Évadés de Morcourt

Récit d’un évasion de juifs résistants

L’évasion d’une quinzaine de Juifs résistants le 21 août 1944, à Morcourt dans l’Aisne, est racontée par Jacqueline Mesnil-Amar, membre de la famille du Capitaine Alfred Dreyfus, dans son livre Ceux qui ne dormaient pas .


Morcourt, église Crédits : Creative commons

Le 20e siècle, la barbarie et les horreurs de la seconde guerre mondiale ont été largement décrits. Il convient, cependant, de relater, lorsque des témoignages écrits ou oraux existent, des faits de résistance, qui peuvent sembler mineurs.., comme l’évasion réussie d’une quinzaine de juifs résistants à Morcourt (Aisne) le 21 août 1944 : ils s’échappent du train qui les emmène vers la déportation...

Jacqueline Mesnil-Amar raconte leur épopée dans son ouvrage, « Ceux qui ne dormaient pas », préfacé par Pierre Assouline, et dans lequel elle évoque son époux, André Amar. Dans le convoi, se trouvait également le Rabbin Samuel René Kapel, qui deviendra Ambassadeur d’Israel au Guatemala (Source : Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France de Serge Klarsfeld).

Des familles en lutte, et en souffrance.

A Morcourt, le Capitaine Alfred Dreyfus et sa belle-mère, Louise Hadamard, s’étaient déjà illustrés pendant la première guerre mondiale : ils avaient apporté leur contribution à sa reconstruction du village en 1919 ! (Source : Alfred Dreyfus – Officier en 1914-18 par Georges Joumas Docteur en Histoire Contemporaine).

Les familles Amar et Dreyfus, comme tant d’autres, ont été durablement marquées par la seconde guerre mondiale.

La belle-sœur de Jacqueline Mesnil – Amar, Suzie Amar, née Suzanne Reinach, est arrêtée pour faits de résistance, et emprisonnée à Turin en 1943. Suzie Amar, épouse d’Emmanuel Amar, est la petite nièce du Capitaine Dreyfus. Suzie Amar sera épargnée, contrairement à son époux, Emmanuel Amar, frère cadet d’André Amar, arrêté à Lyon au cours d’une rafle en janvier 1944, interné à Drancy, puis déporté en février 1944 dans un camp de Haute Silésie, où il meurt en avril 1944. Le père de Suzie, Mathieu Dreyfus était marié avec Suzanne Marguerite Schwob, fille de l’industriel Schwob d’Hércourt. Ce n’est qu’en 1998 que la famille Schwob d’Héricourt va récupérer un tableau, dont elle avait été spoliée « Deux femmes nues » de Léonard Foujita, peintre français d’origine japonaise reposant à Reims.

Des souvenirs.

Jacqueline Mesnil – Amar (1909 – 1987) appartenait à une vieille famille juive bien intégrée, voire « assimilée » : ce n’est qu’avec la persécution du peuple juif qu’elle découvre son judaïsme. André Amar, son mari, normalien et philosophe, était le fils du banquier salonicien Saül Amar. Il s’était engagé dans l’Organisation Juive de Combat (OJC), dont il dirigeait la section parisienne. La mémoire de Jacqueline Mesnil – Amar conserve le souvenir de ses amies, des petites filles de jadis, des petites Kahn, Weil, ou Dreyfus... Ces petites des beaux quartiers pensaient pouvoir y demeurer pour toujours…Malgré ses puissantes amitiés , un cousin éloigné de la famille Amar-Mesnil, Marcel Bloch, le constructeur d’avions, sera déporté.

Le convoi 79.

Dans le convoi n°79 du 17 août 1944, une quinzaine de déportés, dont André Amar et Samuel Kapel, ont pu scier les barreaux de la lucarne, ont sauté du train à Morcourt à proximité de Saint-Quentin et se sont échappés entre minuit et une heure du matin, sous la pluie. A partir du 21 août 1944, par petits groupes, sans argent et sans papiers, ils ont miraculeusement réussi, à pieds, à rejoindre Paris, au matin de sa libération : ils étaient libres et vivants !

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine ; D’Alméida Franck

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.