Halles anciennes de Picardie

le lieu de commerce du village

Les halles de village servaient essentiellement de lieu de vente à la criée des denrées alimentaires et des productions du terroir.

Halles de Crillon (Oise)


Halles de Crillon - les halles de Crillon Crédits : CRDP d'Amiens

Ces halles en bois furent construites par le maréchal de Boufflers (1644-1711), le sauveur de l’armée française après la défaite de Malplaquet (1709).

À Crillon, ces halles étaient spécialisées dans le textile.

Songeons (Oise), possédait trois halles, toutes spécialisées : les produits laitiers, les grains, le textile.

Crèvecoeur-le-Grand (Oise) possédait aussi trois halles.

Les bureaux de fabrique, les seuls habilités à réglementer le commerce lainier et textile, y tenaient leurs séances et délivraient le plomb de la fabrique, sans lequel il était impossible de vendre sa marchandise dans les halles. Les utilisateurs payaient un droit de place à un fermier, l’exploitation des halles étant souvent affermée.
Les halles possédaient souvent deux niveaux :
- le premier, ouvert, est composé de plusieurs fermes qui reposent sur des poteaux ;
- le second, fermé, situé entre poutres et toit, pouvait servir de lieu de réunion ou de local de mairie.

Les halles de Marigny-en-Orxois (Aisne)


Halles de Marigny-en-Orxois - Les halles de Marigny-en-Orxois Crédits : CRDP d'Amiens

Au centre d’un réseau de hameaux, de bois parcourus de rus, de petites rivières, le village s’est aggloméré auprès du château, dont les parties les plus anciennes remontent au XIe siècle.

Au XVIIIe siècle, le château devient la propriété de François Poisson, bourgeois et grand manieur d’argent, père de la marquise de Pompadour. En faveur auprès du souverain Louis XV à cette époque, celle-ci fait ériger la terre en marquisat.

Au centre d’une riche plaine à froment, et avec l’appui de son châtelain, Marigny-en-Orxois devient un lieu de marché, dès le XIVe siècle.

Les halles, construites au début du XVIIe siècle, sont constituées d’une belle charpente de chêne et couvertes de tuiles plates.

À l’étage se trouve une salle qui servait de maison commune à ses habitants, de mairie et de salle communale avant la construction de la mairie actuelle.

Encore aujourd’hui, chaque dernier dimanche de mois, de mars à décembre, s’y tient un traditionnel marché campagnard. 

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Boulnois Alain

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.