Jute

Plante utilisée dans l’industrie textile

Introduite en Picardie au début du XIXe siècle, la culture du jute a progressivement remplacé les cultures locales de lin et de chanvre. Elle a initié l’essor du textile en Picardie


Corchorus olitorius Crédits : Dinesh Valke
Botanique

Plante du genre Corchorus, plante tropicale annuelle de la famille des Tiliaceae, plusieurs espèces peuvent être exploitées pour produire de la fibre de jute, mais les deux espèces principalement cultivées à cet effet sont Corchorus capsularis et Corchorus olitorius.

La plante, de la famille des herbacées, mesure 3 à 4 mètres de haut avec une tige de la grosseur d’un doigt humain. Les feuilles mesurent de 10 à 15 cm de long et 5 cm de large. Les fleurs sont de petite taille et de couleur jaune.

La fibre de jute exploitable correspond aux vaisseaux de phloème situés sous l’écorce de la tige principale.

Le jute pousse dans un climat chaud et humide, sur un sol de type alluvial ou argilo-sableux. Il nécessite des précipitations moyennes de 75 à 100 mm pendant la phase de croissance. Les régions historiquement les plus prospères sont les vallées du Gange et du Brahmapoutre, mais le jute peut pousser dans tout autre milieu satisfaisant à ces conditions.

Corchorus capsularis Crédits : Dinesh Valke

Histoire

Le jute est cultivé depuis très longtemps dans la région du Golfe du Bengale. Les premières exportations vers l’Europe de l’Ouest datent des années 1790, la fibre était alors utilisée dans la fabrication de cordes.

En 1822, la première manufacture de filage du jute fut créée à Dundee en Ecosse. La ville devint rapidement le centre de cette industrie. Dès 1855, l’Inde développa sa propre capacité à transformer le jute, Calcutta devenant la capitale de cette activité. Lors de la partition de l’Inde en 1947, la majeure partie de la production se retrouva alors localisée dans le Pakistan Est (aujourd’hui Bangladesh).

Aujourd’hui, la production se situe principalement en Inde et au Bangladesh. Néanmoins de nombreux pays le cultivent : Bhutan, Brésil, Cambodge, Cameroun, Chine, Egypte, Iran, Myanmar, Népal, Pakistan, Pérou, Thaïlande, Ouzbékistan et Viêt-nam. Leur production est toutefois sans commune mesure avec celle de l’Inde et du Bangladesh.

En Picardie

Plante utilisée dans l’industrie textile, elle a été introduite en Picardie un peu avant le milieu du XIXe siècle, remplaçant progressivement les cultures locales de lin et de chanvre. La fabrication des toiles de jute connaît un fort développement dans la région, notamment avec James Carmichael, et les frères Saint, qui installent une première usine à Flixecourt en 1857

Les usines textiles de Flixecourt, sont un des fleurons de la vallée de la Nièvre, investie par les frères Saint et décrite par Hector Malot : le jute bénéficie des échanges liés à l’expansion coloniale, qui exigent des emballages bon marché en grand nombre. L’installation sur la Nièvre présente un double avantage : le cours de la rivière entraîne la mécanique, la proximité des champs permet l’approvisionnement en matière première. En 1913, leurs ateliers employaient 14.000 personnes.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.