Craonne

Les deux villages


Craonne - Craonne Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart

Craonne est mondialement et tristement célèbre.

Installés sur les pentes du Chemin des Dames, ses habitants, agriculteurs ou vignerons cultivent les terres des environs.

Avec l’arrivée du chemin de fer , la viticulture est délaissée au profit du maraîchage, les marchés urbains voisins se faisant plus attrayants et l’autoconsommation reculant.

La ville va influencer le destin de Craonne d’une manière bien plus originale encore. Dominant le village, un « saloon » à l’américaine, propriété d’Henry Vasnier, associé des champagnes Pommery, devient l’attraction de la bourgeoisie rémoise à la Belle Epoque.

Le service d’hôtellerie, en fait « une maison de plaisir », s’agrémente d’un zoo et d’un jardin exotique de plantes amérindiennes.

Cet éperon, qui borde le Chemin des Dames à l’Est, est baptisé plateau de Californie .

Lors de la première bataille de l’Aisne, dès 1914, Craonne est occupé, sa population déplacée. Le village se situe sur la ligne de front.

Le Chemin des Dames, ce plateau d’une quarantaine de kilomètres de longueur, surplombant les vallées de l’Ailette et de l’Aisne sur un axe ouest-est, est d’un intérêt militaire majeur.


Statue de Napoléon à Craonne - Statue de Napoléon à Craonne Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart

En 1814 déjà, une bataille y avait opposé les troupes de l’Empereur des Français, Napoléon, à celles de l’ennemi russe et prussien.

Lors de l’offensive Nivelle du printemps 1917, le village est entièrement rasé par les bombardements. 5 millions d’obus tombent sur ce secteur du front entre les 6 et 16 avril 1917.
Avec la fin de la guerre et le retour des réfugiés, la question se pose de la survie du village de Craonne. Celui-ci est situé dans la zone rouge, quelques 120.000 hectares de champs de bataille où la reconstruction est interdite.

Dans le cas de Craonne, contrairement au cas de quatre autres villages de l’Aisne non reconstruits, la reconstruction se fera en contrebas du plateau de Californie, dans la plaine.

La nouvelle église, consacrée en 1931, reconstitue un axe, allant de la mairie à l’école, qui structure le nouveau Craonne.


Craonne, l’église - Craonne, l'église Crédits : CRDP d'Amiens Michel Gombart

De style moderne et élevée suivant un plan en forme de croix latine, l’édifice, que domine son pignon triangulaire en façade, utilise des pierres de réemploi dans son soubassement. A l’intérieur, une charpente élancée, une décoration aux couleurs chaudes accueillent le visiteur.


Craonne, l’église - Craonne, l'église Crédits : CRDP d'Amiens / Miche Gombart

L’ancien village est toujours visible. Ces terres sont la propriété de l’O.N.F., l’Office national des forêts, qui exploite les bois replantés sur le Chemin des Dames, le plateau de Californie en particulier. Sur son initiative, un arboretum s’y est implanté, quelques 57 espèces différentes d’arbres et d’arbustes voisinent avec les caves des anciennes habitations, créant un site de promenade et de recueillement.


Craonne, l’arboretum - L'arborétum de Craonne Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart
Le site reste un lieu de mémoire et de deuil.


Craonne, le monument aux morts - Le monument aux morts de Craonne Crédits : CRDP d'Amiens / Michel Gombart

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.