Echos des tranchées (1)

Chapitre 1

La vie quotidienne sur le front, racontée par les soldats, quelques anecdotes, les nouvelles techniques de combat, la vie à l’arrière ... Les « petites histoires » de la grande Histoire.

- 16 avril 1917, c’est le début de l’offensive du Chemin des dames. Les soldats Henri Voilquin et Gabriel Barret témoignent.


Tranchée française Crédits : Wikicommons

Henri inspecte la ration du jour, « distribuée à la volée dans un sac jeté à terre  », avant l’attaque de 6 H : « deux boites de singe*, 20 biscuits, quelques tablettes de chocolat »… Quelques heures plus tard. « Impossible d’avancer. Alors nous voilà condamnés à demeurer dans le boyau, sous les rafales de 105 et 150 qui pleuvent. Les éclatements nous secouent les nerfs et le corps entier. De 6H30 à minuit, nous sommes restés là, crispés, courbaturés… ». 17 Avril 1917 : « Si le 1er corps n’a pas réussi à passer, nous ne réussirons pas davantage… Les généraux sont traités de ‘vampires’ et de ‘buveurs de sang’. Leur nervosité augmente… Ils ne sont pas plus heureux que nous…  ». 19 avril 1917, Gabriel observe. « Au prix de dangers inouïs, deux hommes sont allés chercher un peu d’eau… Nous sommes isolés depuis plus de 90 heures… Je viens de grignoter mon dernier biscuit avec Picat, qui se trouve dans un trou d’obus à côté du mien ».
* boites de singe : corned-beef.

- C’est sur le Chemin des Dames, en 1917, que l’armée française utilise des chars pour la première fois.


Char Renault FT 17 Crédits : Le char d'assaut en France

Les anglais avaient déjà utilisé des chars en septembre 1916. Le nom « Tank » provient de ce que les ouvriers croyaient fabriquer des réservoirs* (secret militaire).http://fresques.ina.fr/picardie/fic...
Les Français sortirent leur premier tank à peu près en même temps que les Britanniques, mais ces premiers chars, des Schneider CA1, fonctionnèrent mal. Le 16 avril 1917, de nombreux chars furent brûlés, car les officiers, par peur de manquer d’essence, avaient fixé des barils sur les toits des chars !
* En anglais, réservoir = tank.
Ce sont les chars Renault FT17 à faible tonnage qui furent, plus tard, les plus efficaces.

- Déclaré mort au combat en février 1915, le soldat Louis Charles André vivait pourtant paisiblement à Saint-Quentin après la Grande Guerre…


Saint-Quentin pendant la première guerre mondiale Crédits : Autrefois, Picardie en Ligne

Louis Charles André est incorporé en 1912 dans le 155e régiment d’infanterie. Il est officiellement déclaré mort pour la France en février 1915. Et il réapparait fin février 1915, et reçoit six citations « pour son calme, son courage et son sang-froid, entre 1915 et 1918… L’annonce de son décès a-t-elle été liée à un problème d’homonymie ? Nul ne l’a su ! Le maire de Saint-Quentin dut écrire au ministère de la guerre pour témoigner de la qualité d’habitant de la ville de Louis Charles André.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.