Dix (Otto)

Peintre et témoin

Otto Dix décrit et dessine l’enfer de la première guerre mondiale.


Der Krieg, Otto Dix - Gravure

Otto Dix est issu d’un milieu ouvrier (son père, Franz Dix, travaillait dans une mine de fer), mais reçoit une éducation artistique par sa mère qui s’intéresse à la musique et à la peinture.
Passionné par le dessin, et grâce à une bourse d’études, il entre à l’École des arts appliqués de Dresde, où il étudie entre 1909 et 1914. Quand la guerre éclate, il s’engage comme volontaire dans l’artillerie allemande. L’année suivante, il reçoit une formation de mitrailleur, et participe à de nombreuses campagnes en Champagne, dans la Somme et en Russie. Rescapé, il garde cependant des images d’horreur qu’il essaie d’oublier en peignant.

Après la guerre, il reprend des études d’art, mais le thème de la guerre se glisse bientôt dans son travail : il est hanté par la brutalité de la guerre et par les scènes vécues et observées. Otto Dix admire Goya, et son œuvre, Les Désastres de la Guerre, une série de 82 planches ayant pour sujet la période troublée qui a suivi l’invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes.

Der Krieg, les gravures.

Inspiré par cette œuvre décrivant l’atrocité du conflit avec des scènes d’exécutions et de famine, Otto Dix tente de capter et de rendre les paysages et les champs désolés de14/18, les tranchées, les cadavres…

Au fil de ses planches, tragiques, Otto Dix décrit les cadavres décharnés et en décomposition, les squelettes grimaçants ou semblant sourire, les corps crucifiés ou empalés sur des barbelés, les blessés aux yeux exorbités, les soldats mourants : une danse macabre réalisée à partir de centaines de croquis pris sur le vif et envoyés par Dix à un ami en Allemagne.
En 1921, Otto Dix rencontre Karl Nierendorf, un marchand d’art , qui publiera en 1924 les cinquante gravures en cinq portefeuilles qu’il intitule Der Krieg (La Guerre). Il titre, situe et décrit chaque gravure.

Une grande partie des scènes sont situées dans la Somme ou en Picardie, où Otto Dix a combattu.

L’intégralité de la série des planches der Krieg est présentée à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne, qui possède l’un des rares coffrets complets subsistants.

Der Krieg, le triptyque


Der Krieg, Otto Dix - Triptique peint Crédits : Musée de Dresde

Otto Dix peint ce triptyque à une époque où il existe, en Allemagne un renouveau du nationalisme : les nazis occupent la rue. Le peintre brosse le tableau de la guerre dans sa réalité même, car à 43 ans, il reste hanté par ses souvenirs de l’horreur vécue. Le projet de l’artiste est de montrer au public la terreur, la violence, la guerre … De fait, Hitler (et ses visées expansionnistes) prendra le pouvoir un an après l’achèvement du triptyque, en 1933 !

Otto Dix a fait partie des centaines d’artistes interdits par les nazis comme producteurs d’un « art dégénéré », et ceux-ci ont fait disparaître la presque totalité des 70 exemplaires édités.
En 1938, il est arrêté et enfermé pendant deux semaines par la Gestapo. Durant ces temps difficiles, il peint une représentation de Saint Christophe dans une brasserie.
Il participe par obligation à la Seconde Guerre mondiale. Il sert sur le front occidental en 1944-1945. Il est fait prisonnier en Alsace par les Français.
Il meurt en Allemagne en 1969 des suites d’un infarctus.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.