Bayard, Hippolyte

Nicéphore Niépce, Louis Daguerre sont, dans la mémoire collective, les inventeurs de la photographie … Mais qui se souvient du Picard Hippolyte Bayard, qui a largement contribué à passer de la photo unique, non reproductible, au négatif permettant divers formats, et reproductible à l’infini (ou presque …) ?


Hippolyte Bayard - Autoportrait, 1863 Crédits : Wiki commons

Hippolyte Bayard est né en 1801 à Breteuil dans l’Oise. Enfant, il s’amuse des ‘inventions’ de son père, juge de paix, original et lunaire, qui place des caches sur les fruits mûrissants de son verger pour dessiner des silhouettes ou des initiales…

Après une enfance picarde, direction Paris, où il travaille au ministère des finances. Mais sa passion n’est pas là. Il s’intéresse à la peinture, et à une toute nouvelle forme de représentation du réel : la photographie. Il invente un procédé de tirage positif sur papier ; la feuille de papier, préalablement sensibilisée, remplace la plaque de cuivre insérée dans la chambre noire de l’appareil photo. le papier est plus souple, plus malléable que le daguerréotype mis au point par Louis Daguerre. Comme les daguerréotypes, les images obtenues par Bayard sont des pièces uniques, et ne peuvent être reproduites… Il travaille également le principe de négatif, qui pourrait permettre une reproduction des photos, et leur agrandissement. (C’est finalement l’Anglais Talbot qui mettra au point le film négatif).

Las … Le gouvernement ne le suit pas, ne le subventionne pas, préférant les travaux de Daguerre, à qui une confortable rente est allouée. Bayard cherche cependant à se faire connaître, et présente publiquement ses photographies – de superbes natures mortes et des clichés de statues antiques –, et offre le profit des ventes de cette première exposition de photographies aux sinistrés d’un tremblement de terre en Martinique. L’état se refuse toujours à l’aider…

Du réel à l’imaginaire


Hippolyte Bayard, le Noyé - 1840 Crédits : Wiki commons

Et, là, Hippolyte Bayard a une idée de génie, il réalise le premier auto-portrait, et met en scène sa « noyade », accompagnée de ce commentaire : « Le cadavre [...] que vous voyez ci-derrière est celui de M. Bayard [...]. A ma connaissance, il y a à peu près trois ans que cet ingénieux et infatigable chercheur s’occupait de perfectionner son invention. L’Académie, le Roi et tous ceux qui ont vu ses dessins [comprendre photos], que lui trouvait imparfaits, les ont admirés [...]. Cela lui a fait beaucoup d’honneur et ne lui a pas valu un liard. Le gouvernement, qui a beaucoup trop donné à M. Daguerre, a dit ne pouvoir rien faire pour M. Bayard, et le malheureux s’est noyé. Oh ! Instabilité des choses humaines ! »

Avec ce canular, Hippolyte Bayard réalise la première mise en scène de l’histoire de la photographie. Il démontre ainsi que la photographie n’est pas un simple outil d’enregistrement du réel, comme on le pense alors, mais qu’elle produit une réalité propre. Une fiction au même titre que la peinture.

Bayard meurt en 1887, sans postérité.
En 1913, une Association Amicale Hippolyte Bayard , créée à Breteuil par Georges Richard, entreprend de réhabiliter son souvenir.
L’ Association Bayard envisage de créer un Musée Bayard dans sa maison natale et lance une souscription pour la réalisation d’un buste, commandé au sculpteur britulien Raoul Josset.
Ce buste devait être inauguré le … 2 août 1914. La guerre reporte à une date ultérieure cette inauguration.
Le buste, supplanté sur la place de Verdun en 1921 par le monument aux morts, est finalement inauguré, en toute discrétion, sur la place natale de Bayard, le 14 juillet 1922.

Contributeur(s) initial(ux)

LAVAL Nadine

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.