Flixecourt

Commune de la Somme

L’industrie textile fit la fortune de cette petite ville industrielle en milieu rural. Après les crises successives qui ont ruiné cette industrie, la renaissance s’amorce, moins par le réemploi des anciens bâtiments que par l’implantation d’une nouvelle zone d’activités.


Flixecourt, vue aérienne - Flixecourt, vue aérienne Crédits : CRDP d'Amiens

Code postal : 80420
Nombre d’habitant : 3 290 habitants

Communauté de communes : Val de Nièvre
Gentilé : Flixecourtois et Flixecourtoises

Géographie

Flixecourt se trouve à mi-chemin entre Amiens et Abbeville, là où la route qui relie les deux grandes cités traverse la vallée de la Nièvre très encaissée.

Flixecourt est à l’origine un bourg rural. Aux terres labourées et sèches du plateau s’opposent les prairies humides de la vallée.

L’industrie textile fit sa fortune au XIXe siècle en y créant de puissantes usines dont on voit la vaste extension à l’arrière-plan droit. Au milieu des bois se dresse l’ancienne résidence des Maîtres des usines de Flixecourt et de bien d’autres réparties dans les villages voisins. Des crises successives ruinèrent cette industrie textile.

Une histoire liée à celle des frères Saint

Flixecourt est une ville-rue édifiée sur les deux coteaux de la Nièvre. Le destin de Flixecourt est lié depuis 1850, à celui des frères Saint. Sous la Monarchie de Juillet, ces négociants en toile d’emballage établis à Rouen, découvrent le jute, importé des Indes.

En 1857, ils installent une machine à tisser mécanique dans la commune de Flixecourt et, cinquante années plus tard, les tissages Saint frères atteignent 7200 employés.

Au début des années 1990, la commune de Flixecourt connaît une intense crise économique et sociale. Après maintes péripéties, les usines textiles Saint Frères ferment définitivement. Celles-ci ont construit la démographie de la ville depuis plus d’un siècle et la population de Flixecourt diminue donc en fonction de cette perte de 200 emplois dans la commune. 

Dans son paysage, la ville porte encore les traces de ce passé industriel, les usines et les voies de chemin de fer, installées en 1868, ainsi que les cités ouvrières, mais également les demeures et autres constructions des entrepreneurs. 

Les maisons villageoises traditionnelles se dégradent. Ces maisons sont bâties avec les matériaux locaux traditionnels : briques pour le soubassement ; torchis pour les murs ; tuiles pour la couverture. Abandonnées, elles sont à vendre depuis le le recul démographique et économique lié à la disparition de l’industrie textile jadis si puissante.


Maisons abandonnées à Flixecourt - Maisons abandonnées à Flixecourt Crédits : CRDP d'Amiens

La démographie de Flixecourt suit l’activité industrielle des usines Saint frères : 1711 habitants en 1836, 3731 en 1911, 3276 habitants en 1982, 2931 en 1990, 3290 en 2012. Le nombre d’habitants est remonté à son niveau d’il y a trente ans.
La renaissance s’amorce moins par la réutilisation très partielle des anciens bâtiments que par l’implantation d’une nouvelle zone d’activités à la sortie ouest de la cité, sur le plateau, près de l’autoroute A16 au débouché de l’échangeur... Loin de ce paysage hérité du XIXe siècle.


Paysage industriel de Flixecourt - Paysage industriel de Flixecourt Crédits : CRDP d'Amiens
De gros efforts ont été menés par la Communauté de communes du Val de Nièvre, pour maintenir une activité textile sur quelques créneaux encore porteurs (exemple du groupe belge Sioen) et pour attirer d’autres activités.


La zone industrielle de Flixecourt - La zone industrielle de Flixecourt Crédits : CRDP d'Amiens

A la fin des années 2000, ce Parc d’Activité des Hauts du Val de Nièvre occupe 65 hectares à la sortie de l’agglomération de Flixecourt. Il compte en 2012 une trentaine d’entreprises locataires :

  • commerciales : Super U, Point P …,
  • artisanales : Gauthrin Métallerie, Securilec, Bardoux mécanique…,
  • industrielles : Société nouvelle de Miroiterie, Airchal, Bacham, Bigard qui fabrique des produits élaborés à base de viande (steak haché, viande sous vide, tomates farcies…) et qui emploie en 2008 près de 250 personnes, auxquels s’ajoutent les activités induites par la présence du site industriel. 

Le site génère un millier d’emplois.


La zone industrielle de Flixecourt - La zone industrielle de Flixecourt Crédits : CRDP d'Amiens

L’échangeur autoroutier, projet appuyé par un syndicat intercommunal qui dépasse le cadre du canton de Picquigny est mis en service dans les années 1990, l’autoroute A16 se dotant d’un échangeur n°21, dans la vallée de la Somme, entre Amiens et Abbeville.


Bretelle de sortie d’autoroute à Flixecourt - Bretelle de sortie d'autoroute à Flixecourt Crédits : CRDP d'Amiens

Si une autoroute peut créer un espace « entre deux », elle est également un élément structurant les territoires, comme on le voit sur la photo. Ainsi le Parc d’Activité des Hauts du Val de Nièvre s’est développé à côté de l’échangeur.

Contributeur(s) initial(ux)

CRDP Picardie ; Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.