Château de Ham

Somme (1214)

Après le temps de la splendeur, du Xe au XVIIe siècle, le château devient prison d’état et accueille des prisonniers célèbres dont le futur Napoléon III. Depuis 1870, les conflits successifs ont raison du château et des fortifications de Vauban. Une association de bénévoles s’emploie à déblayer et restaurer ses ruines.

Les origines du château

Dès le Xe siècle, il est fait mention d’un château à Ham.

C’est sous Odon IV, seigneur de Ham (1214) que le château prend sa forme définitive. La seigneurie de Ham passe successivement dans les maisons de Coucy, de Bar, d’Orléans (1400), de Luxembourg (1418) et de Bourbon-Vendôme (1548).

Sous le règne d’Henri IV, la ville de Ham et son château sont rattachés définitivement à la couronne et au royaume de France. Sous Louis XIV, les fortifications de type Vauban sont achevées.

Le château, par la suite, sert de prison d’Etat.

Parmi ses célèbres prisonniers : le corsaire Cassard, Mirabeau et le prince Louis Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) qui y séjourna six ans.

Ham et les guerres

En 1870, la deuxième armée du nord encercle la ville de Ham occupée par les Prussiens et les oblige à signer une capitulation.

Occupée dès le début du conflit lors de la Première Guerre Mondiale, la ville de Ham fût un point de repli de l’armée allemande qui l’abandonne en 1917 après avoir détruit ses principaux édifices (château, ponts, Hôtel de Ville, beffroi, église et abbaye).

Une deuxième occupation due à un mouvement de front se termine par un incendie de la ville qui fut sinistrée à plus de 80 %.

Durant le second conflit mondial, Ham est le théâtre d’une importante bataille destinée à contenir l’avance des troupes allemandes en mai et juin 1940.

Ham aujourd’hui

Après les divers conflits mondiaux, les ruines du fort de Ham tombent dans l’oubli et deviennent même le lieu d’un dépôt d’ordures.

En 1977, une association, les Amis du Château , sauvent les ruines de l’oubli. Depuis plus de 20 ans, les jeunes bénévoles de l’association s’emploient à déblayer et à restaurer les vestiges de ce château. Plusieurs activités y sont organisées pour mettre en valeur ce site (visites, expositions, spectacles).

La crypte


Château de Ham, crypte - La crypte de l'ancienne abbaye de Ham Crédits : CRDP d'Amiens

Construite vers 1200, cette crypte marque la transition du roman au gothique. En 1108, Eudes, seigneur de Ham obtient que l’édifice, collégiale de chanoines séculiers, soit occupé par des chanoines réguliers provenant de Saint-Martin-aux-Bois.

Au XIIIe siècle, la crypte reçoit les tombeaux d’Odon IV de Ham et de sa femme Isabelle de Berthencourt.

L’église est reconstruite après chaque destruction (1411, 1557, 1760).

Elle est aujourd’hui l’unique témoin de l’ancienne abbaye.
L’architecture combine des éléments romans, gothiques et classiques.

La partie exposée à l’est, composée de la crypte, du choeur et du transept, est datée du XIIe siècle. La nef, dans sa partie ouest, reconstruite au XVIIe siècle réutilise encore des éléments romans.

La crypte possède trois vaisseaux de trois travées chacun. Le vaisseau central est recoupé dans sa longueur par une file de colonnes et son chevet est traité en abside à cinq pans. Le voûtement d’ogives est généralisé.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Boulnois Alain

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.