Cathédrale Notre-Dame de Noyon

Construction 1145

Deuxième cathédrale gothique construite en France, elle a malheureusement souvent été endommagée.


Cathédrale de Noyon - cathédrale de Noyon Crédits : CRDP d'Amiens

La cathédrale de Noyon constitue un exemple de transition architecturale entre l’architecture romane et l’architecture gothique.

La révolution française, puis la première guerre mondiale ont considérablement endommagé la cathédrale.

Elle a été classée monument historique en 1840. 

Architecture

La cathédrale de Noyon mesure 102 m de long, 20 m de large et 24,7 m de hauteur sous voûte dans la nef.
Le transept est composé de deux bras hémi-circulaires sans déambulatoire.

L’élévation se fait sur quatre niveaux : grandes arcades en arc brisé, larges tribunes, triforium peu profond, fenêtres hautes en plein cintre.

L’architecte de la cathédrale s’est sans doute inspiré des techniques anglo-normandes du XIe siècle. Il a construit les vastes murs du transept, de 2,5 m d’épaisseur, tout en leur conservant une impression paradoxale de légèreté. Il a évidé les murs là où la maçonnerie n’était pas nécessaire et les a caché à la vue grâce à deux parois très minces largement percées d’arcades : le massif disparaît et l’aérien demeure. 


Cathédrale de Noyon

L’histoire

La cathédrale actuelle est l’héritière de trois édifices précédents mal connus.

La première église est construite à l’époque de saint Médard (VIe siècle). Les évêques noyonnais ont souvent joué un rôle essentiel auprès des rois mérovingiens (exemple : saint Éloi et Dagobert). Celle-ci est peut-être détruite lors du raid viking de 859.

Au Moyen Âge, Noyon devient une cité religieuse importante dirigée par un évêque-comte très puissant.
En 1131, le bâtiment carolingien est détruit et Baudouin II (1148-1167), l’évêque du diocèse, décide vers 1150 la construction d’une nouvelle cathédrale.

  • En 1157, les reliques de saint Éloi sont transférées à Noyon tandis que la mise en place des fondations s’achève.
  • De 1160 à 1170, se déroule la seconde phase des travaux. Elle voit la mise en place des piles du sanctuaire, des voûtes du déambulatoire, des deux premiers niveaux des tours, des murs extérieurs des tribunes du choeur : le transept est amorcé.
  • La troisième phase débute en 1170 et s’achève vers 1185. Les parties basses des deux dernières travées de la nef, le croisillon nord, le choeur sont alors achevés ainsi que le croisillon sud et la chapelle épiscopale au sud. On peut alors commencer la nef.
  • De 1185 à 1190, la quatrième phase voit l’achèvement des septième et huitième travées de la nef.
  • Enfin de 1190 à 1205, la cinquième phase permet de terminer les six premières travées de la nef.
  • En 1231, la cathédrale est presque achevée avec la fin de la construction des deux tours (hormis les flèches) et de la façade.

Mais en 1293, un dramatique incendie endommage la cathédrale, notamment la tour nord et le porche, la nef n’étant que partiellement touchée.
Les atteintes les plus sérieuses se situent au XVIIIe siècle : en 1723, les tours du choeur sont arasées au niveau des corniches afin de faciliter l’évacuation des eaux. Le jubé du XIVe siècle est détruit.
En 1793, la statuaire est détruite, le mobilier dispersé ; l’édifice est mis en vente heureusement trop cher pour les amateurs. La cathédrale devient église paroissiale.
En 1840, commencent les premiers travaux importants de restauration qui se poursuivent jusqu’en 1920 et au-delà.


Cathédrale de Noyon - cathédrale de Noyon Crédits : CRDP d'Amiens

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Boulnois Alain

Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.