Condorcet, Nicolas de

Mathématicien, homme politique (1743 - 1793)

Le dernier philosophe des Lumières était aussi mathématicien et homme politique. Anti-esclavagiste et défenseur de l’égalité des sexes avant même la Révolution, il sera victime de son humanisme en ne votant pas la mort de Louis XVI et mourra en prison.


Nicolas de Condorcet - Condorcet

Mathématicien, révolutionnaire et philosophe, spécialiste d’économie politique, Condorcet, « L’intellectuel en politique », fait partie du petit nombre de conventionnels non régicides. Il est né à Ribemont, dans l’Aisne.

Biographie

Monsieur de Condorcet, Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, naît le 17 septembre 1743.
Son père, originaire du Dauphiné, est le second fils du marquis, voué donc à la vie militaire. Capitaine d’un régiment de Barbançon, stationné en Picardie, l’officier trouve un beau parti en la personne d’une jeune veuve, fille d’un trésorier de France de la généralité de Soissons. Le cavalier décède quelques mois après la venue au monde de son fils lors de manœuvre en Alsace.

Elevé par sa mère, éduqué par un religieux, Condorcet est envoyé au collège jésuite de Reims, puis au prestigieux collège de Navarre, à Paris.
Ses oncles paternel - le jeune frère de son père défunt, devenu évêque de Gap – et maternel – qui occupe la charge de subdélégué de l’intendant de Soissons – se préoccupent des études de leur neveu. Il est remarqué des milieux scientifiques pour ses premiers travaux de mathématiques, puis par Turgot dont il devient l’ami.

Sa carrière politique et parisienne est lancée lorsque Turgot devient contrôleur général des Finances du roi Louis XVI.

Condorcet se souviendra de ses origines axonaises lorsqu’il sera – bien plus tard – élu de la Convention nationale dans le jeune département de l’Aisne, au mois de septembre 1792.

Devenu suspect, il est arrêté et emprisonné. Il meurt le 29 Mars 1794 à Bourg-la-Reine, dans la prison où il est incarcéré.

Ses idées

Progressiste, il défend, avant même la Révolution, l’abolition de l’esclavage et l’égalité des sexes.


Réflexions sur l’esclavage des nègres - Réflexions sur l'esclavage des nègres de Condorcet

Philosophe d’avant-garde, il est l’héritier du testament moral de Voltaire et considéré comme le dernier philosophe des Lumières.

Sa maison natale à Ribemont, réouverte au public depuis juin 2000 a été inaugurée le 4 mai 2001 par l’ancien ministre de la justice Robert Badinter.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Adermas

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.