Haüy, René Just

Cristallographe (1743 - 1822)

Frère de Valentin Haüy, prêtre passionné de sciences, il entre à l’Académie des sciences, est membre de la Commission des poids et mesures. Ses travaux sur la cristallographie ont fait date.


Cristaux dans un galet Crédits : Computer Hotline

Frère de Valentin Haüy, ils sont tous deux issus du milieu bourgeois picard. René Just, comme son frère, a une scolarité parisienne. En 1780, il est ordonné prêtre et se découvre une passion pour les sciences. Remarqué par Daubenton, éminent savant du muséum d’histoire naturelle, il le fait entrer à l’académie des sciences. Puis, il enseigne la cristallographie et la physique au collège de France. En tant que membre de la commission des poids et mesures, il fut proche de deux autres savants picards : Delambre et Méchain.

Découvertes

Ses travaux portent sur l’arrangement des minéraux dans une roche. Il était déjà connu que les roches sont composées de minéraux eux-mêmes composés de cristaux. René Just Haüy démontre que la forme de ces cristaux est directement liée à la forme des éléments de base constitutifs qui le composent et qu’il nomme « molécules intégrantes ». Ainsi, une pierre ou une roche aura toujours la même forme car les cristaux s’y organisent toujours de la même manière en fonction de leur forme initiale. Ainsi, le sel dissout dans l’eau reforme toujours le même précipité de sel quand l’eau s’évapore. Il prouve sa théorie par l’observation au microscope ; si on détruit une roche, les parties qui s’en détachent ont des arrêtes et des angles d’incidence toujours identiques. De proche en proche, cette observation se vérifie jusqu’à ce que la matière soit trop petite pour être visible au microscope. Partant de cette hypothèse, il combine la forme et les dimensions des « molécules intégrantes » avec les lois d’arrangements simples et constantes pour effectuer une loi générale. Cette loi générale se vérifie pour toutes les roches et devient la loi de la cristallographie. Elle permet de déterminer avec précision les roches et ainsi les classer en fonction de leur composition. René Just Haüy va ainsi organiser une classification des roches et des minéraux. Ses travaux sur les minéraux le conduisent à s’intéresser à certaines caractéristiques physiques qui constituent les minerais tels que les aimants. Il fera ainsi une analyse et une synthèse sur les connaissances de son temps sur le magnétisme et l’électricité. Comme beaucoup de savants de cette période qui s’intéressent au sujet, il imagine des appareils permettant de mesurer le magnétisme et les phénomènes électriques.

Retombées

Cette loi de la cristallographie facilite le travail des géologues qui peuvent ainsi plus facilement identifier les roches. Adaptée et organisée sous une forme simplifiée d’échelle, elle est un élément essentiel de toutes les analyses géologiques, de l’étude d’un sol pour une construction à celle de la recherche de pétrole.

Cette loi sert également aux diamantaires, aux gemmologues et aux joailliers car elle permet également de déterminer la pureté d’une roche et donc d’une pierre précieuse.

Adaptée à la lumière polarisée, elle a permis à Louis Pasteur de déterminer une particularité de la matière organique : l’atome de carbone anomérique qui détourne les rayons de la lumière polarisée. C’est cette découverte qui a fait connaître Pasteur auprès des brasseurs du nord de la France.

Il aurait également joué un rôle très important avec Lavoisier dans la détermination du kilogramme comme unité de mesure de masse lors de sa présence dans la commission des poids et mesures (ce point reste à étudier).

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Bouture Sylvain

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.