Chapelles en pays de Somme

Somme

Cinq grands types de chapelles jalonnent les routes du pays de Somme : chapelles de pèlerinage, petites églises, chapelles de dévotion, chapelles funéraires, chapelles imposantes.


Chapelle de pélerinage, Monflières Crédits : Commune de Bellancourt

Typologie des chapelles en Pays de Somme

Le nom « Chapelle » vient de « cappella », nom donné, au temps des rois Mérovingiens, à la chambre de leur palais, où l’on conservait les manteaux ou les chapes des Saints. La dimension de l’édifice suffira souvent à déterminer s’il s’agit d’une chapelle ou d’une église. On parlera alors de grande chapelle ou de petite église, selon le lieu. Le même bâtiment prendra le nom d’église, s’il est seul dans son petit village et de chapelle s’il se trouve dans un bourg ou dans une ville.

Il faut faire la distinction entre chapelle isolée et chapelle à l’intérieur d’une église.
Chapelle de cimetière, Coulonvillers

 

La chapelle isolée :

Elle prend la forme d’une petite église, dont l’architecture peut être ramenée à sa plus simple expression, avec trois murs, une porte et un toit, pourvu qu’il y ait la présence d’un autel, élément indispensable pour la différencier de l’oratoire.

 
Chapelle de hameau, Longuet

La chapelle intérieure :

Elle se trouve dans l’église, où se trouve un autel, dans un espace distinct et matérialisé par une disposition architecturale.

 

D’une manière traditionnelle, la chapelle picarde est en brique, couverte d’ardoises et souvent dédiée à la Vierge. A l’intérieur, une simple statue de plâtre repose sur un autel en bois. Seuls un oculus et deux petites fenêtres latérales laissent pénétrer la lumière.

 

Aujourd’hui, les chapelles destinées au Culte, au recueillement et à la prière font partie intégrante du patrimoine. Les chapelles privées se transmettent difficilement aux héritiers, qui n’ont pas toujours les ressources financières pour les entretenir. Beaucoup de chapelles qui appartenaient aux paroisses sont tombées dans le domaine public lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il a fallu plusieurs décennies pour changer la manière de considérer ce patrimoine. Tout doucement, lentement, le regard s’est modifié. On le voit sans le regarder par habitude. Le Profane a remplacé le Sacré.

C’est une bonne chose pour la sauvegarde de ce patrimoine. Quand un calvaire ou une chapelle appartient à la collectivité, sa sauvegarde est assurée La commune fait abstraction du côté religieux et ne voit plus qu’un élément du patrimoine. D’un autre côté, cela n’empêche pas les chrétiens de considérer la chapelle et le calvaire comme symbole de leur foi.

 
Chapelle funéraire, Mailly-Maillet

 

Essai de classification dans le département de la Somme :

Cinq grands types de chapelles jalonnent les routes du pays de Somme. Ce sont d’abord les chapelles de pèlerinage.

Le deuxième type de chapelles est celui des petites églises. Notre département se caractérise par un nombre très important de communes (782), mais aussi par un nombre encore plus impressionnant de hameaux (1000). Quand le hameau est éloigné de son chef-lieu, il possède souvent une chapelle qui joue le rôle d’une petite église.

Viennent ensuite les chapelles de dévotion envers la Vierge et envers les saints. Les raisons qui ont amené les Picards à élever des calvaires et des oratoires : manifestation de foi religieuse, mission évangélique, ex-voto, offrande ou remerciement, lieu d’un accident ou culte du souvenir. 230 jalonnent les routes du pays de Somme.

Nous avons retenu comme quatrième type, les chapelles funéraires qui étaient construites en dehors du cimetière. Quelques personnes ont souhaité être inhumées dans leur propre champ, éloigné du village ou proche du cimetière. Dans cette catégorie, on peut ajouter les chapelles castrales construites par les seigneurs et qui recevaient la sépulture de toute la famille.

La cinquième catégorie concerne les chapelles imposantes, situées au milieu du cimetière. Elles ont souvent reçu les sépultures de personnages importants comme les seigneurs et les curés et sont suffisamment grandes pour y célébrer la messe et recevoir les fidèles. Faire l’inventaire de ces chapelles, les photographier, rechercher leur histoire est une des missions que nous nous sommes fixé.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Guerville André

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.