Folleville

commune du Val de Noye (Somme)

Cette toute petite commune organise chaque année en été les Médiévales de Folleville , fête médiévale costumée et rendez-vous des artisans.


Folleville, ruines et habitat rural - Folleville, ruines et habitat rural Crédits : CRDP d'Amiens

Code postal : 80250
 

Nombre d’habitants : 148 en 2010

Gentilé : Follevillois, Follevilloises

Canton d’Ailly-sur-Noye, communauté de communes du Val de Noye

Folleville possède un patrimoine bien prestigieux pour une si petite commune ! Le château, du XIVe siècle et l’église des XVe et XVIe siècles, avec ses gisants des seigneurs de Folleville font de Folleville une commune classée au Patrimoine mondial de l’U.N.E.S.C.O.

La mairie


Folleville, la mairie - Folleville, la mairie Crédits : CRDP d'Amiens

Avec la Troisième République, la mairie fait son apparition au milieu des habitations, la mairie. La loi du 5 avril 1884 fait obligation aux communes de disposer d’une mairie, en propriété ou en location. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, une fièvre de construction s’empara des édiles républicains. Pratiquement la moitié de ces bâtiments communaux date de cette époque.

En 2008, la France compte 36783 communes, soit la moitié des communes de l’Union européenne, avec une moyenne de 411 habitants par commune.

Nombreuses sont donc les communes de France aux budgets de fonctionnement étriqués.
Avec la loi du 16 juillet 1971, dite loi Marcellin, le gouvernement Chaban-Delmas avait pourtant initié un mouvement de fusion des communes de France. Dix années plus tard, avec 810 fusions (soit 1952 communes concernées), ce processus devait être relancé. C’est chose faite dans les années 1990 avec les deux lois (1992 et 1999) relatives aux communautés de communes et au renforcement de la coopération intercommunale.
En 2009, 2406 communautés de communes regroupent près de 27,5 millions d’habitants. Mais ces collectivités territoriales sont plus efficaces et légitimes en ville, qu’en zone rurale, où souvent elles ne sont que de simples syndicats intercommunaux transformés en communauté de communes.

Folleville représente un exemple significatif des problèmes posés par ce surnombre de communes en France. C’est une toute petite agglomération, sa mairie est de taille modeste, sa façade défraîchie, malgré l’ornementation que lui procure l’exposition des armoiries du village, l’ensemble étant peu mis en valeur par ses environs proches, une pelouse délaissée, des bâtiments ruraux en ruine.

Le château


Folleville, le château - Folleville, le château Crédits : CRDP d'Amiens

Le château primitif est incendié en 1358 lors de la grande jacquerie.

Jean II de Folleville, conseiller de Charles VI et Grand Prévôt de Paris, le fait reconstruire.

Durant la guerre de Cent Ans, le château est pris par le capitaine anglais Talbot en 1440.

Il est racheté en 1441 par le comte d’Étampes puis démantelé sur ordre de Philippe le Bon.
Il est transféré par la suite à Raoul de Lannoy qui entreprend des travaux de réhabilitation.

Il accueille au début du XVIIe siècle le futur cardinal de Retz et son précepteur, Saint Vincent de Paul.

Ses ruines se présentent sous la forme principale d’un vaste corps de logis quadrangulaire avec des tours circulaires sur trois de ses angles.
Le corps de logis possède trois niveaux d’habitation, les tours quatre. La partie supérieure de la tourelle d’escalier prend l’apparence d’une « guette », avec un plan d’abord en fer à cheval, puis hexagonal et enfin dodécagonal.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Boulnois Alain

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.