Métiers des musiques actuelles

Aventures des Pic Stars, groupe imaginaire

Les aventures des Pic Stars, groupe picard imaginaire, dévoilent les métiers des Musiques Actuelles et offrent, à tous ceux qui veulent faire de la musique en Picardie, bons conseils et adresses utiles. Les liens utiles sont indiqués après chaque épisode puis récapitulés à la fin des aventures.


Pic Stars, Episode 1 : Les premières répétitions dans la cave

A 17 ans, Manu, David, Julien, Karim et Sandra sont passionnés par la musique. Ils voient dans cet univers artistique l’occasion d’exprimer leurs personnalités dans un projet créatif.

En discutant après les cours, ils se sont aperçus qu’ils jouaient tous d’un instrument de musique et qu’à eux 5, ils pourraient former un groupe de musique ; les Pic’Stars. Manu est à la guitare, David au clavier, Julien à la batterie, Karim à la basse et Sandra au chant.

C’est décidé, samedi prochain, tout le monde se retrouve chez Manu pour la première répétition. Le jour de la « répet », les 5 membres du groupe décident de jouer un morceau qu’ils ont travaillé chacun de leur côté. Ils se retrouvent dans la cave des parents de Manu.

Tous très motivés par l’envie d’avancer et de réussir ensemble, cette première se déroule plutôt bien, même si tout le monde a encore beaucoup de progrès à faire.

Au bout de quelques répétitions, les Pic’Stars maîtrisent de plus en plus le morceau. Ils n’hésitent plus à augmenter le volume des amplis et s’imaginent déjà sur la scène d’une salle de concert. Mais ce moment d’enthousiasme est stoppé d’un coup par la mère de Manu qui n’en pouvant plus d’entendre ce qu’elle appelle du « bruit », exprime ses talents de cantatrice en les sommant d’aller jouer ailleurs.

Arrêtés dans leur élan, mais satisfaits de leur progression, les Pic’Stars ne comptent évidemment pas en rester là. Mais il faut la comprendre, la mère de Manu.

Si le fait d’écouter de la musique est avant tout un plaisir, il faut aussi avoir conscience que cela peut être un danger. Dans un contexte d’augmentation du temps d’écoute, des sources d’exposition mais aussi des volumes sonores, nos oreilles sont de plus exposées et les risques d’endommager notre audition plus fréquents.

Pic Stars, Episode 2 : Enfin, un vrai local de répétition !


Concluant que la cave n’est pas l’endroit le mieux adapté pour une répétition de musiques amplifiées, le groupe se résout à trouver un espace entièrement dédié à cet effet.

David se charge alors de chercher des locaux de répét. Il se souvient que son frère avait l’habitude d’aller dans un de ces locaux avec son groupe de reggae.

Après avoir étudié les prix, les services proposés et la distance entre différents lieux et les maisons de chacun des membres du groupes, David propose aux Pic’Stars d’aller jeter un coup d’œil le samedi au Studio 80.

Sur place, en voyant le local insonorisé et tout le matériel, ils ressentent plus encore l’envie de bien faire et d’avancer dans leur progression artistique.

« Dans un lieu comme ça, on est obligé de jouer comme des pros » balance Karim à Julien qui lui répond que c’est surtout son père qui sera content parce qu’il n’aura plus à transporter la batterie tous les week-ends. Après s’être inscrits et avoir réservé un local de répétition sur le planning du centre, les Pic’Stars sont prêts à s’attaquer aux choses sérieuses.

Pic Stars, Episode 3 : Jouer de la musique, c’est aussi apprendre et travailler


- Le batteur Ron Savage donne un cours

Les semaines passant, le groupe évolue. Leur répertoire essentiellement constitué de reprises s’agrandit, mais une chose semble titiller tous les membres du groupe : si Manu et David se débrouillent plutôt bien à la « grat » et au clavier, que Karim est « carré » à la basse et que la voix de Sandra s’améliore de répétition en répétition, on ne peut pas en dire autant de Julien à la batterie qui éprouve quelques difficultés à rester dans les temps et à diversifier son jeu.

A la pause, ils décident de lui parler pour éviter que les choses ne dégénèrent au sein du groupe. Vexé mais pas surpris, Julien comprend la démarche de ses amis, il évoque même la possibilité pour eux de changer de batteur pour le groupe.

Sandra rappelle alors qu’ils ont commencé ensemble et cela depuis très peu de temps et que Julien a la possibilité de reprendre les cours de batterie qu’il avait abandonnés il y a un an car il jouait seul.

Il est primordial au sein d’une aventure humaine tel un groupe de musique de savoir mettre au clair tous les problèmes. En effet, il n’est pas rare que des groupes se séparent parce que les membres sont incapables de se dire à temps les choses franchement, sous prétexte de ne pas vouloir se vexer mutuellement.

Julien prit dès lors les choses en main. Après tout la musique, c’est une passion mais qui demande des efforts et du travail. Parmi un choix important de lieux de formations musicales sur la région, Julien trouva facilement son bonheur.

Pic Stars, Episode 4 : S’informer, s’entourer de « personnes ressources »...

Depuis quelques mois, les Pic’Stars évoluent sans cesse et leur répertoire sera bientôt assez complet pour tenir une heure de concert. Leur objectif est maintenant de parfaire leur jeu, leur technique pour être crédible au prochain concert du Lycée qui aura lieu en décembre dans le réfectoire. Répétitions sur répétitions, les Pic’Stars atteignent leur objectif mais alors qu’ils se rendent au service culturel du Lycée pour s’inscrire à l’évènement, ils apprennent que cette année il n’y aura pas de concert. La raison est simple, il n’y a pas assez de groupes pour mobiliser une telle organisation technique.

Le groupe est déçu, mais très étonné par le fait qu’organiser un concert soit une entreprise si compliquée. Pour eux, il suffisait de brancher les amplis et c’est parti…

Il leur faut maintenant savoir qu’autour des musiciens existent une multitude de compétences techniques, de procédures administratives pour rendre possible aussi bien un évènement public qu’une carrière artistique. Afin d’obtenir des réponses précises à leurs questions, une personne du service culturel leur conseille d’aller surfer sur un certain nombre de site Internet incontournables mais également de se rendre dans un Centre de ressources « musiques actuelles » ou un lieu où des personnes « ressources » pourront les conseiller.

Parce qu’un groupe travaille ensemble autour d’un projet commun, les membres des Pic’Stars décident de se dispatcher les recherches. Julien et Sandra iront cette semaine voir le responsable du centre culturel où se trouve leur local de répétition. David et Karim iront se renseigner au centre où Julien suit ses cours de batterie et Manu se chargera de récolter de la documentation sur Internet.

En s’investissant dans cette recherche, ils prennent tous conscience de la complexité mais surtout de la richesse du milieu des musiques actuelles. De retour dans le local de répétition, ils rapportent une somme importante de renseignements qui font référence à de nombreux métiers, à la fois technique et artistique. Mais, il ne sert à rien de s’éparpiller pour le moment. Les Pic’Stars sont un groupe amateur et leur envie est tout simplement de jouer sur scène.

Manu, un peu écrasé par ses recherches, rappelle que le concert du Lycée n’aura pas lieu cette année. Julien essaie de remonter le moral des troupes en évoquant la possibilité de jouer pour la fête de la musique en juin : Nous sommes en décembre et il n’est pas question d’attendre 6 mois pour jouer !

Manu décide alors de parler aux Black Delirium et aux Happy Colors, les deux autres groupes qui, comme les Pic’Stars, souhaitaient jouer au concert du Lycée. Il leur propose de contacter des salles municipales des communes environnantes pour mener à bien leur projet, mais cette fois-ci en tant qu’organisateurs de leur propre concert.

Pic Stars, épisode 5 : La création de l’association

Les Pic’Stars et quelques membres des deux autres groupes du Lycée se rendent dans plusieurs mairies, mais là encore c’est la déception… Il leur est précisé à chaque fois que ce genre d’évènement est envisageable si une association porte le projet et qu’il serait très intéressant pour eux d’en créer une pour être soutenus dans leur démarche, surtout s’ils souhaitent renouveler régulièrement ce genre d’expérience. Décidément ce n’est pas simple...

« Créer une « asso », c’est compliqué ! Franchement on n’y comprendra rien … » soupire Julien.

« Pas, si on nous explique simplement », réplique Sandra qui se souvient très bien avoir vu de la documentation à ce sujet. « On pourrait nous aider à comprendre dans un lieu ressource ».

Au cours de quelques visites dans un centre de ressource, les Pic’Stars font la connaissance de personnes qui, comme eux à leur âge, avaient organisé des concerts. Les Pic’Stars trouvent rapidement des réponses à leurs questions. Bien qu’un peu inquiets en ce que concerne le travail à fournir, ils sont rassurés et de plus en plus convaincus que la vie dans le milieu culturel n’est pas de tout repos.

Mais c’est décidé, ils organiseront eux-mêmes leur premier concert et ils réussiront à trouver d’autres groupes pour monter avec eux ce projet. Conformément à leur détermination et à leurs recherches, ils en concluent également que monter une association de musiques actuelles leur permettra de donner plus de force à leur démarche et qu’avec ce statut, ils pourront peut-être obtenir des aides et ainsi se doter de matériel technique et s’entourer des personnes adéquates pour ce type d’évènement.

Pic Stars, épisode 6 : L’organisation d’un concert


L’association est désormais créée. Le bureau est constitué : Manu est le président, Sandra est trésorière, Karim est secrétaire, David est vice-président et Julien le vice trésorier.

Lorsqu’ils reçoivent le journal officiel avec la publication de leur association « Pic’Stars », ils comprennent que maintenant, s’ils s’en donnent les moyens, c’est du sérieux.

Après les répétitions, ils se retrouvent pour discuter du projet de l’association, car un bon événement se prépare bien à l’avance.

Pic Stars, épisode 7 : Entre les p’tits boulots, les études et les concerts

Entre les p’tits boulots, les études et les concerts… Les Pic’Stars ont eu une année bien remplie. Après des débuts marqués par les doutes, ils peuvent se féliciter d’avoir construit un groupe déjà solide, quelques bonnes compositions et une association qui leur a permis de monter quelques concerts remarqués.

En plus de leurs projets musicaux, les membres du groupe dessinent en parallèle leurs propres parcours professionnels en choisissant leurs études. Certains d’entre eux, comme Manu, Karim et Sandra ont fait le choix d’un cursus spécialisé dans l’espoir de rejoindre leurs préoccupations artistiques. Manu se lance dans un BTS audiovisuel, Karim dans BTS infographie et Sandra dans des études de communication.

Depuis que cette nouvelle année a débuté, les emplois du temps sont très chargés entre les p’tits boulots, les études et les sorties. Quand ils se retrouvent enfin pour leur répétition de la semaine, s’ils sont bien contents de se revoir, c’est d’abord en travaillant sérieusement leurs morceaux qu’ils prennent du plaisir. Leur objectif est également de peaufiner leur set pour assurer leurs concerts qu’ils enchaînent de plus en plus régulièrement dans les cafés du coin.

Leur acharnement finit d’ailleurs par payer, cette semaine Karim rapporte un article plutôt sympa qui leur est consacré dans un des fanzines de la région : « newszic ».

Pic Stars, Episode 8 : L’arrivée d’une manageuse


C’est en partie grâce à cet article dans « newszic » et évidemment pour la qualité de leur son que le groupe commence à se forger une petite réputation. Aussi, à la fin d’un concert organisé dans un pub près de la Fac, Sandra décide de leur présenter Virginie, une amie, étudiante en management/communication, qui se propose de devenir leur manageuse. Julien se met à rire en arguant qu’ils ne sont qu’un bon groupe amateur.

Mais Virginie leur explique son envie de mieux connaître le milieu et qu’ils lui rendraient service en acceptant son aide. Ayant pour ambition professionnelle de devenir agent artistique d’ici quelques années, elle souhaite en effet les accompagner dans leurs orientations, dans la gestion et la promotion de leur carrière. Après une bonne discussion avec Virginie pour connaître ses motivations, ils décident de lui faire confiance pour tenir cette fonction importante au sein de leur projet.

Et il faut se rendre à l’évidence, depuis qu’ils ont chacun de nouvelles obligations avec les études et le travail, ils ont bien besoin d’un peu d’aide pour dénicher de nouveaux concerts et se faire connaître.

Pic Stars, Episode 9 : L’enregistrement en studio de la « démo »


Puisque c’est entendu, Virginie demande au groupe une démo de leur compos pour effectuer des démarches de manager. Mais si les Pic’Stars ont enregistré un CD qu’ils soumettent aux patrons des bars pour y faire des concerts, ils ne possèdent rien de véritablement présentable à des professionnels de la musique ou des médias.

« C’est peut-être l’occasion de passer dans un studio d’enregistrement » balance David, « surtout qu’avec les derniers concerts, nous avons pu mettre un peu d’argent de côté ».

Avec l’arrivée de Virginie, les choses se bousculent un peu, mais cela ne semble déplaire à personne. D’ailleurs, pour inaugurer ses nouvelles fonctions, c’est à elle que reviendra la responsabilité de trouver le studio d’enregistrement le plus adéquat pour les Pic’Stars.

Virginie se rend donc dans différents établissements et fait rapidement une liste des lieux visités avec leurs caractéristiques et le matériel qu’ils contiennent.

La plupart des studios étant équipés de matériels professionnels, leur choix se porte sur « Sacom-record » où travaille Farid, un ingénieur du son que les Pic’Stars avaient rencontré sur un concert. Il pourra les guider dans cette étape qui ne s’improvise pas.

Après plusieurs écoutes de leurs morceaux, Farid accepte de se lancer avec eux dans le projet mais il sait que ça ne sera pas si simple. En tant qu’ingé-son, il a l’habitude de rencontrer des groupes qui découvrent leurs défauts lors des enregistrements.

Heureusement depuis quelques temps, à force de travail, les Pic’Stars sont bien en place et le groupe ne perd pas trop de temps même s’il s’agit d’une étape un peu stressante.

Pic Stars, Episode 10 : Vous n’avez rien à déclarer ?


A l’issu de leur enregistrement, ils se posent une des fameuses questions dans l’étape d’un groupe : Comment protéger leurs compos ?

David propose alors d’opter pour une bonne vieille méthode qui consiste à s’envoyer à eux-mêmes leurs compositions par la Poste avec accusé de réception pour prouver l’antériorité de leurs créations en cas de litige. Mais Virginie souhaite s’informer auprès de la SACEM. La Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique est en effet une société civile chargée de percevoir, redistribuer les droits d’auteurs et protéger les œuvres déposées des auteurs compositeurs et éditeurs qui en sont sociétaires.

Pour en devenir membre, il faut soit justifier de cinq diffusions publiques lors de séances différentes sur une période supérieure à six mois, soit de la fixation d’une œuvre sur un phonogramme (disque, vinyle, cassette) commercialisé.

En ce qui concerne les Pic’Stars, ils peuvent en effet justifier de nombreuses diffusions publiques car les responsables des Cafés Concert dans lesquels ils ont pu jouer cette année leur avait fait remplir une fiche de déclaration « SACEM » de diffusion. Cette fiche a pour objectif de répertorier les titres joués et les auteurs, même si ces derniers ne sont pas encore membres de la SACEM

Pic Stars, Episode 11 : La quête des salles de concert


Enfin munis d’une bonne démo avec 5 morceaux de leurs compositions, les Pic’Stars, avec l’aide de Virginie, sont désormais prêts à démarcher des salles de diffusion de la région. Si tout le groupe est bien conscient que leur démo n’est pas une fin en soi et qu’il reste énormément de travail au niveau artistique et technique, elle sera une bonne base pour recueillir l’avis de professionnels de la musique.

Virginie, est bien déterminée à trouver une salle de diffusion pour les Pic’Stars et ainsi les faire figurer sur le programme du lieu. Après avoir réalisé des copies de la démo et constitué un dossier de presse encore mince mais comprenant l’article de « newszic », une présentation du groupe, l’historique de leurs parcours, et une fiche technique, Virginie fait la liste des lieux de diffusion de la région.

Il existe différents types de lieux de diffusions, plus ou moins grands et plus ou moins spécialisés dans les concerts de musiques actuelles, qu’il s’agit de connaître.

Sa valisette, remplie des dossiers de presse et des CD démo, Virginie entreprend cette fois-ci ses premiers pas de manageuse du groupe en allant voir l’ensemble des programmateurs des salles qu’elle a repérées.

Pic Stars, Episode 12 : Programmateur, où es tu ? M’entends-tu ?


Virginie comprend dès les premières visites que les programmateurs de salles de concerts sont extrêmement sollicités et qu’obtenir une entrevue n’est pas chose facile. « Le plus simple, lui dit une personne à l’accueil d’une des salles, c’est quand même, d’envoyer d’abord un courrier postal contenant votre dossier et votre CD ».

Loin d’être découragée, Virginie prépare ses courriers destinés aux différents programmateurs. Elle les appellera une semaine ou deux après l’envoi, en espérant qu’ils auront eu le temps d’écouter la démo.

Virginie a effectivement raison d’être prudente, il faut être patient et persévérant ; les programmateurs peuvent recevoir selon les lieux plus d’une dizaine de démo par semaine. Mais leur travail ne se limite pas à choisir des groupes. Ils sont en relation avec une partie importante des professionnels de la musique avec lesquels ils doivent négocier.

Après quelques semaines sans aucune réponse, et ceci malgré de nombreux emails, Virginie obtient enfin un rendez-vous avec Phil, le programmateur de la Boîte à Son.

Elle se rend sur place avec Sandra, Karim et Julien. Phil reçoit souvent des groupes amateurs et quelle que soit la qualité de leur musique, il a l’habitude de leur remettre les pieds sur terre ; « Beaucoup de jeunes groupes sont désireux de se produire dans une salle de concert, mais pour être franc il y a peu d’élus. »

La Boîte à Son a une programmation qui alterne des groupes reconnus nationalement et des groupes régionaux, et pour pouvoir y figurer, même en première partie d’une tête d’affiche régionale, il faut avoir fait ses preuves. Si aucune date de concert n’est envisageable pour le moment, Phil conserve leur dossier et leur démo. Le groupe repart satisfait de cette conversation, et de plus, Phil leur confie aimer vraiment leur musique, les encourageant ainsi à poursuivre malgré les moments de doutes.

Malgré ces paroles réconfortantes et réalistes, Julien lui semble complètement accablé par ce qu’il considère être un échec. Le groupe se rend alors au café pour dissiper cette amertume en discutant de leurs projets.

Pic Stars, Episode 13 : Les doutes, la galère et puis un jour…


Les moments de doutes, de « galère » font de toute façon partie intégrante de la vie d’artiste. Même pour les groupes les plus chanceux, il faut parfois des années avant d’être repéré et pouvoir exprimer son talent publiquement. De toute façon pour les Pic’Stars, il n’est pas question d’abandonner. Le groupe continuera à composer, à faire des petits concerts pour prendre un maximum de plaisir et Virginie poursuivra ses démarches. La chance peut aussi se manifester au moment où l’on s’y attend le moins.

Attentifs à la lecture de la presse spécialisée, les membres du groupe tombent quelques mois plus tard sur un article annonçant l’organisation d’un tremplin à la Boîte à Son. Virginie s’empresse donc d’envoyer la nouvelle « démo » des Pic’Stars à Phil qui est en charge d’écouter les disques des groupes souhaitant participer à ce concours.

Cette fois-ci, Phil n’hésite pas à les programmer pour le tremplin, non pas parce qu’il se rappelle les avoir reçus, mais parce qu’il s’aperçoit en écoutant leur nouvelle « démo » que le groupe a continué sa progression artistique avec de nouveaux morceaux encore plus solides.

Avec cet objectif en vue, les Pic’Stars se remettent plus encore au travail, pour remporter ce tremplin qui offrira aux gagnants l’occasion d’effectuer une résidence d’une semaine à la Boîte à Son pour parfaire leur prestation scénique et préparer l’enregistrement d’un album.

Le jour J arrive et les Pic’Stars sont prêts à donner leur maximum pour cette première sur une scène professionnelle. Les potes de Fac et tous ceux qui les suivent depuis leurs débuts dans les cafés sont venus pour les soutenir. La salle est bondée. L’enjeu pour les trois groupes qui passent ce soir est de taille, et une radio associative locale est là pour retransmettre l’évènement.

Qui pouvait en douter, en tous cas certainement pas eux, les Pic’Stars se démarquent largement et décrochent la résidence en remportant le tremplin.

Pic Stars, Episode 14 : Les Pic Stars en résidence


Les Pic’Stars viennent de monter en grade, ils sont désormais en voie de professionnalisation avec cette résidence qui va leur permettre d’acquérir des connaissances aussi bien au niveau des techniques du son, de la lumière, de l’expression scénique mais aussi des conseils administratifs et surtout l’enregistrement d’un CD en condition professionnelle.

Ainsi pendant plus d’une semaine, les Pic’Stars « squattent » la Boîte à Son entourés par une équipe de professionnels. La résidence se divise en deux temps. Un volet de création scène et un volet de création studio. Les membres du groupe n’en reviennent pas, la totalité de l’infrastructure technique et humaine est à leur disposition.

Vers la fin de la résidence, pendant que le groupe achève l’enregistrement de leur disque, Virginie de son côté n’a pas les bras croisés. Elle doit contacter l’ensemble des médias locaux ainsi que les magazines spécialisés pour les inviter au concert qui clôturera cette expérience inoubliable.

Avec cette nouvelle expérience, les membres du groupe commencent à voir la frontière qui sépare le statut d’amateur à celui du professionnel.

Pic Stars, Episode 15 : Gestion de l’image et de la communication


Alors que Virginie passe une partie importante de ses journées au téléphone et dans son agenda pour organiser le concert promotionnel des Pic’Stars, un des collègues du BTS infographie de Karim, Christophe, se propose de leur réaliser le design d’une pochette d’album et un livret. Virginie et l’ensemble des membres du groupe acceptent sans même hésiter un instant ; leur logo et leur affiche n’ont pratiquement pas évolué depuis leurs premiers concert avec l’asso.

Mais ce n’est pas tout, en plus, il leur propose de réaliser un site Internet pour rendre plus professionnel et attractif leur projet artistique. Cette réalisation d’outils de communication est importante pour Christophe qui présentera l’ensemble comme projet de fin d’études et bien sûr pour son book de graphiste. Le site Internet du groupe Pic’Stars sera aussi l’occasion de mettre en ligne des informations sur leurs groupes comme leurs contacts, l’agenda de leur concert, leur fiche technique, l’historique du groupe, les paroles de leurs morceaux. Leur site Internet permettra également l’écoute de quelques morceaux en ligne et de visionner les photos de concerts.

Au cours d’un après-midi, les Pic’Stars se réunissent autour du travail de Christophe pour choisir les typos et les éléments graphiques qui constitueront la pochette, le livret et l’affiche. Sandra évoque alors la possibilité d’inviter des représentants de labels pour leur concert de résidence : « C’est clair, tu as raison, lui répond Karim, avec un album clean et une bonne présentation esthétique, on peut valoriser notre autoproduction auprès d’une maison de disques ».

Les Pic’Stars se répartissent donc les tâches. Certains se chargent de faire des copies de l’album, d’autres de faire dupliquer les pochettes, ainsi que les tracts et les affiches qu’il faudra diffuser. Pendant ce temps, Virginie invite un certain nombre de représentants de maison de disques à venir assister à ce concert promotionnel.

Le groupe s’apprête à presser sa démo, son album ou une compilation de plusieurs titres enregistrés, à des fins promotionnelles ou commerciales. Dans tous les cas, le producteur, ici donc les Pic’Stars, doit effectuer une demande d’autorisation auprès de la SDRM (Société pour le Droit de Reproduction Mécanique), filiale de la SACEM. Cette demande d’autorisation peut-être effectuée en ligne sur l’adresse suivante : http://opo.sacem.fr ou directement auprès de la SDRM

La demande comprend une déclaration complète du contenu du CD avec le détail des titres et de leur durée et des ayants droit, la quantité de CDs pressés en indiquant le nombre de phonogrammes destinés à la vente ou à la promotion et le prix de vente. La demande sera alors chiffrée et l’autorisation ne sera donnée qu’à réception du paiement.

Attention, aucun fabriquant n’est habilité à fabriquer des phonogrammes sans cette autorisation. Le logo SACEM / SDRM sera automatiquement apposé sur le phonogramme.

Le jour de ce concert qui vient clore la résidence, tout est en place, les albums autoproduits sont là, prêts à être distribués aux professionnels des médias et de la musique. Christophe a fait un excellent boulot. La pochette de l’album a vraiment la classe… Dans les loges, les Pic’Stars sont dans un état de stress très compréhensible : ils se préparent à jouer le concert qui entamera peut-être leur carrière professionnelle.

Pour cette soirée, malgré la tension, les Pic’Stars assurent vraiment leur prestation en tenant compte des nombreux conseils recueillis au cours de leur résidence. Après avoir donné le meilleur d’eux-mêmes, le groupe se prête au jeu des interviews de différents journalistes de la presse écrite et radiophonique, pendant que Virginie démontre ses talents de manager auprès de deux maisons de disques qui ont fait le déplacement.

Le concert s’est bien passé, les CD et les dossiers de presse sont presque tous partis, les Pic’Stars peuvent fêter ça. Ils se retrouvent tous dans un café qu’ils fréquentent depuis leurs débuts. La plupart des amis présents à la Boîte à Son les suivent et une représentation s’improvise à la demande de l’assistance. Virginie peut être fière du travail effectué s’appuyant sur les bases du métier d’un bon « chargé de com ».

Pic Stars, Episode 16 : un contrat avec une maison de disque


Une semaine après cet évènement remarqué et largement relayé dans la presse locale, l’équipe replongée depuis dans le travail et les études, reçoit par l’intermédiaire de Virginie la nouvelle que personne n’osait espérer. Une des maisons de disques représentée durant leur concert propose au groupe d’enregistrer une maquette, de retravailler les chansons avec une réalisation artistique et de passer un contrat. Il s’agit en fait d’éditer ou « produire » la bande mère ou « master » qui servira ensuite à la fabrication, à la promotion et la distribution d’un disque.

Mais attention, le terme très général de « maison de disques » fait référence à une série de compétences bien distinctes. Avant de signer un contrat, il s’agit de pouvoir bien identifier les rouages et les pièges de cette mécanique complexe.

Pic Stars, Episode 17 : Le début des choses sérieuses…


En franchissant cette étape si convoitée par tant de musiciens, les Pic’Stars deviennent un groupe professionnel ce qui implique un engagement complet de leur personne tant au niveau du travail à fournir qu’au niveau de leur disponibilité.

Il ne s’agira pas simplement de faire quelques concerts agrémentés d’interviews. La vie de musicien professionnel implique une véritable rigueur et une disponibilité hors du commun afin de mener à bien, entre autres, de longues tournées de concert au niveau national qui sont essentielles pour la renommée du groupe et la promotion de leur disque.

Maintenant que les membres du groupe se sont engagés pleinement en tant que professionnel du spectacle, il est nécessaire pour eux de s’assurer un statut social. Pour stabiliser leur situation, ils font le choix du statut d’intermittent du spectacle.

Dans cette nouvelle vie qui s’offre aux Pic’Stars, le rôle du manager tenu par Virginie continuera d’être une des clefs de voûte du groupe. Elle aura notamment pour fonction de trouver un tourneur qui prendra en charge le groupe dans le cadre d’un tour support. Le tourneur est celui qui organise les tournées de concerts des artistes. Il peut être lié par contrat à des salles de spectacles (en amont) et à des agents artistiques (en aval). Il est le partenaire le plus important pour les artistes qui font beaucoup de concerts.

Soyons clair, ce qui se passe pour les Pic’Stars n’arrive pas à tous les groupes qui se lancent dans l’aventure des Musiques Actuelles.

Une autre chose doit être soulignée ; ce n’est que le début. Si la persévérance les a mené jusqu’à ce statut, pour devenir un groupe professionnel connu et célébré par des milliers de fans, le chemin sera long. En effet si beaucoup de groupes sont révélés par les maisons de disques et les médias, peu ont la chance de rester. Hormis les qualités artistiques primordiales, vivre de son art nécessite du courage, de l’endurance mais également de pouvoir se remettre en question régulièrement.

En d’autres termes, gardez la tête froide et restez curieux…

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Jelmoni Philippe

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.