Gréhant, (Louis-François) Nestor

Médecin chercheur, professeur de physiologie

Louis-François-Nestor Gréhant, dit Nestor Gréhant, est né le 2 avril 1838 à Laon, dans l’Aisne, et décédé le 26 mars 1910 à Paris. Il sera enterré à Aubenton, dans l’Aisne. Médecin chercheur et professeur de physiologie, membre de l’Académie nationale de médecine, il a été le collaborateur de Claude Bernard. Ses travaux académiques multidisciplinaires sont reconnus par de nombreux prix et distinctions


Nestor Gréhant et son épouse Crédits : La Santé par l'hygiène, Ed. Delgrave, 1907

Un parcours universitaire sans faute

Nestor Gréhant est né dans une famille de la petite bourgeoisie. Son père, originaire, semble-t-il, de Chauny est conducteur aux Ponts et Chaussées de l’Aisne. Il commence ses études secondaires à Laon, puis les poursuit au Lycée Henri IV (alors lycée Napoléon),où il suit notamment les cours du professeur Edouard Desains (natif de Saint-Quentin et frère aîné de Paul Desains) sur la Capilarité. Charles d’Almeida a été également le professeur d’Edouard Desains.

Le lycée Napoléon le garde, immédiatement après son baccalauréat scientifique, en tant que préparateur des cours de physique et chimie, poste qu’il conserve pendant 10 ans, de 1856 à 1866, en même temps qu’il occupe un emploi de préparateur de physiologie générale à la Faculté des Sciences (1865-1868), emploi qui lui permet de financer en partie ses études supérieures, et de mener à bien une licence de Physique : il suit, pendant trois ans, les cours de physique et de chimie du professeur d’Almeida et obtient sa licence ès Sciences Physiques. À l’âge de 30 ans, il est donc licencié en sciences physiques (1858) ; il se tourne ensuite vers la médecine, et ’décroche’ sa thèse en 1864 : Respiration de l’homme. Recherches physiques. Mesure de l’air contenu dans les poumons. Nestor Gréhant n’exercera pas la pratique médicale en hôpital ou cabinet : il se consacre dès lors à la recherche et à l’enseignement universitaire.

Affecté comme préparateur au laboratoire de Claude Bernard de 1865 à 1868, il suit son maître, de la Sorbonne au Collège de France puis au Muséum, tandis qu’il prépare une licence suivie d’un doctorat en Sciences Naturelles. Une deuxième thèse couronne en 1870 sa formation : Recherches physiologiques sur la sécrétion de l’urée par les reins. Respiration des poissons.

Une contribution à la science et à la médecine modernes

Professeur de physiologie au Muséum d’Histoire Naturel, Nestor Gréhant mentionne dans son ouvrage « La Santé par l’hygiène »,1907, les cours de sciences physiques qu’il reçoit de Charles d’Almeida dans son appartement parisien, rue Royer-Collard, dans le quartier du Val de Grâce.

Après avoir soutenu son doctorat ès sciences (1870), Gréhant a l’opportunité de remplacer quelques temps Paul Bert à la Sorbonne. Il devient finalement professeur de « Physiologie générale » au Muséum (1893) et directeur du laboratoire de Physiologie de l’École pratique des hautes études (1894). Il est enfin élu à l’Académie de médecine en 1905, deux ans avant son décès.

Physiologiste, Gréhant a conduit des recherches sur la respiration, le sang et la formation de l’urée. Toxicologue, il a étudié les effets du monoxyde de carbone et de l’éthanol sur l’organisme. S’intéressant au risque lié à l’inhalation des gaz dans les puits de mines, il a inventé un appareil de mesure du grisou. Gréhant attache aussi son nom à l’anesthésiologie et à l’hygiène. Parmi ses ouvrages figurent : Les poisons de l’air,, 1890, Les gaz du sang,, 1894 et La santé par l’hygiène, 1907.

Albert Jules Franck Dastre, président de la Société de biologie, prononce l’éloge de Nestor Gréhant en 1910. Il souligne que Nestor Gréhant exerçait les fonctions de préparateur auprès de deux professeurs de physique éminents , Edouard Desains et Charles d’Almeida... Il décrit Nestor Gréhant comme ayant été d’un caractère aimable, d’une affabilité et d’une courtoisie parfaites, qui eussent découragé l’inimitié. On ne pouvait ne pas l’aimer.

La préfecture de l’Aisne a honoré Nestor Gréhant d’un nom de rue à Laon, sa ville natale, et à Chauny.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.