Filature d’Aubenton

Construction 1806

D’incendies en incendies, la première filature de 1806 devient fabrique de boulons puis usine de soierie artificielle, puis entreprise de tissage dans les années 1950 où est construite aussi une petite cité ouvrière. L’usine ferme ses portes définitivement en 1989.


- Bâtiments de la centrale électrique, bassin de retenue et ponton du déversoir. Crédits : B. Dufournier/Ministère de la Culture/Région Picardie 1991

Aubenton connaît dès le Moyen Âge une importante activité liée au tissage et au commerce d’étoffes et de draps, l’église Saint-Nicolas était liée à la confrérie des Foulons.

En 1734 Nicolas de Kaloire et Nicolas Lefébure sont désignés comme maîtres de la fabrication des laines à Aubenton.

La filature

C’est cette tradition qui amène Napoléon à d’autoriser par décret la ville à établir en 1806 une filature à l’emplacement du grand moulin banal. Cette première filature fonctionne jusqu’en 1823. Rien n’a subsisté de ces premiers bâtiments, connus par les relevés conservés à la B.N. et les descriptions mentionnant 4 étages, pour un bâtiment de près de 500 mètres de long. Racheté en 1825 par le rémois Jubert Lucas et le parisien Louis Ternaux, le site devient une filature de laines cardées et peignées. Utilisant la force du cours d’eau (35 chevaux), on y adjoint une machine à vapeur de 25 chevaux. Fabriquant des draps, des tapis et des circasiennes, l’usine emploie près de 300 ouvriers vers 1850. En 1849, le conseil municipal note la présence d’enfants y travaillant 14 à 15 heures par semaine. Le 29 février 1853 le Journal de Vervins mentionne l’incendie de la filature alors exploitée par Mr Poyart, sur une taille plus réduite.

C’est le bâtiment en brique (ci-dessous), inauguré le 21 septembre 1854. D’autres sources indiquent que l’incendie aurait eu lieu en 1851 et la reconstruction dès 1852.


- Filature d'Aubenton : Le bâtiment à 4 niveaux datant de 1825. Crédits : B. Dufournier/Ministère de la Culture/Région Picardie 1991

Appartenant aux Frères Collin puis à Collin Denis et Fils, cette filature de 80000 broches emploie près de 90 ouvriers en 1885. En 1899, un nouvel incendie détruit l’entreprise.

Transformations

Auguste Collin transforme alors les bâtiments en boulonnerie au tournant du siècle. Fabriquant des boulons, écrous, rivets et tire-fonds, cette usine est reprise successivement par Delhaye et consorts d’Haumont, puis par Gillet, Lemître et Carton qui la cède le 31 décembre 1912 à la Société des forges d’Entre Deux Bois et de Breteuil. Les bâtiments en brique près du déversoir sont construits entre 1900 et 1914, date à laquelle cette boulonnerie compte près de 10 employés et 80 ouvriers. L’occupation allemande d’août 1914 à novembre 1918 entraîne le saccage de l’édifice. Malgré la transformation en Société des forges et laminoirs de Breteuil en 1919, l’exploitation cesse.

En 1924 la firme anglaise « La Soie de Compiègne » transforme le site en usine de soierie artificielle qui va employer entre 500 et 600 ouvriers mais suite à la crise de 1929 l’usine cesse son activité dès 1933. En 1949 reprise de l’activité par l’entreprise de tissage Leclerc Dupire qui fait construire au début des années 1950 la petite cité ouvrière rue de Beaumé (ci-dessous), succédant aux baraquements provisoires en bois. Les sheds modernes datent de la 2e moitié du XXe siècle tout comme le château d’eau et la monumentale cheminée d’usine.


- La cité ouvrière, construite à Aubenton dans les années 1950. Crédits : T. Lefébure/Région Picardie 1999

En 1975, Leclerc Dupire devient Textunion avant d’être racheté en 1975 par DMC. La fermeture en novembre 1983 marque le début d’une suite successive de reprises de l’activité industrielle, en janvier 1984 « les tissages d’Aubenton » produisant du tissu de popeline, puis « les tissages français », employant 47 ouvriers. Fermé en 1987, le site rouvre en 1988 sous l’appellation « tissage Jean Mermoz » avec 20 ouvriers.

L’usine a fermé définitivement ses portes en décembre 1989, rachetée par la commune.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Service Régional de l’Inventaire

Vos commentaires

  • Le 25 avril 2016 à 21:20, par gillet muriel epouse meddour En réponse à : Filature d’Aubenton

    J avais 15 ans et j etais visiteuse sur metier . A l epoque c etait effectivement l usine leclerc dirigee par m.boitel .j ai 65 ans auhourd hui et je reside en ile de france . Je suis nee a aubenton .etant issue d une famille nombreuse , mes freres , mes soeurs et moi meme avons tous travaille dans cette usine ! Lorsque cette usine a ferme , quelle catastrophe ! Tant de gens sans emploi ! J espere ne pas vous avoir trop ennuye . Cordialement muriel meddour

    Répondre à ce message

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.