Linard, Jules

Ingénieur et entrepreneur (1832-1882)

Jules Linard dépose plusieurs brevets d’invention concernant l’industrie du sucre. Celui qui lui vaut une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1878 est son système de râperie de betteraves qu’il exploitera lui-même en dirigeant plusieurs sucreries.


Sucrerie d’Origny-Sainte-Benoîte, autrefois dirigée par Jules Linard

Né le 2 février 1832 à Fromelennes (Ardennes) d’une famille d’industriel Bruxellois, il est d’abord ingénieur des Arts et Métiers. Il est employé par la société Cail, réputée dans l’équipement industriel et notamment dans le matériel de sucreries. Dans ce domaine, Jules Linard est l’auteur d’une douzaine de brevets d’invention. Mais l’invention la plus importante reste le système de râperie qu’il expérimente pour la première fois en France dans sa sucrerie de Montcornet (Aisne) en 1867. Cette invention sera présentée et récompensée lors de l’Exposition universelle de 1878 et l’ingénieur se verra remettre la Légion d’honneur.

A partir de 1864, Jules Linard fonde avec ses deux frères Fulgance (né en 1828) et Désiré (né en 1838) la société « Linard Frères & Cie » qui exploite d’abord la sucrerie de Saint-Germainmont (Ardennes). Dans les années qui suivent, Jules Linard devient un véritable capitaine d’industrie dirigeant avec rigueur plusieurs sucreries de l’Aisne : Montcornet (1866), Origny-Sainte-Benoîte (1869), ainsi que d’autres établissements en Seine-Maritime (Auffay) et dans le Nord (Ecaudoeuvres).

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Service Régional de l’Inventaire

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.