Leclerc (de Hauteclocque, Philippe-François-Marie )

Maréchal et héros de la Libération (1902 - 1947)

Il rejoint le général de Gaulle à Londres en 1940, sous le pseudonyme de Leclerc pour protéger sa famille. Il dirige les offensives militaire en Afrique, débarque en Normandie en 1944 puis libère Paris le 24 août.


Le général Leclerc Crédits : CRDP Amiens

Leclerc est né en 1902 à Belloy-Saint-Léonard, près d’Amiens.

Issu d’une vieille famille de militaires, il suit des études à Amiens avant de rejoindre l’école de Saint-Cyr à l’âge de vingt ans. 

Il participe activement à la campagne de 1940 : prisonnier, il s’évade et rejoint le général de Gaulle à Londres.
Il dirige des offensives militaires en Afrique, et rallie le Cameroun le Gabon et le Tchad à la cause alliée. Avec quatre cents hommes, mal armés mais déterminés, il « jure de libérer la France et plus particulièrement Strasbourg » (serment de Koufra, 2 mars 1941).
La « Colonne Leclerc » remporte un certain nombre de succès ; elle devient la deuxième division blindée en mai 1944, au Maroc. 
Le général Leclerc a baptisé son char de la 2e Division Blindée « Tailly », du nom du village où se trouve le château familial, près d’Airaines.


Char de la 2e DB (Division Blindée) Crédits : CRDP Amiens

Il participe au débarquement de Normandie en 1944 à la tête d’une armée de 18000 soldats. .
Il entre dans Paris et reçoit, le 24 août 1944, la capitulation de la garnison allemande. Il libère ensuite Strasbourg, fidèle à son serment.
La campagne de Leclerc s’achève à Berchtesgaden, villégiature de Hitler. 
Il signe le 2 septembre 1945, au nom de la France, l’acte de capitulation du Japon.

Nommé chef du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, Leclerc est à la recherche d’une solution pacifiée en Indochine. Il est à l’origine des accords signés le 6 mai 1946 entre la France et Hô Chi Minh. 

Il est accueilli en héros à Amiens le 31 août 1946.

Il trouve la mort dans un accident d’avion en Algérie, près de Colomb-Béchard, le 28 novembre 1947 et reçoit le titre de maréchal à titre posthume en 1952.


Monument dédié au Maréchal Leclerc à Amiens Crédits : CRDP d'Amiens

C’est pour honorer sa mémoire et son action à la tête de la deuxième DB, que le « Comité picard du Monument Leclerc » est créé le 23 décembre 1947.
Grâce à une souscription, le monument de la place René-Goblet à Amiens est inauguré le 24 juin 1950, en présence des compagnons d’armes du général Leclerc.

Une polémique s’installe entre Pierre Dufau, d’abord sollicité pour le projet et la veuve du maréchal qui refuse l’élévation d’un mausolée sur le parvis de la cathédrale où Leclerc se rendait fréquemment. Madame Leclerc ne souhaite pas un monument où son mari figure couché.

Pierre Dufau se retire donc de la compétition au profit des frères Jan et Joël Martel qui signent la réalisation d’un monument en pierre de Pouillenay en Bourgogne devant se dresser place René-Goblet.

Ce monument, d’une hauteur de 12 m pèse 112 tonnes. En forme de colonne avec une croix de Lorraine (symbole de la France libre), il montre le chef en action, torse en avant. Sur les flancs, des sculptures en relief, rappellent les étapes de la reconquête du territoire colonial et national par les troupes de Leclerc.
 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Sahaguian Franck

Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.