Crécy en Ponthieu

Commune de la Somme

Crécy célèbre pour sa bataille, le 26 août 1346, lors de la Guerre de Cent Ans. Crécy, l’une des premières villes à être desservie en 1892, par les chemins de fer départementaux de la Somme. Crécy et sa forêt domaniale, la plus vaste du département.


Crécy-en-Ponthieu Crédits : Carte postale

Code postal : 80150

Nombre d’habitants : 1550 en 2010


Gentilé : Crécéens, Crécéennes

Chef-lieu de canton

La croix du bourg


Crécy en Ponthieu, la croix du bourg Crédits : CRDP Aiens, Michel Gombart

Cette croix est l’un des monuments les plus énigmatiques de la Somme.

Au centre de l’agglomération, ses habitants l’appellent la « croix du bourg ». Anciennement, au sommet de cet édifice effilé en briques et pierres, était fixée une croix en fer forgé.

Aujourd’hui, c’est une pomme de pin, sculptée dans la pierre, qui le domine.

Sur un socle quadrangulaire, la « croix » présente trois niveaux. Les deux premiers, de section carrée, sont décorés à chaque angle d’une colonne ornée d’un chapiteau. Le dernier niveau quant à lui est de forme cylindrique.

Plusieurs théories sont là pour expliquer son origine et sa fonction initiale.

Parfois, on fait le parallèle avec d’autres édifices ressemblants, érigés en Angleterre, à la fin du XIIIe siècle, suivant la volonté du roi Edouard Ier et en souvenir de son épouse défunte, Éléonore de Castille, sur les lieux du trajet de sa dépouille funèbre.

Une tradition locale veut que le monument ait été érigé, au Moyen Âge, par les bourgeois de la cité en souvenir de l’accès de celle-ci au statut de commune.

Pour ceux qui doutent de la possibilité d’une telle construction de briques avant le XVIe siècle, cette « croix du bourg » serait une lanterne des morts.

Le marché rural


Crécy en Ponthieu, le marché Crédits : CRDP Amiens / Michel Gombart

Un marché se tient à Crécy chaque lundi. La présence d’un camion venu de Berck atteste que Crécy échappe en partie à l’orbite picarde.

À l’arrière de la place, l’habitat traditionnel en brique. Le syndicat d’initiative occupe un des anciens commerces abandonné.

Monument Jean de Luxembourg


Crécy en Ponthieu, le monument de Jean de Luxembourg Crédits : CRDP Amiens Michel Gombart

Jean de Luxembourg « mort pour la France » en 1346 !

Si l’on peut douter de l’existence du sentiment national chez les sujets du roi de France au XIVe siècle, celui de la Guerre de Cent Ans, on peut également trouver curieux de voir associée une mention très contemporaine au décès de Jean, roi de Bohème et comte de Luxembourg sur le champ de bataille.

Au mois d’avril 1916, pendant la Première Guerre mondiale, a loi française crée cette qualification, relative à l’état civil et qui fait l’objet des articles L.488 à L. 92 bis du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre.

Il faut croire que le qualificatif est antérieur à la loi, puisque ce monument est érigé en 1905. La commune de Crécy-en-Ponthieu a souhaité honorer la mémoire du prince aveugle qui, malgré son infirmité, voulut prendre part au combat contre l’Anglais en 1346 et y fut tué.

Le chroniqueur Jean Froissart en fait l’archétype du roi-chevalier, faisant face à l’ennemi, attaché à deux de ses fidèles, au moment où le roi de France, Philippe VI de Valois, fuit.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.