Cassatt Mary

Peintre (1843 - 1926)

Une femme moderne, acharnée au travail, reconnue par les Impressionnistes.


Autoportrait, 1880 - Marie Cassatt, autoportrait 1880

Mary Stevenson Cassatt est née le 22 mai 1843 à Allegheny City, (Pittsburgh – Pennsylvanie – États-Unis) et décédée le 14 juin 1926 au château de Beaufresne à Mesnil Théribus dans l’Oise.

Jacques Cossort, l’arrière-grand-père de Mary Cassatt, est né en Normandie–Picardie (Cossort au lieu de Cossart est dû, sans doute, à une erreur d’écriture.). Protestant huguenot, il subit les guerres de Religion et quitta la France pour la Hollande, malgré la signature du traité de Nantes qui mettait fin à ces guerres. A 23 ans, il prit le bateau pour l’Amérique, où il se maria avec une Franco-Ecossaise.

Son éducation

Elle habitait une gentilhommière dans le Lancastre en Pennsylvanie, propriété qui avait plu à son père après qu’il se fût retiré de la vie active dans la banque. Mary était élevée avec ses frères et sœurs par des gouvernantes, apprenait à monter à cheval et profitait de la vie à la campagne. Dans une lettre du 27 novembre 1867, adressée à sa fiancée, son frère Alexandre ( futur Président des chemins de fer de Pennsylvanie) écrit : "Mary a toujours été ma préférée. Je suppose que nos goûts se ressemblaient. A chaque fois qu’il était question d’une promenade, à pied ou à cheval, d’un galop, cela ne posait aucun problème. N’importe quand, par n’importe quel temps, Mary était toujours prête.

Durant les années passées en Europe (1850-1855), les enfants fréquentent les écoles françaises et allemandes et s’imprégnent des deux cultures.

Avant son retour en Amérique, Mary découvre, à l’Exposition universelle de Paris les maîtres incontestés de la peinture française : Ingres (1780-1867), Delacroix (1798-1863) et Courbet le « dissident » (plusieurs de ses tableaux dont L’atelier du peintre ayant été refusés par le jury, Courbet avait organisé son exposition personnelle dans un baraquement voisin de l’ Exposition. Les Cassatt, avant leur départ, découvrent aussi les voies nouvelles de la peinture anglaise, grâce aux Préraphaèlites.

Sa personnalité

L’art et la vie ne font qu’un pour Mary Cassatt. Jeune enfant, elle passe 5 ans en Europe avec sa famille, période où sa mère avide de culture, lui fait visiter les musées européens. Passionnée par son art, il est tout à fait naturel qu’elle revienne en Europe fréquenter les musées qu’elle ne trouve pas à l’époque en Amérique. Degas disait d’elle « Je n’admets pas qu’une femme dessine aussi bien. »À cette époque, être accepté comme peintre par la gent masculine était un exploit. Surtout pour Mary Cassatt, étrangère et sans appui dans le milieu, à l’opposé d’autres femmes impressionnistes comme : Berthe Morisot mariée au frère d’Edouard Manet, Eva Gonzalès, femme du graveur Guérard, Madame Braquemont qui bénéficiait de l’appui de son mari pour participer aux expositions.

Achille Segard, son seul biographe contemporain, différencie Mary Cassatt des autres artistes de l’époque en disant : « Mary Cassatt se distingue par la qualité intellectuelle de ses émotions. »

Il faut du caractère à une jeune fille née dans une famille bourgeoise et éduquée selon les principes moraux rigides de l’époque victorienne pour annoncer un jour à ses parents qu’elle veut quitter son pays pour aller étudier la peinture en Europe. Ce qui paraît normal aujourd’hui, constituait un défi aux bonnes mœurs de l’époque, surtout dans un tel milieu, et Monsieur Cassatt refusa fermement de laisser sa fille partir en affirmant : « J’aimerais presque mieux te voir morte. » Avec acharnement et patience, Mary parvient à ses fins et s’embarque pour l’Europe, en 1866, accompagnée de sa mère.

Sa première peinture « La Mandoline », qu’elle présente au Salon Officiel, signée Stevenson, son deuxième prénom, est acceptée. Influencée par Le Corrège, Vélasquez, Goya, Murillo et Rubens dans ses premières années, puis par Manet, Renoir et enfin Degas, elle acquiert à force de travail son propre style. Degas, ayant changé d’avis, lors d’une visite dans son atelier, dit : « C’est vrai, voilà quelqu’un qui sent les choses comme moi. » Trois années plus tard, elle était invitée par Degas à participer aux expositions des impressionnistes et Mary Cassatt, peut dire : « Je pouvais enfin travailler avec une indépendance absolue, sans m’occuper de l’opinion d’un jury. » La grande aventure de Mary Cassatt comme artiste peintre et graveur peut commencer.

À la suite de l’exposition des impressionnistes de 1879, elle propose une peinture représentant sa sœur Lydia, assise dans un intérieur, en robe rose d’un ton très délicat. On rapprocha cette peinture de celle de Berthe Morisot. Gauguin, présent, sensibilisé par ce tableau aux couleurs chatoyantes, constata la similitude de travail entre les deux femmes, mais fit remarquer : « Miss Cassatt a autant de charme, mais plus de force…. » L’année suivante, en 1880, elle se signale à l’attention de Zola, qui écrit dans le Voltaire « Mademoiselle Cassatt, une américaine je crois à fait récemment ses débuts, avec quelques travaux remarquables, d’une originalité inhabituelle. »

Mary Cassatt est à l’apogée de son art, entre 1889 et 1899, période, où elle s’attaque à la gravure, défi extrême, car un coup de crayon peut s’effacer et se corriger, mais pas un trait sur une plaque de cuivre.

À l’époque, sa présence était très recherchée. Sa grâce, son ouverture d’esprit, sa tolérance et sa culture attirent les « Grands du monde », comme Clémenceau ou encore Mallarmé.

De nos jours, Mary Cassatt reste une femme moderne, avec une personnalité hors du commun que je souhaite faire découvrir à tous les amateurs d’arts en général, et, en particulier, à ceux qui admirent ce personnage aux mille facettes !

Son travail


Maternité - Mary Cassatt, Mère et enfant sur fond vert ou maternité - Musée d'Orsay Crédits : Musée d'Orsay

Elle croyait en la dureté du travail et apparaissait comme une femme entraînée à l’effort physique. Ses habitudes de travail étaient incontestablement dures. Elle était dans son atelier à huit heures chaque matin et ne le quittait habituellement pas avant la tombée de la nuit ( des lampes allumées figurent dans nombre de ses tableaux). Chaque jour, elle peignait, travaillait au pastel, gravait ou imprimait. Ensuite, alors que d’autres personnes auraient certainement voulu se reposer, elle passait ses soirées à étudier les techniques. Elle avait l’habitude de remarquer : « Il y a deux voies pour un peintre , l’une large et facile, l’autre étroite et difficile. » Une personne plus faible aurait recherché un succès sûr, immédiat, superficiel, qu’elle aurait pu atteindre facilement. Elle travaillait, été comme hiver, ne s’interrompant que pour soigner sa mère et sa sœur Lydia qui mourut en 1882.

Historique de la famille Cassatt

  • D’origine française, Jacques Cossart, né à Rouen en 1538, décédé en 1608, marié en 1577 à S.t. Martin avec Marguerite Toustain, née en 1559 à St. Michel s/ Meurtre France, décédée le 28/01/1637. Ils ont une fille Marie Cossart née le 05/07/1597 à Rouen, décédée le 02/12/1648.
  • D’origine française, Jacques Jacob Cossart, né en 1639 à Rouen, décédé en 1684/85 à Brooklyn USA (Huguenot, il a pour père Jacques Cossart de Cossate né en 1595, marié en 1632 en France et pour mère Rachel Gelton née en 1610 en Normandie, décédée en 1685 en Hollande), épouse Léa Villemen, née 1638 en Hollande, décédée en 1731 à Broockyn, mère de Léa Lenoix. Son Grand-père, Noël Cossart, né en 1595 à Rouen, est mort après 1678, brûlé place Bonne Nouvelle à Rouen pour avoir refusé d’abjurer sa religion protestante.
  • D’origine française, fils de J.J Cossart, David Cossart né le 18/06/1671 en France, décédé en 1740 aux USA, marié le 11/10/1696 à New York à Stantje Joris Van Horme, hollandaise née le 9/05/1679, décédée le 01/1740. David Cossart, ajoute vers 1736 « le Monsieur » devant son nom, afin d’afficher son statut social. Il a pour frère Antony Cossart né en 1673 en France, branche cousine de Mary Cassatt Fils de David Cossart, Francis Cossart né le 21/01/1717 à New Jersey USA, décédé en 1790 à Gettysburg USA, marié en 1738 USA avec Margateth Van Nest( d’origine hollandaise) née le 30/09/1717 à New Jersey, décédée en décembre 1790.
  • Fils de Francis Cossart, David Cossart né le 11/04/1743 à New Jersey USA, décédé le 29/ 12/1823 en Pennsylvanie, épouse en 1764, Sarah Van DUYN (d’origine hollandaise), née le 30/09/1817 à New Jersey, décédée le 28/10/1850 en Pennsylvanie.
  • Fils de David Cossart, Denis Cossart ( 6e enfant) né le 02/03/1776 en Pennsylvanie, décédé en 1810 en Pennsylvanie, marié en 1796 ( il transforme son nom en CASSATT vers 1800) en Pennsylvanie à Lydia Simpson née le 08/03/1775, décédée ?
  • Fils de Denis Cassatt, Robert Simpson Cassatt, né le 24/07/1806 en Pennsylvanie, décédé le 09/12/1891 au Mesnil-Théribus en France, marié le 22/01/1835 à Pittsburgh, Pennsylvanie à Katherine Kelso Johnston (d’origine écossaise-irlandaise), née en 1816, décédée le 21/10/1895 au Mesnil Théribus France.
  • Robert Simpson Cassatt et Katherine Kelso Cassatt auront sept enfants : Katherine Kelso Cassatt née 27/12/1835 en Pennsylvanie décédée le 30/12/1835 en Pennsylvanie.
  • Lydia Simpson Cassatt née le 23/07/1837 en Pennsylvanie, décédée le 11/1882 à Marly le Roy, ramenée et enterrée au Mesnil Théribus par sa sœur Mary.
  • Alexander Johnston Cassatt, né le 8/12/1839 à Allegheni en Pennsylvanie, décédé le 28/12/1906.Nous ne connaissons pas le nom de la ville où il est mort mais nous sommes certain que c’était aux U.S.A.
  • Robert Kelso Cassatt, né 05/06/1842 en Pennsylvanie, décédé en 1855 en Allemagne, ramené à Mesnil Théribus par les soins de sa sœur Mary.
  • George Johnston Cassatt né le 22/01/1846 et décédé le 17/02/1846 ? Joseph Gardner Cassatt né 13/01/1849 décédé 1911 en Pennsylvanie.
  • Robert Simpson Cassatt descend d’une famille de colons venus de Hollande après avoir fuit la France à la révocation de l’Edit de Nantes. On retrouve ses origines dans la généalogie des Mormons.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Brignon Gérard

Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.