Hugues, Louise

Infirmière (1856 - 1921)

Présidente du comité de Saint-Quentin de l’Union Des femmes de France (Croix Rouge Française), elle s’est tout entière consacrée à différentes oeuvres caritatives.


Louise Hugues

Présidente du comité de Saint-Quentin de l’Union Des femmes de France (Croix Rouge Française)

Née le 1er septembre 1856 à Fresnoy le Grand, décédée le 5 octobre 1921 à Saint-Quentin. Louise Hélène Sophie LECLERE, fille de notaire, épouse son cousin François HUGUES, industriel du textile, né à Saint-Quentin le 16 mars 1848. Celui-ci est maire de Saint-Quentin de 1886 à 1896 et député de 1893 à1906. Il décède en 1907. Dès 1891, Louise HUGUES préside le comité de Saint-Quentin de l’Union des Femmes de France, une des trois sociétés de la Croix Rouge Française avant leur fusion en 1940. Sans enfant, elle se consacre à cette oeuvre. Elle fonde la crèche de la Kermesse, inaugurée le 18 octobre 1896. Elle préside l’oeuvre des crèches de Saint-Quentin et est décorée des Palmes Académiques en 1898. Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, Louise Hugues qui est veuve, avec son association, installe dans le quartier Saint Martin, une ambulance c’est-à-dire un hôpital de fortune, de 160 lits dans les écoles communales Thelliers-Desjardins. Y sont accueillis les malades français et allemands. Elle cache et favorise la fuite de soldats français. La 16 octobre 1914, elle est arrêtée. Emprisonnement et déportation à Sedan pèsent sur elle. Grâce à l’intervention de Monsieur GIBERT, maire, elle est relâchée dès le lendemain mais 70 lits lui sont retirés. La 19 octobre 1915, le Général Von Nieber témoigne sa reconnaissance aux dames ambulancières françaises et remet une médaille à Louise HUGUES. A l’issue de la guerre, l’Union des Femmes de France, toujours animée par Louise HUGUES, organise des soupes populaires pour la population de retour dans une ville qui a beaucoup souffert.

Louise HUGUES est nommée chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur. L’Union des Femmes de France organise une souscription afin que son portrait soit réalisé par Emmanuel CROIZE, directeur de l’école de la Tour, lequel est conservé au musée Antoine Lécuyer. En son hommage, la ville de Saint-Quentin a donné son nom à deux rues et à une école primaire. La rue Louise Hugues, anciennement rue des Villas commence rue Camille Desmoulins et se termine rue de Bel air, a été baptisée ainsi le 6 mai 1927. L’avenue Madame François HUGUES, qui commence rue du Docteur Cordier et se dirige sur la rue des Acacias. Dans cette rue, se trouvait le siège de l’Union des Femmes de France, qui était aussi le dispensaire-école où se donnaient des cours d’infirmières et d’aides-infirmières ou des soins étaient dispensés. Ce bâtiment devient propriété et siège de l’Union des Femmes de France à compter de 1935 puis du comité local de la Croix Rouge en 1941. Il a été vendu en 1991 et détruit en 2003.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.