Godin, Jean-Baptiste

Industriel (1817 - 1888)

Godin ouvre son usine de fabrication de poêles en fonte, à Guise en 1846. Inspiré par les idées de Fourier, à partir de 1859, il crée pour ses ouvriers une sorte de phalanstère, le familistère de Guise, « Palais social de l’avenir ».


- Statue de Jean-Baptiste Godin, sur la place du Familistère - Guise Crédits : CRP - AS Flament
Ne pouvant faire un palais de la chaumière ou du galetas de chaque famille ouvrière, nous avons voulu mettre la demeure ouvrière dans un Palais. Le Familistère, en effet, n’est pas autre chose, c’est le Palais du Travail, c’est LE PALAIS SOCIAL de l’avenir. (Godin, dans Situations sociales , 1871).

Biographie

Né dans l’Aisne d’un père artisan serrurier, Jean-Baptiste Godin commence à travailler dès l’âge de 11 ans. Il suit des cours du soir et fait son Tour de France de compagnonnage de 1835 à 1837. Il découvre alors les thèses de Fourier qui l’enthousiasment.

Jean-Baptiste André Godin se lance dans la production de poêles de chauffage, pour laquelle il dépose, le 15 juillet 1840, un brevet de fabrication.

Ses modèles seront désormais assemblés en fonte dans l’usine qu’il installe à Guise en 1846.

C’est un succès pour le jeune entrepreneur, que confirme les ventes du « petit Godin », son produit phare à partir de 1862. Ce poêle est orné d’un émaillage multicolore, ce qui lui donne un aspect luxueux.

La manufacture de Guise compte 300 employés en 1857, 700 en 1861, 1500 en 1870.

À cette époque, à Guise, l’entreprise Godin fabrique 50000 poêles émaillés par an.
Revenant ses chères théories de Charles Fourier, il réaménage entièrement le site industriel selon les théories du penseur socialiste.

Il réalise à partir de 1859 un ensemble architectural exceptionnel, inspiré du phalanstère fouriériste : le familistère de Guise regroupe des logements collectifs pour les ouvriers, une école, des crèches, un théâtre dans un parc de 6 hectares.

Solutions sociales

En 1871, le chef d’entreprise Jean-Baptiste André Godin fait paraître un ouvrage fleuve, Solutions sociales . Il y explique sa vision d’un monde nouveau où l’équité sociale et le travailleur occupent une place privilégiée. Une utopie sociale, inspirée du fouriérisme, que Godin réalise avec le Familistère, étonnante cité coopérative de 1800 habitants. Dans ces 600 pages, Godin l’humaniste détaille le fonctionnement de l’utopie réalisée et force l’admiration par la cohérence de sa « philosophie sociale ».

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; CRDP Picardie

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.