son grand père après la mort du Roi Louis XI en 1487.

En 1484, elle épouse son oncle maternel, Jacques de Savoie, comte de Romont et baron de Vaud. Ils ont une fille, Françoise de Savoie. Son mari décède rapidement en 1486 à Ham.

Elle se remarie à Ham le 8 septembre 1487 avec François de Bourbon, âgé de 17 ans. Il est comte de Vendôme, Chartres et de La Marche. Ils ont six enfants :
 ■ Le 2 juin 1489, nait Charles de Bourbon, comte puis duc de Vendôme, comte de Chartres, Soissons, Marle et de La Fère. Il décède à Amiens le 25 mars 1537.
 ■ Jacques de Bourbon (1490- 1491).
■ Le 6 octobre 1491, naît François de Bourbon, duc d’Estouville, comte de Saint Pol. Il décède le 1er septembre 1545.
 ■ Le 2 janvier 1493, naît, Louis de Bourbon, cardinal. Il décède le 11 mars 1557 à Paris.
 ■ Le 25 décembre 1493, naît Antoinette de Bourbon. Elle épouse Claude de Lorraine, 1er duc de Guise. Elle décède le 20 octobre 1583.
 ■ Le 1er mai 1495, naît à La Fère, Louise de Bourbon, abbesse de Fontevraud. Elle décède en 1575.

A la mort de son second mari en 1495, elle prend la tutelle de ses enfants et administre elle-même ses biens.

Actes de bienfaisance

Pendant cinquante et un ans, à la tête d’une immense richesse, elle ne songe qu’à faire le bien autour d’elle, aux religieux, aux humbles, aux pauvres et aux petites gens. Elle est appelée « La Bonne Dame » et « La Mère des Pauvres ». Ainsi aux manants de la seigneurie d’Enghien, elle abandonne la redevance qu’ils devaient acquitter pour faire moudre leur blé. Aux habitants de Saint Gobain, elle cède des terrains autour du village sur lesquels ils peuvent enlever du bois. Elle fonde plusieurs églises aux environs de La Fère : Travecy, Ly-Fontaine, Vendeuil. Dans sa résidence de Cambrai où elle séjourne fréquemment, est signé le 29 juillet 1529 le traité de « Paix des Dames ». Marie de Luxembourg ouvre l’Hôtel Saint Pol et la table à tous venants tant aux pauvres qu’aux riches.

Honneurs
 
François 1er lui donne la ville de Chauny. Elle devient ainsi Dame de Chauny mais elle est surtout Dame de La Fère même si elle est aussi Dame de Vendeuil, Marle, Saint Gobain, Soissons, ainsi que de Vendôme, Beutry, Elincourt, Ham, Saint Pol, Oisy, Meaux, Beaurevoir, Epernon, Gravelines et de Dunkerque.

Postérité

Plusieurs communes ont donné son nom à une rue :
■ Rue de Luxembourg à La Fère
■ Rue Marie de Luxembourg à Vendeuil

Marie de Luxembourg par « Picardia », publié le 15/03/10 Marie de Luxembourg par « Picardia », publié le 15/03/10

 

 

 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.