La Fontaine, Jean de

Fabuliste et écrivain ( 1621 - 1695 )

Tout le monde connaît les Fables de La Fontaine qui a su si bien imager les relations humaines, dans ses fables avec une merveilleuse économie de moyens, et pour les adultes, dans ses contes avec un sens du comique consommé.


Statue de Jean de la Fontaine à Paris Crédits : Hamburgk

"Tout le monde connaît La Fontaine. Classique des classiques, le plus populaire, celui dont l’oeuvre, naguère encore, était proposée l’une des premières aux enfants de nos écoles, véritable héros de l’imagerie littéraire universelle (le « bonhomme » candide, paresseux, rêveur et distrait…), inspirateur des plus grands peintres et illustrateurs (Chauveau, Oudry, Grandville, Doré, Rabier, Moreau, Chagall…).
Le lion devenu vieux

Pilier de l’édition, ses Fables sont dans tous les catalogues, dans tous les formats, à tous les prix. L’école ne s’y est pas trompée, qui, très tôt, les a utilisées pour la poésie, la récitation, la grammaire et en a fait, au prix d’un choix tendancieux, une sorte de bréviaire du savoir-vivre, de prêt-à-porter d’une sagesse conformiste : prudence, travail, mesure, patience, économie… (...) Mais connaît-on vraiment La Fontaine ? L’homme est bien plus complexe que ne le voudrait sa légende : préoccupé tout au long de sa vie par les soucis d’argent, mais choisissant souvent la précarité, n’hésitant pas à se montrer audacieux dans ses choix littéraires, mais respectant les Anciens, proche des milieux libertins et des philosophes matérialistes, mais rempli d’inquiétude religieuse et métaphysique…" (Alexandre GEFEN, Fabula)

Biographie

Jean de La Fontaine est né à Château-Thierry en 1621. Connu pour ses fables, on lui doit également des Contes et nouvelles en vers (récits galants inspirés des auteurs antiques. Fouquet fut son protecteur et mécène.

Il meurt à Paris en 1695.

Le Musée

Devenue musée en 1876, la maison natale de Jean de La Fontaine à Château-Thierry conserve des éléments de son passé Renaissance auquel s’ajoute le charme d’un jardin. Dans la demeure partiellement remeublée, le visiteur déambule parmi des collections aussi bien de peintures que d’objets du quotidien inspirés des célèbres fables.


les deux coqs, illustrés par Oudry

A lire !

1654 L’Eunuque, traduction d’une pièce de Térence.
1659 Début du Songe de Vaux
1663 Relation d’un Voyage de Paris en Limousin
1665 Publication des Contes et Nouvelles en vers
1669 Les amours de Psyché et Cupidon
1675 Le Florentin
1679 Publication du deuxième recueil de fables (livres VII à XI)
1691 Astrée
1693 Livre XII des Fables

 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.