Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais

Gothique (1225)

La Cathédrale de Beauvais a été commencée en 1225. Ses dimensions imposantes malgré son inachèvement (la nef n’a jamais été construite) donnent une idée de la puissance passée de la cité épiscopale.

Terminée en 1569, elle s’effondre le 30 avril 1573, jour de l’Ascension. C’est la catastrophe quand la flèche et les trois étages du clocher s’écroulent ! Il faut recommencer à nouveau.


Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais - La cathédrale de Beauvais Crédits : CRDP d'Amiens

La cathédrale de Beauvais est un monument extraordinaire tant par ses dimensions que par les catastrophes qui ont jalonné sa construction et sans lesquelles elle aurait été la plus grande église de toute la chrétienté.

La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est un rêve gothique, l’aboutissement et la fin d’un siècle d’effort de ces bâtisseurs du Moyen Âge français, pour donner davantage d’ampleur à ces monuments dédiés à leur foi. L’enjeu : la hauteur des voûtes à l’intérieur de l’édifice. Toujours plus hautes !
Après les premiers essais en Picardie – à Noyon, en 1150, 23 mètres de hauteur ; à Laon, la cité de l’évêque, dix années plus tard, 24 mètres -, la voûte de Notre Dame de Paris, la ville des rois, atteint 33,50 mètres de hauteur. A Chartres, puis à Reims, à Amiens, de nouveau en Picardie, cet exploit est dépassé. 

L’ampleurde la cathédrale est liée à l’importance de la ville au Moyen Âge : Beauvais jouit d’une grande prospérité jusqu’à la guerre de Cent Ans grâce aux dizaines de moulins utilisés pour le travail du textile et installés sur les canaux qui parcourent la cité. La cathédrale est aussi le reflet du pouvoir épiscopal : à partir du XIe siècle, l’évêque de Beauvais porte aussi le titre comtal. Toutefois, l’autorité des évêques-comtes est contestée par la commune reconnue dès 1122 par le roi.

Historique de la construction

Précédant le grand édifice gothique , une cathédrale est entreprise au cours du Xe siècle. Il ne subsiste aujourd’hui que la nef de cette église romane, désormais connue sous le nom de Basse Oeuvre.


Basse-Oeuvre de Saint-Pierre de Beauvais - Cathédrale de Beauvais, Basse-oeuvre Crédits : CRDP d'Amiens

Accolée à l’immense choeur de la cathédrale Saint-Pierre (encore appelée Haut-Oeuvre ou Nouvel-Oeuvre), la Basse-Oeuvre est l’un des rares témoins de l’architecture carolingienne. Sa construction remonte vers l’an mil mais elle fut profondément remaniée au XIIe siècle puis amputée de ses parties orientales à partir du XIIIe siècle. Elle fut enfin fortement restaurée de 1864 à 1867. Elle est flanquée au nord par le cloître de la cathédrale.


Cloître - Cathédrale de Beauvais, cloître Crédits : M.Klimm, Creative Commons
La Basse-Oeuvre tranche sensiblement avec son auguste voisine par ses dimensions et par l’austérité de ses façades percées de quelques ouvertures et soulignées par une ornementation réduite. La présence de ce modeste édifice aux côtés d’un des joyaux de l’architecture gothique, illustre le cheminement intellectuel et technique de plusieurs générations d’architectes. 

En 1225, la cathédrale est endommagée par un incendie .

Une nouvelle construction est alors décidée par l’évêque Milon de Nanteuil.

De 1247 à 1347, un siècle de travaux seront nécessaires pour achever le chœur de l’édifice, débuter ceux de la nef.


Horloge astronomique - Cathédrale de Beauvais, horloge astronomique Crédits : Omar Omar, Creative Commons

Il faut dire que l’exploit est de taille, la clef de voûte du chœur s’élevant cette fois-ci à 48 mètres de hauteur. De quoi donner le vertige 

Sous l’impulsion de Milon, on entame l’édification du transept et des collatéraux du choeur. Mais en 1232, un conflit éclate entre Milon et le roi Louis IX : ce dernier saisit les revenus de l’évêché provoquant l’interruption des travaux. Ceux-ci reprennent sous l’épiscopat de Robert de Cressonsac auquel le roi rend son temporel en 1239. On élève alors les grandes arcades du choeur, le déambulatoire et les chapelles rayonnantes. La partie supérieure du choeur, avec ses vastes fenêtres hautes, est construite dans les années 1250-1260. Le clergé en prend possession en 1272.
Dès 1284, une première catastrophe s’abat sur la cathédrale : « les grandes voûtes du choeur tombèrent, et quelques piliers en dehors furent rompus et furent les grandes vitres brisées, et n’y resta presque rien sans dommage, que les châsses de Saint-Just le Martyr, de saint Germer et de Saint-Évrost confesseurs, qui demeurèrent saines et sauves », ainsi est relaté l’accident par Louvet dans son Histoire et antiquitez du païs du Beauvaisis (1631).


Portail - Cathédrale de Beauvais, portail Crédits : CRDP d'Amiens

Les travaux de restauration achevés vers 1347 touchent les travées droites du choeur où l’on refait le triforium et les fenêtres hautes. La reconstruction s’attache à renforcer les points qui avaient semblé être responsables de la catastrophe, attribuée par les experts de l’époque, à l’écartement des piles et à la faiblesse des supports : aussi double-t-on le nombre des piliers dans les travées droites du choeur bouleversant ainsi profondément son organisation spatiale.


Restauration de la cathédrale de Beauvais

Au début du XVIe siècle, le clergé décide d’achever la cathédrale. Les travaux sont menés durant une cinquantaine d’années sur les plans de Martin Chambiges qui surveille en personne le chantier de 1500 à 1532 (année de sa mort). Le transept est élevé avec ses deux façades monumentales de style flamboyant. Mais au lieu d’entreprendre la nef, on construit une immense flèche à la croisée du transept haute de 150 m. Terminée en 1569, elle s’effondre le 30 avril 1573, jour de l’Ascension. C’est la catastrophe quand la flèche et les trois étages du clocher s’écroulent ! Il faut recommencer à nouveau. Faute d’argent la cathédrale ne sera jamais achevée. La reconstruction des voûtes du transept prive la cathédrale des fonds nécessaires pour édifier la nef.


Voûtes du transept - Cathédrale de Beauvais

L’édifice est tout de même classé à l’Inventaire des Monuments historiques, depuis 1840. Mais le fait qu’il ne soit pas épaulé à l’Ouest par une nef le fragilise. De très forts étais sont implantés dans le chœur. A l’extérieur, sa restauration se poursuit. Dernier événement en date : le 5 février 2011, l’inauguration de la façade sud. 


Façade sud - Cathédrale de Beauvais Crédits : CRDP d'Amiens


Restauration de la cathédrale de Beauvais - Cathédrale de Beauvais, restauration Crédits : CRDP d'Amiens

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Boulnois Alain ; Sahaguian Franck

Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.