Hôtel de Ville de Compiègne

Mairie et office du tourisme

Construit dans le style de la dernière époque gothique, entre 1490 et 1530, l’hôtel de ville de Compiègne fut restauré au XIXe siècle par Viollet le Duc . Il abrite la mairie et l’office de tourisme.


Hôtel de ville de Compiègne - Hôtel de ville de Compiègne Crédits : CRDP d'Amiens

Construit entre 1490 et 1530, selon les plans de Pierre Navyer, l’édifice marque une transition entre le gothique finissant et la première Renaissance.

L’époque est heureuse pour la cité qui redevient un centre commercial florissant, passées les décennies de tourmente, les derniers avatars de la Guerre de Cent ans, la lutte entre le Duc de Bourgogne et le roi de France. Signe des temps, la façade du bâtiment est monumentale. 

L’hôtel de ville de Compiègne comporte une partie centrale dominée d’un beffroi couronné de deux clochetons, qui lui sont reliés par une balustrade sculptée et deux ailes latérales postérieures (aile droite 1650, aile gauche 1867). Le beffroi culmine à plus de cinquante mètres de hauteur, renferme la « Bancloque », datant de 1303. Une des plus anciennes cloches connues. A son sommet, les trois Picantins - Flandrin le Flamand, Langlois l’Anglais et Lansquenet l’Allemand - en costume du XVIe siècle bien entendu, scandent la vie de la cité en « piquant le temps », autrement dit en frappant de leur maillet pour faire sonner les heures.

Les restaurations

L’hôtel de ville fut restauré par Viollet le Duc au XIXe siècle. Eugène Viollet-le-Duc, le présentait comme « le meilleur exemple d’architecture civile du nord de la France ».

Compiègne est alors, de nouveau, une ville impériale, Napoléon III étant fréquemment présent en ses murs. Les architectes Aymar Verdier, puis Auguste Lafollye, sous la direction d’Eugène Viollet-le-Duc, ont redonné au monument sa riche statuaire, les œuvres antérieures ayant pâties du vandalisme révolutionnaire. 


Statue de Louis XII, hôtel de ville de Compiègne - Statue de Louis XII, Hôtel de ville de Compiègne Crédits : CRDP d'Amiens

Parmi les exécutions modernes, domine une statue en bronze de Louis XII à cheval, qui date de 1869, sculptée par Alfred Jacquemart. C’est sous le règne du souverain en effet qu’est élevé le monument. Elle est flanquée des effigies de Charles VII et de Jeanne d’Arc, de Saint-Denis et de Saint-Louis, du cardinal Pierre d’Ailly et de Charlemagne, ainsi que des principales figures de l’histoire de la ville.

La façade de 47 mètres de haut 24 de large est ravalée et réaménagée de 1978 à 1980.

L’hôtel de ville abrite aujourd’hui la Mairie de Compiègne et l’Office de Tourisme.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; CRDP Picardie

Vos commentaires

  • Le 29 août 2014 à 12:04, par Dalmaz,Gerard En réponse à : Hôtel de Ville de Compiègne

    Bonjour !SVP:mentionnez le nom du sculpteur de la statue de Louis XII ! Et puis vous ne dites rien ou presque sur les 2 batiments lateraux !Celui de gauche,1867,visiblement Viollet-le-Duc,qui abrite le micro palais de justice sert-il toujours a la Justice ? Celui de droite ne rressmble pas a un batiment de 1650,mais plutot a un batiment Viollet-le-Duc !Quelle est son histoire ?Je suppose qu’il n’a pas tj.abrite l’Office du tourisme ?! Bien cordialement,GD

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.