Innovation en Picardie

Picardie Innovations Végétales, Enseignements et Recherches Technologiques

En Picardie, le colza et le tournesol entrent déjà dans la composition de produits utiles à la chimie, l’alimentaire, la cosmétique, ou encore la santé. Avec le projet P.I.V.E.R.T., la Picardie choisit d’encourager cette pratique éco-responsable et de dynamiser un secteur du futur : la chimie du végétal.


Logo PIVERT Crédits : PIVERT

Un héritage fort

Tout au long de son histoire, la Picardie a su tirer le meilleur de ses ressources végétales. Au Moyen Âge déjà, la prospérité d’Amiens était directement liée à l’exploitation d’une plante tinctoriale, la waide, dont on tirait une teinture bleue très prisée dans l’industrie textile.

Cette tradition, celle d’une région qui sait profiter de ses ressources agricoles pour en extraire sa richesse industrielle, se poursuit aujourd’hui avec P.I.V.E.R.T.

Un objectif : préparer l’avenir

P.I.V.E.R.T., Picardie Innovations Végétales, Enseignements et Recherches Technologiques, est le nouvel institut d’excellence dans la chimie du végétal. Ce projet d’envergure a été retenu parmi les investissements d’avenir avec un budget de 247 M€ sur 10 ans.

P.I.V.E.R.T., c’est la mutualisation de compétences et de savoirs dans le domaine des énergies décarbonées. Installé à Compiègne (Picardie), sur le Parc Technologique des rives de l’Oise, il est un centre de recherche, d’innovation, d’expérimentation et de formation dans la chimie du végétal à base de biomasse oléagineuse (colza, tournesol, etc.). Il réunit plus de 150 chercheurs, ingénieurs et enseignants travaillant dans différents laboratoires et bientôt sur des pilotes industriels.

P.I.V.E.R.T. est le premier centre européen visant à transformer la biomasse oléagineuse en produits chimiques renouvelables, destinés à de multiples applications : alimentation, santé, cosmétique, matériaux de construction, etc.

P.I.V.E.R.T. est bâti sur un concept d’écologie industrielle : les sous-produits de certaines activités serviront de matières premières à d’autres activités. L’énergie et l’eau seront recyclées. Cette future raffinerie du végétal utilisera les ressources agricoles et forestières de la région Picardie en permettant de renforcer le tissu agricole et industriel local.

P.I.V.E.R.T. repose sur un montage et un fonctionnement financier originaux. Il est porté par des industriels et acteurs privés, notamment Sofiprotéol et le pôle IAR (Industries et Agro-Ressources), des établissements de recherche (dont les deux universités régionales mais aussi le CNRS, l’INRA, l’INERIS…) et des centres techniques (Agro-Transfert Ressources et Territoires, Centre de valorisation des Glucides, Institut technique des Corps Gras, etc.).

Un projet, plusieurs missions

En clair, P.I.V.E.R.T. symbolise une volonté de :
• développer une filière française compétitive dans le secteur de la chimie du végétal, limitant ainsi l’utilisation de matières premières d’origine fossile
• pérenniser l’agriculture française, et, notamment l’agriculture picarde, en lui offrant de nouveaux débouchés durables
• ré-industrialiser les territoires dans une logique de développement durable au travers des bioraffineries
• dynamiser un secteur d’avenir et générer de nouveaux emplois

http://www.picardie.fr/pivert

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.