La Capelle

Commune de l’Aisne


La Capelle - La Capelle Crédits : CRDP d'Amiens

Code postal : 02260
 

Nombre d’habitants : 1853 en 2010


Gentilé : Capellois, Capelloises

Chef-lieu de canton

La route rectiligne qui traverse La Capelle reprend le tracé de la grande voie romaine qui, passant par Reims, reliait la capitale des Gaules, Lyon, à la puissante cité belge de Bavay.

Du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, ce fut un axe nord-sud notable en Europe, menant de Lyon à Reims, Bruxelles, Amsterdam.

Il est ici recoupé par un axe routier ouest-est allant du port de Rouen vers Amiens, Saint-Quentin, Mons, Namur, Liège et la Ruhr.

La création d’autoroutes loin de cette région a ôté beaucoup de son trafic à cette artère le long de laquelle s’étire La Capelle.

Aux alentours se dessine le paysage bocager de la Thiérache dont la ville se dit la capitale.

Il s’y tient une célèbre foire aux fromages. Le maroilles est le fromage thiérachien réputé.

En bas à droite de la photo, l’hippodrome, siège de courses renommées.
 

L’église Sainte Grimonie


La Capelle,l’ église - La Capelle, église Crédits : CRDP

L’archictecture de l’église Sainte Grimonie s’inspire de la mode orientaliste. Elle combine les références à l’architecture byzantine (alternance de couleurs dans l’appareillage et décor de mosaïque) et gênoise. Son haut clocher inspiré d’un minaret surmonté d’un toit en forme de bulbe constitue sa principale originalité. 


La Capelle, l’église - La Capelle, église Crédits : CRDP d'Amiens

Elle est conçue en 1881 par Charles Garnier, architecte de l’Opéra Garnier à Paris, du théâtre Marigny etc. Elle est inaugurée en 1885.

Elle doit son nom à la patronne de La Capelle.

L’hippodrome de La Capelle


La Capelle,l’hippodrome - La Capelle, hippodrome Crédits : CRDP d'Amiens

L’hippodrome est l’un des six lieux de course hippique de Picardie. Dévoué au trot depuis 1874, il fête en 2008 ses 135 années d’existence en grande pompe. Les lieux ont entièrement été réaménagés et reconstruits. Inauguré le 14 septembre 2008, le nouveau champ de course aura nécessité, pour le bon achèvement des travaux, un investissement de 8500000 €.
Le bâtiment central, aux lignes modernes, peut abriter 800 places assises, auxquelles s’ajoutent 1500 autres sièges sur des tribunes extérieures. Salon de thé, hall, restaurant panoramique … l’ensemble se destine à accueillir le grand public, comme les passionnés turfistes.

La piste a été rénovée : 1609 mètres en Pouzzolane composé de deux lignes droites de 400 mètres chacune et de deux courbes inclinées à 10 %. Des dizaines de boxes également, pouvant accueillir plus de 250 chevaux, ont été construits.

Aux alentours des espaces libres sont laissés aux investisseurs privés.
Le projet de l’association loi 1901 qui régit l’hippodrome a été soutenu par l’ensemble des collectivités territoriales et en partie financé par des Fonds européens de développement régional (F.E.D.E.R.).

Dans cette région de Thiérache, au taux de chômage supérieur à la moyenne régionale et donc nationale, le site pourrait être créateur d’emplois. Même si dans ce secteur d’activité, le concurrence des hippodromes de la région parisienne, voire normande ou même des autres sites picards est rude …

Monument du cessez-le feu


La Capelle, monument du cessez-le-feu - La Capelle, monument du cessez-le-feu Crédits : CRDP d'Amiens

Aux mois de juin et juillet 1918, le traité de Brest-Litovsk et la reddition de la Russie soviétique permettent à l’armée allemande de se concentrer sur le front de l’Ouest et de déclencher de vastes offensives. Mais l’échec de cette seconde Bataille de la Marne, le renfort américain apporté aux Français et aux Britanniques retirent à l’Allemagne tout espoir de victoire.

Au commencement de l’automne, les efforts de l’Entente sur les fronts d’Orient et d’Italie entraînent la capitulation des alliés de l’Empereur Guillaume II. L’agitation grandit au sein des troupes allemandes, à l’intérieur du Reich.

Durant le mois d’octobre, les autorités allemandes et le président américain Wilson négocient les conditions du rétablissement de la paix.

Le 5 novembre 1918, à 6 heures du matin, l’état-major allemand, depuis Spa, en Belgique, télégraphie à Paris une demande d’armistice. Cette guerre de 1914-1918 est une guerre mondiale.
Pourtant, c’est en Picardie, au Nord du département de l’Aisne, que les ultimes événements historiques vont se dérouler.

Le 7 novembre 1918, à 20h20, à Haudroy, par une nuit pluvieuse, les plénipotentiaires allemands traversent les lignes françaises, afin de négocier la paix avec le Maréchal Foch, le généralissime des forces alliés. Ceux-ci parviennent à la ferme où se tient le poste de commandement du capitaine Lhuillier, commandant le 1er bataillon du 171e régiment d’infanterie. Une pierre commémorative rappellera l’événement.

L’officier appelle le caporal-clairon Pierre Sellier, auquel il donne l’ordre de sonner le cessez-le-feu .

Le convoi s’ébranle ensuite en direction de La Capelle, jusqu’à la Villa Pasques. Là, le commandant Bourbon-Busset notifie aux négociateurs allemands les instructions françaises, avant que ceux-ci ne se dirigent vers Compiègne et le Maréchal Foch. La suite est connue de tous.

À Haudroy, sur le territoire de la commune de La Flamengrie, un monument en granit des Vosges, élevé pour commémorer l’événement est inauguré le 5 novembre 1925. Jusqu’à sa mort en 1948, le clairon Pierre Sellier sonnera en ces lieux, chaque année, le 11 novembre, le cessez-le-feu .


La Capelle, monument du cessez-le-feu - La Capelle, monument du cessez-le-feu Crédits : CRDP d'Amiens

Plus tard, le 14 août 1940, la pierre d’Haudroy est dynamitée par les Allemands, mais relevée et inaugurée à nouveau le 14 novembre 1948. Les lieux sont classés au registre des Monuments Historiques en 1997.

Non loin de là, la Villa Pasques est depuis 1992 le siège de la Communauté de communes de la Thiérache du Centre.


La Capelle, monument du cessez-le-feu - La Capelle, monument du cessez-le-feu Crédits : CRDP d'Amiens

Pour les 90 ans de la fin de la première Guerre mondiale, commémorés en 2008, le Conseil général et la commune de La Capelle, propriétaire des lieux, ont restauré les deux salles du rez-de-chaussée qui, le 7 novembre 1918, ont accueilli la délégation allemande venue demander l’armistice.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Sahaguian Franck ; Désiré Emmanuel (CRDP d’Amiens)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.