Fermes pédagogiques en Picardie

Tourisme vert

Le nombre des fermes pédagogiques s’est fortement accru dans les années 1990 en France, dans le cadre plus général du développement du tourisme vert.


Ferme pédagogique à Monceaux-l’Abbaye - Ferme pédagogique à Monceaux-l’Abbaye Crédits : CRDP d'Amiens

Tourisme vert, éco-tourisme … Depuis quelques décennies, tous les acteurs politiques ont agi pour mettre les campagnes à l’heure de l’économie des loisirs, de l’État en passant par les régions, les communes et les différents acteurs économiques. Le monde paysan n’est pas en reste, il a fait naître le camping à la ferme, la ferme-auberge, et aujourd’hui la ferme pédagogique. 

Une définition de la ferme pédagogique

Au cours de ces décennies de fin et de début de siècle, le monde agricole s’ouvre également à la société civile. Au-delà des opérations de communication de la F.N.S.E.A., leur syndicat majoritaire et du traditionnel et annuel Salon de l’agriculture, beaucoup d’agriculteurs ont à présent une conjointe qui exerce une autre activité professionnelle.

Ajoutons que l’éducation nationale est également à la recherche de partenaires pédagogiques, les activités d’éveil occupant une place accrue à l’intérieur des champs de l’enseignement.

Une définition - tout comme un cadre légal d’exercice - est bientôt publiée le 5 avril 2001 par le législateur. Cette circulaire interministérielle nous dit qu’une ferme pédagogique est « une structure présentant des animaux d’élevage et/ou des cultures, qui accueillent régulièrement dans un but pédagogique des enfants, des jeunes dans le cadre scolaire ou extra scolaire ainsi que d’autres publics et qui souhaitent développer cette activité ».

Plusieurs types de fermes pédagogiques sont ainsi à distinguer : les fermes d’animation, créées spécifiquement pour accueillir du public et le plus souvent citadines ou péri-urbaines ; les fermes pédagogiques mixtes, développant conjointement l’accueil pédagogique et la production agricole, et qui proposent souvent un hébergement ; les exploitations agricoles ouvertes au public.
Celles-ci sont les plus nombreuses, 80 % du total.

Dans leurs cas, cet accueil des enfants ou des adultes, dans le cadre scolaire ou extra scolaire, constitue un revenu d’appoint pour l’exploitation, une diversification des activités.

Celles-ci sont organisées en réseau (actuellement plus de 130 en France), comme Bienvenu à la Ferme (qui compte 400 fermes-pédagogiques). Ils assurent pour leur part un contrôle des installations et des activités proposées. Ce dernier réseau d’ailleurs, une marque des Chambres d’agriculture, oblige l’agriculteur à être titulaire du B.A.F.A. et à posséder un agrément de la D.D.A.S.S. et du ministère de la Jeunesse et des Sports.

On dénombre ainsi plus de 1400 fermes-pédagogiques en France en 2010 (350 en 1995).


Ferme pédagogique à Monceaux-l’Abbaye - Ferme pédagogique à Monceaux-l’Abbaye Crédits : CRDP d'Amiens

Parmi celles-ci, la Ferme Lariquet, à Monceaux-L’Abbaye, à l’ouest du département de l’Oise, près de Granvillers. Propriété des époux Jean-Luc et Marie-Agnès Tourneur, celle-ci est ouverte au public scolaire des mois d’avril à juin, sur réservation. Ces exploitants agricoles proposent ainsi la découverte de leur jardin arboré, des installations de la ferme, de ses 120 animaux. Le tout pour une visite qui durera environ 2 heures, coutera 6 Euros.

Ferme de Liesse


Ferme pédagogique de Liesse - C Crédits : CRDP d'Amiens

À Nouvion-en-Thiérache, au nord du département de l’Aisne, l’imposante ferme de Liesse s’ouvre ainsi au jeune public. La basse-cour et les étables sont accessibles aux enfants. Tondre un mouton avec des ciseaux de force, c’est également possible. Habillé avec un costume d’antan, l’apprentie paysanne pourra même laver le linge avec une antique lessiveuse.
Redonner vie aux objets d’antan et même se replacer dans l’ambiance de l’époque. Tout cela est bien artificiel, et l’historien le sait bien, même s’il faut faire œuvre de pédagogie à l’égard des jeunes générations.


Arbre à loques de la ferme pédagogique de Liesse - Ferme pédagogique de Liesse Crédits : CRDP d'Amiens

Le moins évident étant de replonger nos contemporains dans l’univers des pensées, dans les structures mentales d’antan.
C’est pourtant la raison d’être de cet arbre à loques placé à l’entrée de la ferme de Liesse.

Dans l’ancienne France, les croyants y accrochaient des tissus souillés afin que les branches de l’arbre absorbent le mal. Cette forme de dévotion originale était présente un peu partout dans le Nord de La France. Signalons ainsi l’arbre de Saint Gleude (une déformation locale de Saint Claude) à Senarpont, dans la Somme voisine.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; CRDP Picardie

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.