Cathédrale Notre-Dame de Laon

Construction (1155 - 1230)

Une cathédrale typique du premier âge gothique. « Jamais en aucun lieu je ne vis tour pareille à celle de Laon » , écrit un maître d’oeuvre du XIIIe siècle.


Cathédrale Notre-Dame de Laon - La cathédrale de Laon Crédits : Eisenheim (Flickr, Creative Commons)

La construction de la cathédrale Notre-Dame actuelle débuta vers 1155-1160, à l’emplacement de la précédente, abimée durant l’insurrection communale de 1112, pour s’achever aux alentours de 1230. Elle est emblématique du premier âge gothique.

On peut retenir environ cinq phases de construction, de la mise en place du chœur primitif et de l’abside jusqu’à la refonte de ce même chœur vers 1220.

La seconde moitié du XIIIe siècle vit le début de l’aménagement des chapelles latérales.

L’édifice fut remanié de façon considérable début XIVe, au niveau des façades sud et nord.

Au XVIIIe, le chœur reçut une nouvelle décoration avant de disparaître à nouveau sous la Révolution, moment où disparut également une partie de la statuaire des portails.

Après son classement sur la liste des Monuments Historiques de 1840, le programme de restauration commença en 1846, notamment à la demande de Prosper Mérimée, pour s’achever finalement peu avant 1914.


Plan de la cathédrale Notre-Dame de Laon - Plan de la cathédrale de Laon

Vue par Villard de Honnecourt

Maître d’œuvre du XIIIe siècle, Villard de Honnecourt évoque la cathédrale de Laon en ces termes (texte traduit du picard) :

« J’ai été en beaucoup de pays, comme vous pourrez le reconnaître par ce livre. Jamais en aucun lieu je ne vis tour pareille à celle de Laon. Voici la disposition du premier étage avec ses fenêtres. A cet étage, la tour est à huit faces dont quatre sont des tourelles carrées (en manière d’avant-corps) portant sur des faisceaux de trois colonnes. Viennent ensuite les arceaux et les entablements. Après quoi les tourelles deviennent octogones et sont portées par huit colonnes avec un bœuf en saillie dans les entrecolonnements. Puis viennent encore des arceaux et d’autres entablements, et par-dessus, le comble qui est (en forme de pyramide) à huit arêtes garnies de crochets. Sur chaque face (de la pyramide) est une meurtrière pour avoir du jour (par dedans). Regardez devant vous, vous en verrez mieux la manière d’après l’élévation et comment les tourelles passent d’une disposition à l’autre, en montant.

Méditez là-dessus ; car si vous voulez faire de bonnes constructions à puissants contreforts, il vous faut prendre pour modèle ceux qui ont le plus de saillie. Apportez-y toute la réflexion possible ; vous ferez comme doit faire un homme sage et entendu. »

A voir

Parmi ses curiosités, on peut retenir entre autres l’icône serbe de la Sainte-Face conservée dans le transept nord, les statues de bœufs ornant le haut des tours de façade et, enfin, l’élancement très sobre de son architecture intérieure renforcée par la pierre blanche utilisée lui confère une lumière remarquable.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.