Buisson, Ferdinand

Philosophe (1841 - 1932)

Prix Nobel de la Paix 1927, Ferdinand Buisson croit à l’enseignement pour tous et à l’éducation politique du peuple. Il participe activement aux réformes de l’enseignement primaire entreprises par Jules Ferry.


Ferdinand Buisson Crédits : Assemblée nationale

Né en 1841, Ferdinand Buisson est mort en 1932 à Thieuloy-Saint-Antoine, village de l’Oise où il s’était retiré en 1924.

Il fut professeur de philosophie à l’académie de Neuchâtel, en Suisse (1866-1870) où il avait fuit le régime de Napoléon III, puis enseigna la pédagogie à la Sorbonne en 1896. Il créa l’enseignement primaire moderne et laïc. Il fut de tous les débats philosophiques, religieux, politiques, pédagogiques, pacifistes. Il travailla dans de nombreux emplois dans l’administration, au gouvernement auprès de Jules Ferry, dans des associations comme les Ligues des droits de l’homme. Il créa la Fédération des œuvres laïques départementales en 1930.

Son action fut couronnée par le Prix Nobel de la Paix en 1927.

1885 : Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia ; Agence Régionale du Patrimoine de Picardie

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.